Lucelle Association OEuvre de Lucelle : À la recherche d'oxygène pour raviver la flamme

Publié dans le panorama le Mardi 16 juillet 2019 à 05:34:01

© Dna, Mardi le 16 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Lucelle Association OEuvre de Lucelle
Lucelle Association OEuvre de Lucelle : À la recherche d'oxygène pour raviver la flamme
« Lucis Cellae », autrement dit Lucelle ou « la petite cellule de lumière », va-t-elle retrouver suffisamment d'oxygène pour rayonner largement ? Depuis le départ du chanoine Diss fin 2018, le destin de la Maison St-Bernard et du Relais de l'abbaye est entre de nouvelles mains.

 
Le site du Centre européen de rencontres à Lucelle, avec le restaurant au premier plan et le complexe d'hébergement à l'arrière plan.
La toute récente assemblée générale de l'association OEuvre de Lucelle fin juin a confirmé Jean-Marc Metz, maire de Raedersdorf, élu jusqu'à présent par un comité restreint, au poste de président de l'association de l'OEuvre de Lucelle qui gère la Maison Saint-Bernard (et Centre européen de rencontres) et le restaurant du Relais de l'abbaye, lovés au coeur des derniers vestiges de l'ancienne abbaye cistercienne de Lucelle.

Mais l'avenir reste écrit en pointillés. « C'est un challenge ! », a souligné Jean-Marc Metz devant un auditoire d'une quinzaine de personnes parmi lesquelles François Cohendet, maire de Ferrette, président de l'office de tourisme du Sundgau, Grégory Kugler, maire de Winkel ou encore Sabine Drexler, conseillère départementale, qui a assuré les présents de son « attachement au site et de son soutien plein et entier ».
« Un moyen et non le but ! »

L'objectif de Jean-Marc Metz, c'est évidemment de conserver les emplois sur place (dix permanents et trois ou quatre supplémentaires l'été) mais surtout de faire « régner l'héritage spirituel et culturel de l'ancienne abbaye ».

« Il faut continuer d'attirer le public et le restaurant du Relais de l'abbaye est un moyen d'y arriver et non le but ». Pour ce qui est du restaurant, qui peut accueillir jusqu'à 230 couverts, l'association a eu « la main heureuse » en embauchant début mars un nouveau chef de cuisine, en la personne de Fabrice Freund, venu de Colmar. « Les amis de Lucelle et les bénévoles ont proposé leur aide pour que l'immédiateté puisse être gérée, c'est-à-dire imaginer des menus d'un bon rapport qualité-prix, donner un coup de peinture, rafraîchir la cuisine... », a rappelé Jean-Marc Metz. « La qualité des repas et de l'accueil s'est énormément améliorée », a estimé pour sa part François Cohendet. L'association reste cependant confrontée au problème de manque de personnel qualifié, difficile à trouver notamment pour renforcer les rangs l'été.

Autres « éléments attractifs » relevés par le président, « le parc qu'il faut entretenir et l'aire de jeux qui doit être déplacée et réactivée ».

L'association souhaite encore voir grimper la fréquentation de la Maison Saint-Bernard (voir Le chiffre), un complexe d'hébergement de 45 chambres bénéficiant de deux labels, Cap France et Terre-Est, qui accueille familles et groupes divers. « On peut jouer la carte du ski en proche Suisse voisine l'hiver... », a lancé le président. Il a évoqué par ailleurs, des projets de coopération avec l'association Marie Pire d'Altkirch et l'accueil de pensionnaires handicapés pour des séjours en plein air. Mais il a reconnu que la priorité sera d'abord de renouveler la literie. « Si vous connaissez un M. Matelas... », a-t-il lancé !
Recherche sacristain...

Diverses institutions sont membres de droit du comité de l'association, tels le Conseil départemental, la Région Grand Est, les cantons suisses du Jura et de Soleure ainsi que deux fondations, la Christoph Merian Stiftung de Bâle et le Diakonisches Werk de Fribourg en Brisgau. Il y aura peut-être des pistes à creuser de ce côté-là pour obtenir des aides et du soutien sous différentes formes.

Les statuts de l'OEuvre de Lucelle datent de 1997, un sérieux toilettage s'impose. « Il va falloir les réécrire en affirmant le rôle de l'évêché de Strasbourg qui n'est pas cité », a notamment déclaré Jean-Marc Metz.

 

Pour ce qui est de la vie spirituelle de Lucelle que le chanoine Diss avait fortement revivifiée durant ses seize années de présence, l'association a pris contact avec le vicaire épiscopal, le Père Marc Schmitt et a fait part de son souhait de bénéficier d'une présence à plein temps. « Mais la personne pressentie a dû aller ailleurs », a indiqué le président. Pour le moment, c'est le curé Christophe Lacny, chargé d'âmes de Winkel, qui célèbre une messe le dimanche soir à 17 h mais « ça changera un peu après la saison estivale ». A été évoquée une « rotation des prêtres des doyennés de Ferrette et de Hirsingue ». Ce qui manque surtout, « c'est un sacristain pour préparer les choses », a confessé le président. Il en a profité pour confirmer toutefois la tenue de la fête patronale de saint Bernard le 25 août prochain.
Visites guidées : première ce jeudi

On l'a dit, l'ambition culturelle est au coeur du projet du nouveau président qui suggère l'organisation de conférences, expositions ou concerts intimistes dans le cadre notamment du caveau de Lucelle. Dès à présent, lui-même met la main à la pâte avec l'accueil des touristes pour une visite guidée du site et de l'espace muséal tous les jeudis à 10 h 30 à partir du 18 juillet. Un rendez-vous qui figure évidemment dans le guide des manifestations de l'office de tourisme du Sundgau. Et qui offre la possibilité aux touristes de déjeuner sur place après la visite !
Noëlle BLIND-GANDER