L'ICA et le MPA fustigent la volonté de construire une identité grandestienne

Publié dans le panorama le Vendredi 19 juillet 2019 à 05:43:22

© Dna, Vendredi le 19 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Grand Est  Polémique
L'ICA et le MPA fustigent la volonté de construire une identité grandestienne
L'Initiative citoyenne alsacienne et le Mouvement pour l'Alsace dénoncent le récent appel d'offres lancé par la région Grand Est, pour 580 000 euros hors taxes, destiné à « construire le fait régional et écrire un récit commun faisant sens auprès des habitants et des partenaires de la collectivité ».
 

 
Pierre Klein prend un malin plaisir à rappeler ce passage de la pétition pour l'Alsace, initiée en juillet 2014 par Jean Rottner (photo) : « Une région allant de la région parisienne au Rhin, c'est inconséquent, incohérent et inefficace. »
Le conseil régional du Grand Est a récemment lancé un appel d'offres, pour 580 000 EUR hors taxes, dans le but de faire réaliser « une stratégie de communication externe globale, permettant de construire le fait régional et d'écrire un récit commun faisant sens auprès des habitants et des partenaires de la collectivité ». Sans surprise, la démarche a aussitôt fait bondir du côté de l'Initiative citoyenne alsacienne (ICA) et du Mouvement pour l'Alsace (MPA).

« Déplorant que la nouvelle région ne dispose pas d'une identité collective, et pour cause [...], le Grand Est et son président [Jean Rottner, NDLR] veulent se lancer dans une opération de construction identitaire, évidemment avec les deniers des citoyens que nous sommes », s'élève ainsi le président de l'ICA, Pierre Klein, dans un communiqué de presse diffusé mardi dernier. Dans la foulée, l'intéressé prend un malin plaisir à citer un extrait de la « pétition pour l'Alsace » initiée par Jean Rottner à l'été 2014 - « Une région allant de la région parisienne au Rhin, c'est inconséquent, incohérent et inefficace » -, puis il enfonce le clou : « Ce qui manque le plus à l'Alsace, ce n'est pas une identité grandestienne, c'est un système symbolique produit, partagé et internalisé par la société alsacienne, un sentiment régional fort. »
Une « fuite en avant immorale et dispendieuse »

André Reichardt, sénateur (LR) du Bas-Rhin et président du MPA, n'est pas plus tendre, dans son communiqué publié mercredi : « Trois ans et demi après la mise en route de la région [Grand Est], ses dirigeants comprennent enfin qu'elle ne fait pas sens ? La grande majorité des citoyens sait cela de longue date [...] et rejette cette structure artificielle. Par une campagne payée avec leurs impôts, on va chercher à les convaincre qu'ils sont ce qu'ils ne veulent pas être ! Admirable démocratie ! [...] La population n'attend pas des gadgets médiatiques et des éléments de langage inventés par des experts. Elle attend des informations objectives sur de nombreux sujets. Quelles sont les réalisations du Grand Est que les anciennes régions n'auraient pas pu faire et quel est le bénéfice d'une réforme régionale que Jean Rottner avait si vivement combattue à son origine ? »

Conclusion sans appel d'André Reichardt : « Face au rejet populaire, la région fait le forcing en engageant de nouvelles dépenses pour créer un "récit commun''. Cette fuite en avant, immorale et dispendieuse, doit être stoppée. Nous admettons qu'il existe une chose commune entre les trois régions historiques : avoir été victimes d'une réforme absurde en 2015. La seule conclusion acceptable de ce récit est la dé-fusion. »
Emmanuel DELAHAYE