Musée Musée de l'impression sur étoffes : Un nouveau départ

Publié dans le panorama le Vendredi 19 juillet 2019 à 05:48:27

© Dna, Vendredi le 19 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Musée Musée de l'impression sur étoffes
Musée Musée de l'impression sur étoffes : Un nouveau départ
Comme annoncé, le Musée de l'impression sur étoffes de Mulhouse a rouvert mardi avec des horaires modifiés et une boutique complètement réaménagée. Après deux semaines de fermeture, les prémices d'une renaissance.

 
Sylvie, la nouvelle responsable de la boutique, Younes, chargé de l'accueil, et Véronique Lourenço, responsable des collections au Musée de l'impression sur étoffes, désormais ouvert du mardi au dimanche de 13 h à 18 h.
« Rouvrir, c'était notre premier objectif. Il y a des visiteurs en ce moment, les gens toquent à la porte... Et la seule raison que l'on aurait eue de garder le musée fermé, c'était de pouvoir utiliser le personnel de l'accueil et de la boutique pour le récolement, mais ce travail demande une qualification... » Bref, comme l'explique Aziza Gril-Mariotte, la nouvelle présidente du Musée de l'impression sur étoffes, cet établissement mulhousien se devait de rouvrir ses portes au public en pleine saison touristique.

C'est désormais chose faite. Ce mardi à 13 h, les premiers visiteurs s'appelaient Vincent Urbain, président de l'association des Amis du Mise, Maryvonne Buckenmeyer et Carole Ecoffet, créatrice du collectif Sauvons le Mise, Jacqueline Jacqué, ancienne conservatrice impliquée dans le récolement, des membres du conseil d'administration, etc. Essentiellement des personnes concernées au premier chef par le devenir de ce musée et soucieuses d'être là dans ce moment qui marque un premier pas vers une renaissance. Et cela après une période de crise, qui s'était soldée par la fermeture du Mise, le 2 juillet, pour cause de manque de personnel à l'accueil.

À l'accueil, c'est désormais Younes, étudiant en licence d'histoire, employé à mi-temps pour l'été (uniquement le week-end à partir de la rentrée), qui officie la plupart du temps, avec le renfort de salariés de l'office de tourisme de Mulhouse et sa région. À la boutique, Sylvie, embauchée depuis février, a pris la suite de Marie-Jeanne, partie à la retraite fin juin. Dans les collections, David Soyer, Véronique Lourenço et Clara Cappitta, embauchée pour le récolement (un poste soutenu financièrement par la Direction régionale des affaires culturelles) sont toujours là. Le personnel est encore réduit à la portion congrue, mais le musée est en état de marche. La direction est assurée, bénévolement, par Aziza Gril-Mariotte, avec l'aide des autres membres du CA (conseil d'administration).

La boutique est désormais à l'entrée du musée. Photo L'Alsace /Vincent VOEGTLIN
Une boutique avec différents pôles

Pour l'heure, la grande nouveauté, c'est le déménagement de la boutique, désormais installée dans le hall d'entrée, alors qu'elle était jusqu'alors ''planquée'' à l'arrière de ce hall. Les visiteurs doivent désormais la traverser pour entrer ou sortir, mais ils peuvent aussi se contenter de venir faire des emplettes, sans visiter le musée. « Ce réaménagement, c'est un projet de longue date, cela nous permet aussi de rouvrir avec moins de personnel », note Aziza Gril-Mariotte. Le déménagement des meubles et des produits a été effectué par le personnel du musée avec l'aide de l'entreprise Barrisol et de bénévoles. Sylvie, la nouvelle responsable de la boutique, a aussi tenu à tout réaménager, avec différents pôles.

« Dès l'entrée, nous avons les produits du Mise », indique-t-elle. Mouchoirs, carrés, pochettes, imprimés d'après des motifs d'archives, coupons de tissus imprimés à la planche par Céline Lachkar. De l'autre côté, un coin papeterie avec des beaux livres et des cartes postales, plus loin un coin dédié aux tissus d'ameublement (nappes, serviettes des marques le Jacquard français et Georges G.), les personnages de tissus de Catherine Bihl, et enfin les foulards de soie de la marque Petrusse. « Ce que je veux, souligne la responsable, c'est que tous les produits soient français. » Et beaucoup sont même alsaciens.
« Pour l'instant, on cherche des sous »

Nouvelle boutique, nouveaux horaires aussi : le musée est désormais ouvert en non-stop de 13 h à 18 h, du mardi au dimanche. « C'est un test, on va voir, mais cela permet aussi au personnel de ranger, réapprovisionner tranquillement... »

Aziza Gril-Mariotte, la nouvelle présidente du Mise. Photo L'Alsace /Vincent VOEGTLIN

Saluée par toutes les personnes présentes, cette réouverture sans tambour ni trompette n'est qu'un début. L'avenir du Mise reste à écrire. « Notre but, c'est de régler la situation financière et administrative, reconstituer une équipe et mobiliser tout le monde autour d'un projet », annonce la nouvelle présidente, qui ne peut encore guère en dire plus. Le recours à une procédure de sauvegarde financière n'est pas encore décidé, car « les résultats de l'audit financier n'ont toujours pas été présentés au CA », explique Aziza Gril-Mariotte, qui espère que cette présentation sera faite « d'ici la fin du mois ». Pas de nouvelles non plus de l'instruction en cours concernant les vols.

« Pour l'instant, on rouvre et on cherche des sous », résume, un peu abruptement, mais avec le sourire, Béatrice Fauroux, la nouvelle secrétaire du CA, qui annonce l'idée de créer un grand fonds participatif. Mais pas avant d'avoir défini un vrai projet pour le nouveau Mise.
Hélène POIZAT