La vie des maires des villages facilitée

Publié dans le panorama le Jeudi 18 juillet 2019 à 06:22:15

© L'alsace, Jeudi le 18 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
La vie des maires des villages facilitée
 

 
Il n'y aura pas de statut de l'élu, comme le réclamaient beaucoup d'élus locaux et leurs représentants de tous bords au Sénat, mais un projet de loi « engagement et proximité » pour faciliter l'exercice du mandat de maire. Les ministres en charge des Collectivités, Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu, ont présenté ce mercredi au conseil des ministres un texte qui d'abord remet la commune au centre... du village territorial français. Les maires ont liberté de récupérer l'autonomie perdue face aux intercommunalités, d'en revoir la carte et la distribution des compétences ; visant à redonner de l'oxygène aux maires et à susciter des vocations pour les prochaines municipales.
Payé « moins que le RSA »

« Les conditions d'exercice du mandat sont devenues difficiles, surtout dans les petites communes : le maire doit acquérir des connaissances de plus en plus techniques, est plus exposé juridiquement, doit y consacrer plus de temps », détaille le sénateur Mathieu Darnaud (LR, Ardèche) qui a mené les travaux sur le sujet à la haute Assemblée et tient à préserver l'articulation du territoire autour de la commune et du département. Il ajoute : « Avec 600 EUR bruts, un maire de petite commune perçoit moins que le RSA ».

Le gouvernement va donc relever le régime des indemnités pour les communes de moins de 3 500 habitants. Le projet ajoute un droit renforcé à la formation des élus, la prise en charge par l'État des frais de garde d'enfants ou de proches malades et la généralisation du « congé électif » pour faire campagne, jusque-là surtout appliqué dans la fonction publique.

« Plus globalement, nous demandons l'égalité pour les élus issus du secteur privé face à leur situation professionnelle : un fonctionnaire qui est élu local bénéficie d'heures ou de journées de décharge pour le mandat. Quand il le quitte, par volonté ou parce qu'il est battu, il est réintégré dans son corps d'origine », explique le sénateur Darnaud, forcé de reconnaître comme Jacqueline Gourault que « la crise des vocations avant chaque élection municipale se résout grâce aux retraités ». L'âge moyen des maires élus en 2014 était de 62 ans. Et deux tiers des maires ne sont plus en activité.