Une femme et trois enfants tués à un passage à niveau

Publié dans le panorama le Mardi 16 juillet 2019 à 05:58:09

© L'alsace, Mardi le 16 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Une femme et trois enfants tués à un passage à niveau
 

 
L'accident a eu lieu à la sortie de la gare d'Avenay-Val-d'Or, près de Reims. Photo François NASCIMBENI/AFP
Un an et demi après la tragédie de Millas, près de Perpignan, un nouveau drame s'est produit à un passage à niveau, pourtant pas présumé dangereux. Lundi matin, vers 9 h 54, une collision entre une voiture et un TER, sur la petite commune champenoise d'Avenay-Val-d'Or (Marne), a fait quatre morts. Une assistante maternelle, qui conduisait la voiture, et les trois enfants qu'elle transportait, ont été tués sur le coup. Selon le maire Philippe Maussire, la femme avait entre 30 et 40 ans, l'enfant le plus âgé (la propre fille de la conductrice, selon lui) avait une dizaine d'années et les deux autres étaient « très jeunes ». Les quatre victimes vivaient dans le village. Quatre des 25 voyageurs du TER, qui assurait la liaison entre Reims et Épernay, ont été légèrement blessés.
La barrière est pliée

Les circonstances de cet accident, qui s'est produit sur la D201 à 30 km de Reims, restent à établir. « A priori, le véhicule aurait percuté la barrière fermée au moment où le TER Reims-Épernay passait », a affirmé le maire. Selon la SNCF, il ne s'agit pas d'un passage à niveau considéré comme sensible, c'est-à-dire situé dans des endroits manquant de visibilité par exemple.

« La barrière » du passage à niveau « est pliée » et l'enquête en cours en donnera les raisons, a déclaré Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau. Sur place, après l'enlèvement du véhicule et de la voiture de tête du TER, les deux barrières du passage à niveau sont baissées et l'une d'elles est défoncée. La barrière était « enfoncée et le véhicule était engagé » sur les voies, a déclaré le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette. « Aucun élément ne permet de savoir à cette heure pour quel motif le véhicule s'était engagé alors que les signaux et le système de barriérage semblaient inviter à ne pas franchir le passage à niveau à l'approche d'un train », a-t-il indiqué.

La circulation ferroviaire devrait reprendre ce mardi. Les familles étaient reçues à la salle des fêtes d'Avenay-Val-d'Or, où une cellule d'urgence médico-psychologique a été mise en place.

Le parquet de Reims a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort. La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a fait part sur Twitter lundi de sa « très vive émotion ». Le président de la Région Grand-Est, Jean Rottner, a adressé ses « pensées les plus sincères aux victimes, leurs familles ainsi qu'aux personnels de la SNCF choqués par ce drame ».