Muntzenheim A l'espace Ried Brun : Une action culturelle réussie

Publié dans le panorama le Vendredi 19 juillet 2019 à 05:37:39

© Dna, Vendredi le 19 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Muntzenheim A l'espace Ried Brun
Muntzenheim A l'espace Ried Brun : Une action culturelle réussie
L'orchestre symphonique de Mulhouse, accompagné de 70 jeunes choristes et récitants néophytes du collège Félix Eboué de Fessenheim, a interprété jeudi soir 4 juillet l'oeuvre musicale participative La musique des âmes , à l'Espace Ried brun de Muntzenheim.

 
Les musiciens professionnels, dans la salle, et les collégiens, sur scène, en parfaite harmonie.
La principale du collège Félix Éboué de Fessenheim, Muriel Schuster, a salué la salle avant de remercier les parents, « pour la motivation de leurs enfants », les professeurs ainsi que l'orchestre symphonique, « pour leur implication » avant de souhaiter à tous « un bon concert ». L'auteure du roman La musique des âmes, Sylvie Allouche a relevé « l'excellent travail des collégiens, en complicité avec les musiciens professionnels ».

La conseillère départementale, Betty Muller a cité le poète Virgile: « Chantons aussi loin que nous allons : la route sera moins ennuyeuse » avant de mettre l'accent sur le fructueux échange, tout au long de l'année scolaire, entre les élèves de 5e du collège Félix Éboué et les musiciens professionnels, un temps fort de l'action culturelle mise en oeuvre par le Département du Haut-Rhin, avant de les féliciter, « pour avoir monté une oeuvre de toutes pièces, un exercice des plus ambitieux ».
La standing-ovation d'une salle conquise

La musique des âmes, imaginée par le compositeur Fabien Cali, formé au conservatoire national supérieur de Paris, basée sur le roman du même nom, traite d'une histoire d'amitié entre deux enfants de la Seconde Guerre mondiale. Sous la direction de Vincent Monteil, directeur musical de l'Opéra Studio de l'Opéra national du Rhin, l'orchestre symphonique de Mulhouse a fait vivre l'unique représentation publique de cette oeuvre.

Les collégiens choristes ont également étonné la salle, lors de leur prestation chantante « Pourquoi, Je deviens fou et Mon fils bien aimé », sur des musiques de Fabien Cali, Eugène Isaÿe, Jean-Sébastien Bach et Eric Whitacre, ainsi que la lecture de la lettre adressé par Simon à Matthias, son seul ami, par les récitants néophytes, récompensés par la standing-ovation d'une salle conquise.