À Altkirch, la fermeture de la maternité « fait mal au coeur »

Publié dans le panorama le Mercredi 17 juillet 2019 à 06:38:25

© L'alsace, Mercredi le 17 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

À Altkirch, la fermeture de la maternité « fait mal au coeur »
 

 
L'hôpital Saint-Morand fermera sa salle de naissance le 4 novembre prochain.

Archives DNA /Noëlle BLIND-GANDER

« Ça nous fait mal au coeur ! » Interrogée devant le supermarché proche de l'hôpital Saint-Morand, Fatima Yilmaz, une habitante d'Altkirch, résume bien le sentiment général. Elle-même a accouché dans la ville il y a 16 ans et se déclare aujourd'hui encore « très contente de l'accueil formidable reçu ». « Où va se retrouver ce personnel attentionné et sympathique ? C'est dommage de le stresser comme ça, ainsi que les femmes enceintes », ajoute-t-elle.
Allées et venuesjusqu'à Mulhouse

Sa voisine, Martine Lombal, est née à la maternité, tout comme sa soeur. « C'est là qu'elle a accouché de sa fille et que sa fille a accouché de sa fille, soit trois générations successives ! » L'attachement des habitants pour leur maternité est perceptible à tout instant dans les réactions spontanées.

Même si le GHRMSA (Groupement hospitalier de la région de Mulhouse Sud Alsace) souligne que seuls les accouchements ne sont plus réalisés à Altkirch, mais que le centre périnatal de proximité qui prendra le relais assurera la prise en charge complète avant et après l'accouchement, Amélie Hartmann et Julien Laloux, jeune couple d'Eglingen encore sans enfant, regrettent cette fermeture et les futures allées et venues entre Altkirch et Mulhouse, soulignant la distance et le temps perdu. « Une cousine venue de Retzwiller a tout juste eu le temps d'arriver à Altkirch pour accoucher. Personne n'a envie d'accoucher dans une ambulance ! »
« Bonjour le trajeten fin de grossesse »

Le « manque de ressources médicales et les enjeux de qualité et de sécurité des soins » avancés par l'Agence régionale de santé les laissent dubitatifs. « L'État ne met pas de budget là-dedans ! » L'homme en est persuadé : « S'ils localisent tout à Mulhouse, ils n'auront plus assez de personnel pour suivre là-bas non plus. » Et de demander si à Mulhouse, le futur « hôtel hospitalier » à proximité du pôle Femme-Mère-Enfant sera payant ? Il relève en passant que le parking mulhousien est déjà payant...

Anne-Frédérique et Thomas Eckes sont arrivés lundi soir à la maternité d'Altkirch. Rencontrés hier devant l'hôpital, ils se disent « soulagés » d'avoir pu y venir. « C'est plus familial et c'est plus simple : d'Oltingue à Mulhouse, bonjour le trajet surtout lorsqu'on est en fin de grossesse ! » La jeune femme relève, amère, que « des médecins généralistes ont fait des spécialités en pédiatrie pour sauver la maternité et voilà, pour rien ! »

À l'intérieur de l'hôpital, aucun commentaire de la part du personnel de la maternité qui reste sur son « devoir de réserve ».

Le service de maternité d'Altkirch avait été ouvert en 1930 par le Dr Albert Feuerbach, une grande figure de la ville. Il fermera donc l'année de ses 89 ans.
Noëlle BLIND-GANDER