Un logiciel pour coordonner les secours

Publié dans le panorama le Mardi 16 juillet 2019 à 05:59:07

© L'alsace, Mardi le 16 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Un logiciel pour coordonner les secours
 

 
C'est un projet ambitieux mais nécessaire. En France, il existe plusieurs numéros d'urgence comme le 18 (pompiers), le 15 (Samu) ou le 17 (police), auxquels s'ajoute le 112 (numéro général d'urgence européen). Or actuellement, « quand vous appelez le 112, vous êtes redirigés vers le service qui correspond à votre urgence, à qui vous devez expliquer une nouvelle fois votre situation », explique Thierry Carbiener, président du Conseil d'administration du Sdis (SQervice départemental d'incendie et de secours) du Bas-Rhin. Idem si vous appelez la police alors que vous avez besoin du Samu. Une perte de temps dont les conséquences peuvent être dramatiques. C'est pourquoi se sont rencontrés récemment les Sdis de l'Est et l'Agence du numérique de la sécurité civile, lors d'une présentation du logiciel NexSIS, qui a pour but d'harmoniser la gestion des appels d'urgence. Thierry Carbiener a fait savoir à l'occasion que le Bas-Rhin se porterait volontaire pour la première vague de déploiement du logiciel, en 2021.

C'est l'un des enjeux du logiciel NexSIS. Avec un déploiement national, il permettra que les Sdis puissent s'aider en cas de problème majeur. Un sinistre important par exemple, nécessite parfois l'intervention de plusieurs services de secours départementaux, qui collaboreraient plus facilement. De même, toutes les informations obtenues remonteront en temps réel aux niveaux local et national, donnant à tous une meilleure visibilité sur les urgences et interventions en cours.

Pour Michel Monneret, directeur de l'agence du numérique, NexSIS permet de passer « de l'ère du téléphone à l'ère de la donnée ». Pour les citoyens, cela signifie notamment la capacité de contacter le 112 via des applications comme WhatsApp par exemple. Il sera également possible d'envoyer des photos pour renseigner les secours sur un accident ou une blessure. De plus, le développement d'une application pour smartphone est prévu, avec entre autres une carte des défibrillateurs les plus proches de soi et la capacité d'avoir une réponse rapide suivant l'évolution en temps réel d'une situation d'urgence. Les interventions, elles, seront facilitées par la géolocalisation automatique des appels d'urgence.
Marie MAHEUX