Florival Mobilité Piste cyclable : des points noirs qui persistent

Publié dans le panorama le Vendredi 19 juillet 2019 à 05:39:34

© Dna, Vendredi le 19 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Florival Mobilité
Florival Mobilité Piste cyclable : des points noirs qui persistent
Depuis la construction du collège du Hugstein, le Collectif citoyen de Guebwiller tente de faire entendre sa voix pour qu'une place digne de ce nom soit donnée aux cyclistes. Alors que les travaux de la piste de Buhl sont en cours, les attentes des deux-roues sont-elles toutes prises en compte?

 
Patrice Knorr, membre du Collectif citoyen de Guebwiller, et son comparse Gilles, impliqué au sein de l'association Florival en transition, pointent l'absence de continuité de la piste cyclable, à la sortie de Buhl, sur l'axe de la D430.
Un projet de piste cyclable pour le fond de la vallée a été lancé en 2008 dans le Florival. Une éclaircie de courte durée, pour le Collectif citoyen, qui a rapidement vu des nuages assombrir son ciel. « Le Département a cessé toute politique de développement en 2016 et l'a cédée au pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Pays Rhin Vignoble Grand Ballon », rappelle Patrice Knorr, membre du Collectif citoyen. L'association a alors proposé plusieurs pistes de travail sur le sujet, notamment la continuité de la piste existante, à partir de la rue du 17-Novembre jusqu'au collège de Buhl (le long de la Lauch). « Nous avons également proposé d'installer une passerelle derrière le pôle Petite Enfance. Les communes de Guebwiller et Buhl n'avaient donc pas une grande portion à leur charge », souligne Patrice Knorr.

La création d'une piste sur l'axe reliant Guebwiller au collège de Buhl est l'un des points noirs de secteur. DR/Collectif citoyen

Cependant, au moment de la signature du Contrat de territoire à énergie positive pour la croissance verte, c'est la commune de Buhl qui s'est retrouvée seule maître d'oeuvre. « Le Pays a alors été mis de côté dans la mise en action de ce projet qu'il a porté durant de nombreuses années », regrette le membre du Collectif citoyen, par ailleurs référent de la commission mobilité au sein du Pays. Et d'ajouter : « Nous n'avons pas eu le rôle que nous aurions dû avoir. »
Un « Plan Vélo » contraire aux préconisations nationales

Le 1er juillet 2018, les espoirs ont ressurgi avec le « Plan vélo » initié par le ministère de la Transition écologique et solidaire. « Mais le conseil départemental est à nouveau parti sur le développement des pistes cyclotouristiques, ce qui est contraire au Plan vélo national », précise Patrice Knorr. Ces pistes, selon le Collectif citoyen, ne répondent pas aux attentes des usagers du quotidien. « Les trajets domicile/travail ou domicile/école se doivent d'être directs, sans détours. Le cycliste doit être considéré au même niveau que l'automobiliste », martèle Philippe Aullen, un autre membre du Collectif citoyen. Pour les deux hommes, il est clair que le Florival a pris un train de retard en termes de mobilité douce. « Il va falloir que les collectivités se mettent à la page ! », insistent-ils.

Pour le Collectif, la piste cyclable de Buhl a tout de même le mérite de régler certains points noirs, notamment celui de la carrière de Buhl, emprunté par l'ancien parcours de la piste cyclable. Mais des ombres persistent au tableau. Les défenseurs des bicyclettes énumèrent ainsi l'entrée de Guebwiller par la pénétrante, où certaines liaisons pourraient être mises en place (secteur de la piscine, utilisation du chemin de l'usine Sevenday réservé aux cyclistes, prolongement du chemin des jardins familiaux jusqu'à la piste cyclable du rond-point Mader). Et Patrice Knorr d'ajouter : « Les mobilités autour de la nouvelle piscine posent problème. Ces aménagements ont le mérite d'exister, mais manquent de cohérence et de clarté. »

A l'entrée de Guebwiller, le Collectif citoyen souhaiterait notamment que le chemin situé devant l'usine Sevenday soit réservé aux cyclistes. DR/Collectif citoyen
« Un manque de coordination entre les élus »

Dans la zone de la ville basse, un prolongement droit de la piste est préconisé au croisement des rues de la Gare et Foch, ainsi que la création d'une piste cyclable, de la rue de la République jusqu'au collège de Buhl, avec une traversée dans le parc du Bois-Fleuri. Et dans la ville haute, ce sont les doubles sens cyclistes qui font défaut, en particulier sur l'ensemble des rues transversales entre les rues Deck et de la République.

Sans compter le gros point noir évoqué par les membres du Collectif citoyen : le prolongement de la voie verte jusqu'au collège de Buhl. « Sur cet axe, il y a eu un réel manque de coordination entre les élus. Ce projet est, au final, devenu une ambition buhlo-buhloise. Il est indispensable de sécuriser l'accès au collège, d'autant plus que s'ils résident à moins de trois kilomètres de leur établissement, les collégiens n'ont pas accès aux transports scolaires, et doivent donc se rendre au collège soit à vélo soit à pied », déplore Philippe Aullen

L'axe Guebwiller/Merxheim n'est par ailleurs pas exempt d'améliorations. La création d'une piste cyclable à partir du croisement de la route d'Issenheim et de la route Jules-Ferry permettrait par exemple de rejoindre la piste existante derrière l'hypermarché Leclerc, en passant derrière le quartier de la Lauch. Dans la traversée d'Issenheim, le prolongement de la voie pour les cycles vers la rue des Écoles est aussi recommandé.
Impliquer davantageles citoyens

À ces carences, l'association ajoute d'autres dysfonctionnements : manque de panneaux de signalisation, absence de barrières pour sécuriser les cyclistes, défaillance de stationnements spécifiques pour les deux-roues à certains endroits (comme au niveau du cinéma), pénurie de « tourne-à-droite » aux feux tricolores...

Mais pour que les choses évoluent, le Collectif citoyen ne voit qu'une solution : une implication plus importante des habitants, des usagers et des citoyens. « Les associations locales doivent aussi se joindre au débat. » D'ailleurs, au-delà de cette problématique des déplacements doux, le Collectif citoyen idéalise une implication des habitants à chaque nouveau projet. « Les associations et les habitants doivent être partie prenante dans la mise en oeuvre de ces nouveautés », prêche Patrice Knorr.
Audrey NOWAZYK