Back to top

Disparition Réactions Gilbert Buttazzoni,« un homme de coeur »

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:05:11

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Disparition  Réactions
Gilbert Buttazzoni,« un homme de coeur »
Gilbert Buttazzoni, ancien adjoint au maire de Mulhouse et ancien conseiller général (PS) du canton de Mulhouse Nord, est décédé à l'âge de 71 ans samedi soir, au terme d'une longue maladie.
 

 
Gilbert Buttazzoni était âgé de 71 ans.
Gilbert Buttazzoni, ancien adjoint au maire de Mulhouse et ancien conseiller général (PS) du canton de Mulhouse-Nord, est décédé samedi soir à l'âge de 71 ans, d'une longue maladie.

Longtemps adjoint en charge des sports, il fut élu mulhousien durant 25 ans, d'abord aux côtés de Jean-Marie Bockel (maire de Mulhouse de 1989 à 2010), puis avec Pierre Freyburger (PS), dont il fut le colistier lors des élections municipales de 2008, perdues de peu face à la liste menée par Jean-Marie Bockel, entre-temps parti du PS pour fonder La Gauche moderne.
« Grande humanité »

L'annonce du décès de Gilbert Buttazzoni a suscité de nombreuses réactions dès samedi soir, à droite comme à gauche. Le député (LR) Éric Straumann a été l'un des premiers à rendre hommage au défunt, dans un communiqué et via son compte Facebook (« Il a toujours oeuvré avec passion pour Mulhouse »).

De même le président (LR) de la Région Grand Est, Jean Rottner, sur Twitter : « Il aimait les gens, il aimait sa ville, il aimait particulièrement le sport. Gilbert Buttazzoni nous a quittés. Il a lutté avec courage. Notre histoire politique était différente mais j'avais beaucoup de respect pour lui. »

La présidente du Conseil départemental Brigitte Klinkert a également réagi dans un communiqué : « C'est avec beaucoup de peine que j'ai appris le décès de Gilbert Buttazzoni. Attaché à la cité du Bollwerk et à son canton de Mulhouse Nord dont il fut le conseiller général de 2001 à 2015, Gilbert Buttazzoni était d'une grande humanité. Il avait à coeur de défendre au sein de l'assemblée départementale le monde associatif et sportif pour lequel il était dévoué. Je garde de lui le souvenir d'une personne bienveillante. Avec mes collègues conseillers départementaux, j'adresse à ses proches mes pensées émues et mes sincères condoléances. »

Jean-Marie Bockel nous a également fait part de ses pensées émues, à l'annonce de ce décès : « J'apprends avec beaucoup de peine le décès de Gilbert Buttazzoni, qui fut mon adjoint aux sports dès 1992 et durant trois mandats municipaux, durant lesquels il aura marqué le sport mullhousien par sa présence inlassable sur le terrain, son engagement, sa gentillesse et son humour. Il a vite montré qu'il savait faire et qu'il était la bonne personne pour ce poste, par son contact aisé et sa grande humanité. C'est quelqu'un pour qui j'avais une grande sympathie, et même si nos chemins se sont séparés, nous avons toujours conservé une relation cordiale. »
« Un ami très proche »

« Je perds d'abord un ami très proche, écrit quant à lui Pierre Freyburger, dans un communiqué transmis dimanche soir. Compagnon de route pendant 35 années, Gilbert Buttazzoni était un élu de terrain honnête, accessible, fidèle à ses engagements et à ses électeurs, courageux et allant au bout de ses choix en refusant la compromission. C'est lui qui a battu le candidat du FN en 2001, redonnant sa fierté au canton Nord. Il était aussi extrêmement engagé en faveur des enfants malades du Moenschberg, pour qui il se dépensait sans compter à travers l'association Sourire Ensemble qu'il avait créée. »

« Toute sa vie, il s'est battu pour les valeurs de progrès et de justice sociale au service de ses concitoyens, salue Antoine Homé, maire de Wittenheim et premier secrétaire du Parti socialiste du Haut-Rhin. Socialiste fidèle à son idéal, il a été un élu municipal et départemental remarquable. Au nom des socialistes du Sud Alsace, je rends hommage à un homme de conviction et je présente mes sincères condoléances sa famille et ses proches. »

« C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends le décès de Gilbert Buttazzoni, réagit enfin Cléo Schweitzer, conseillère régionale, municipale et ancienne première secrétaire fédérale du Parti Socialiste du Haut-Rhin. Au-delà de l'homme politique, je retiens l'homme de coeur qui s'est battu pour la vie qu'il aimait tant et pour celles des enfants malades qu'il contribuait à rendre meilleure. Repose en paix, Gilbert ! »

Philippe Trimaille, conseiller départemental du canton Mulhouse 2, adjoint au Maire de Mulhouse a également réagi dans un communiqué : « Je rends hommage à Gilbert Buttazzoni, mon prédécesseur comme conseiller général du canton de Mulhouse Nord, qui vient hélas de s'éteindre. En tant qu'élu et aussi par son investissement dans le monde associatif, il a eu la générosité de consacrer de nombreuses années de sa vie au service des autres, de notre ville et de notre département. Il était un homme aux convictions profondes et constantes, et aussi un véritable homme de coeur. Pour tous ses engagements et tout ce qu'il nous a apporté, Gilbert Buttazzoni mérite notre plus profond respect ainsi que nos remerciements. J'exprime à sa famille et à ses proches mes sincères condoléances. »
Très investi

Enfin, l'association des victimes de la rue de la Martre, à Mulhouse, créée après l'explosion qui a causé la mort de 18 personnes, en décembre 2004, a également rendu hommage à Gilbert Buttazzoni. « Il a été d'un grand soutien dès les premières heures du sinistre, a toujours été à nos côtés, que ce soit pour intervenir auprès de la mairie, du conseil général ou trouver des fonds pour le monument commémoratif », a rappelé son président, Jean-Pierre Moppert. « ll a toujours été disponible, à notre écoute. C'est le seul élu local qui est vraiment resté très investi, malgré le passage des années. Une fois toutes les procédures achevées, il est d'ailleurs devenu membre de l'association. C'est une perte pour nous. »

Les obsèques de Gilbert Buttazzoni auront lieu ce jeudi 29 août à 14 h 30 en l'église Saint-Antoine de Bourtzwiller.

Notre rédaction adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

 

 
 

G7 : un sommet sous le signe de « l'unité »

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:31:57

© L'alsace, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
G7 : un sommet sous le signe de « l'unité »
 

 
Emmanuel Macron et Donald Trump réconciliés malgré les divergences sur le climat ? C'est l'image finale de ce G7 de Biarritz. Photo LUDOVIC MARIN/AFP
Envoyé spécial au Pays basque

Pas (encore ?) de tweets rageurs de Donald Trump. Pas d'excentricité non contrôlée de Boris Johnson. Une Angela Merkel à son aise et un Antonio Conte extrêmement discret.

Le G7 de Biarritz s'est clos hier soir dans un sentiment partagé d'« unité », terme repris à la fois par le président hôte Emmanuel Macron et par son homologue américain. C'est d'ailleurs ce duo qui a essentiellement animé les débats durant les deux jours du sommet réunissant les dirigeants des sept nations les plus industrialisés (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis, Canada et Japon).
Iran : une improbable rencontre ?

En conviant le chef de la diplomatie iranienne, après avoir prévenu le camp américain, Emmanuel Macron espère atteindre la « désescalade » dans la région, et même, pourquoi pas, dans les semaines à venir, jouer l'intermédiaire d'une rencontre jusqu'alors improbable entre Donald Trump et Hassan Rohani, le président iranien. « Si les circonstances sont convenables, je serai certainement d'accord », a émis le président américain, lors de la conférence de presse franco-américaine. En 2018, Donald Trump est sorti avec fracas de l'accord de Vienne visant à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et a réintroduit de lourdes sanctions qui asphyxient l'économie iranienne. Mais « il faut rester prudent », a admis M. Macron sur France 2. Avec Donald Trump, un scénario d'apaisement comme il l'a fait avec le Coréen Kim Jong-un (qui n'a, pour l'instant, abouti à aucun accord) n'est pas à exclure.
Taxe Gafa : vers un accord

Au Pays basque, Donald Trump, encore lui, a même assoupli sa position envers la Chine sur la guerre commerciale.

Donald Trump et Emmanuel Macron sont aussi tombés d'accord sur une autre pomme de discorde, la taxation des géants du numérique, les « GAFA » - déjà introduite en France mais vivement décriée à Washington, après un week-end de délicates tractations. « Je crois qu'on a trouvé un très bon accord », a annoncé Emmanuel Macron.
Amazonie, Libye, Syrie et Russie...

Le G7 a promis une aide d'urgence de 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d'eau lutter contre les feux de forêt en Amazonie (voir par ailleurs). La France devrait déléguer des renforts avec les pompiers de la brigade de Paris actuellement positionnés en Guyane.

Libye, Syrie, biodiversité et inégalités : le thème initial a finalement été relégué au second plan. Emmanuel Macron a plaidé pour son concept de « multilatéralisme fort », tout en établissant des « relations directes » comme avec Donald Trump. « Unité, clarté, apaisement », trois mots que le président français a répété à plusieurs reprises hier soir, avant de s'éclipser et de tirer le rideau sur un G7 qui aura encore renforcé son envergure internationale.
Un G8 avec Poutine ?

Le prochain G7 est déjà programmé à Miami, proche voire même dans les propriétés du businessman président. Ou plutôt un G8 ? Donald Trump souhaiterait en effet, après le prochain G20 en 2020 aux États-Unis, inviter le président russe Vladimir Poutine alors que la Russie est exclue de cette enceinte depuis l'annexion de la Crimée en 2014. Les partenaires européens excluent toute réintégration de la Russie tant que la crise ukrainienne n'est pas réglée. Le G7 apaise les tensions, mais ne les résout peut-être pas.
Xavier FRERE

 

 
 

Économie Absentéisme Santé au travail : les chiffres qui accusent

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:30:56

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Économie Absentéisme
Santé au travail : les chiffres qui accusent
La forte hausse de l'absentéisme en entreprise rappelle gouvernement, patronat et syndicats à l'urgence d'une loi sur la santé au travail, égarée entre négligence et blocage syndical.
 

 
Le taux d'absentéisme dans les entreprises françaises a augmenté de 16 % depuis 2014
Plus d'un quart (27 %) des salariés a posé au moins un arrêt de travail pour maladie ou accident l'année dernière. Et la durée moyenne annuelle d'arrêt a été d'un peu plus de 50 jours, souvent en plusieurs arrêts. C'est beaucoup, et beaucoup plus qu'avant. Le taux d'absentéisme dans les entreprises françaises, qui s'établit à 3,6 %, a bondi de 16 % depuis 2014, selon le rapport publié lundi par le cabinet Gras Savoye Willis Towers Watson.

« À la rentrée, nous allons lancer le chantier afin d'améliorer la santé des travailleurs et de faire reculer les accidents du travail », annonçait début août au Figaro la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Et de rappeler, alors que le verdict du procès du harcèlement à France Telecom sera rendu fin décembre : « On ne va pas au travail pour risquer sa santé, voire sa vie. »

Car les chiffres publiés lundi dévoilent l'ampleur du phénomène. L'allongement de la durée moyenne de l'arrêt peut être « le signe de difficultés plus lourdes pour les salariés, quelles qu'en soient les causes », souligne Julien Remy, expert du cabinet publiant l'étude. Et la proportion croissante « témoigne de la présence de ces mêmes difficultés chez un nombre plus large de salariés. »

En clair, la mauvaise santé au travail s'aggrave, et se répand.
Le Nord-Est plus que Paris

De fait, tous les salariés sont concernés à des degrés divers. Le taux d'absentéisme augmente davantage chez les salariés d'âge moyen, entre 30 et 49 ans (+15 à 18 %), il est plus élevé chez les femmes en raison des périodes de grossesse (hors congé maternité), et plus important dans les secteurs de la santé et du transport-logistique.

Régionalement, le taux est le plus haut dans le Nord-Est, atteignant 4,9 % en Bourgogne-Franche-Comté et 4,6 % dans les Hauts-de-France et le Grand-Est. À l'inverse, il est le plus bas en Ile-de-France, à 2,9 %. La raison en est simple : la forte proportion d'ouvriers d'un côté, de cadres de l'autre, l'augmentation de l'absentéisme étant plus accentuée chez les ouvriers (+13 %) que chez les cadres (+4 %).
« Surcharge de travail »

Il y a donc urgence... Dès l'année dernière, la députée (LREM) Charlotte Lecocq publiait un rapport liant la dégradation de la santé au travail à « un contexte de réduction d'effectifs et de changement profond des métiers ». Julien Rémy confirme, pointant « les difficultés organisationnelles, comme la surcharge de travail, et les difficultés relationnelles internes ».

Les partenaires sociaux s'étaient saisi du sujet, mais leur négociation a échoué en juillet. À voir maintenant si la ministre du Travail tiendra sa promesse.
Francis BROCHET

 

 
 

Éducation Dans quelques écoles et collèges Un avant-goût de rentrée

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:11:50

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Éducation Dans quelques écoles et collèges
Un avant-goût de rentrée
Dans l'académie de Strasbourg, près 330 000 élèves du premier et du second degré feront leur rentrée des classes lundi 2 septembre. Mais certains n'ont pas attendu...
 

 
Pour ces nouveaux élèves de sixième du collège Molière à Colmar, les vacances sont déjà finies.
À Illkirch-Graffenstaden, pour la deuxième année consécutive, plus de 2 000 élèves de primaire ont commencé l'école dès cette semaine. Ce dispositif unique dans l'académie avait été adopté en 2018 par les conseils d'école lors du retour à la semaine de quatre jours. Cette adaptation du calendrier scolaire avait été proposée à l'académie pour récupérer les heures perdues liées à la réduction des journées de classe limitées à cinq heures 40 au lieu de six heures. Les vacances scolaires sont ainsi réduites de 8,5 jours.

Un peu partout en Alsace, d'autres élèves ont repris le chemin de l'école pour préparer la rentrée. Ainsi au collège Molière de Colmar, les vacances sont déjà dans le rétroviseur. Pour les nouveaux élèves de sixième en tout cas, qui ont été reçus dès ce lundi matin par les enseignants pour une petite semaine d'immersion avant la « vraie » rentrée. « Cela nous permettra d'aborder la rentrée plus sereinement avec une remise au travail immédiate », explique le principal de l'établissement Sébastien Lorentz.

Maths et français le matin, activités culturelles l'après-midi et sortie au parc du Petit-Prince jeudi, la semaine d'immersion risque de passer bien vite pour la centaine de nouveaux collégiens. Parmi eux, une vingtaine, « repérés au CM2 par leurs enseignants », passeront par la case remise à niveau.

Les autres sont là dans le cadre de « l'école ouverte », un dispositif alliant travail scolaire et activités culturelles, comme les arts plastiques ou le chant choral, ou sportives. « Cette semaine permettra de renforcer la cohésion des nouveaux élèves et de leur faire connaître les lieux et les personnes qu'ils vont fréquenter au collège ainsi que son fonctionnement », explique la coordinatrice de réseau Muriel Dechristé.
J.-F.C. et N.P.

 

 
 

Syrie Rassemblement national Virginie Joron trouve son chemin de Damas

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:21:44

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Syrie Rassemblement national
Virginie Joron trouve son chemin de Damas
L'eurodéputée alsacienne Virginie Joron fait partie de la délégation du Rassemblement national que Thierry Mariani va conduire en Syrie du 27 août au 1 er septembre en compagnie de Nicolas Bay et Andréa Kotarac. Ce déplacement dans ce pays en guerre fait polémique.
 

 
Virginie Joron.
Ex-membre des Républicains et ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani aime la mobilité. Il a rejoint le Rassemblement national en janvier dernier et se rend régulièrement en Syrie où il rencontre parfois Bachar Al-Assad. Pour entretenir cette tradition, l'eurodéputé pro-Russe et pro-Damas se rendra en Syrie du 27 août au 1er septembre à la tête d'une délégation composée pour l'occasion des députés européens Nicolas Bay et Virginie Joron, également conseillère régionale, et d'Andréa Kotarac, ancien membre de La France insoumise devenu soutien du RN aux élections européennes.

« Nous rencontrerons des responsables politiques, économiques, culturels et religieux dans ce pays qui depuis huit ans lutte courageusement et avec succès contre les terroristes islamistes », s'explique Virginie Joron. Elle entend « rapporter » de cette mission des « témoignages et des doléances » sur des thématiques qu'elle recense très précisément : « les chrétiens d'Orient et leur persécution » ; « les femmes yézidies enlevées par l'État islamique (EI), torturées, violées, réduites à l'esclavage sexuel » ; « le terrorisme international avec le débat sur le retour des djihadistes français » et « la question des réfugiés politiques sur notre territoire et en Europe ».

Commencée en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, la guerre civile de Syrie a déjà fait plus de 370 000 morts et plusieurs millions de déplacés. Soutien du régime de Bachar Al-Assad, la Russie s'est engagée dans la bataille en 2015 en prenant part aux raids aériens contre les zones tenues par l'État islamique. Les ONG dénoncent les attaques chimiques et les nombreux massacres commis essentiellement par le régime syrien et l'EI.
F. BY

 

 
 

Recyclage Association Tri Services Pose du « clou de fondation » de la Cité du réemploi à Sausheim

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:05:55

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Recyclage  Association Tri Services
Pose du « clou de fondation » de la Cité du réemploi à Sausheim
La création de la Cité du réemploi est un projet porté par l'association Tri Services, soutenu par de nombreux partenaires présents lors de la pose du clou de fondation à Sausheim cet été. Les tra- vaux lancés il y a plusieurs semaines devraient s'achever l'été prochain.
 

 
L'artiste Valérie Reiset dévoile son oeuvre : le "clou de fondation" de la Cité du Réemploi devant les partenaires du projet.
Pascal Schwartz, directeur de l'association Tri Services, qui compte actuellement 35 bénévoles, a rappelé la genèse du projet de la Cité du réemploi, lors de la pose du « clou de fondation » (lire aussi ci-contre).

Emmaüs est à l'origine du concept « Réparer pour ceux qui n'ont pas d'argent ». L'association Envie naît à Thann d'abord, puis à Kingersheim et, en 2009, s'installe à Sausheim sous la dénomination « Haute Alsace recyclage ». L'idée de créer une recyclerie fait son chemin et des groupes de travail se mettent en place avec m2A (Mulhouse Alsace agglomération) pour un projet encore plus ambitieux : une Cité du réemploi.
Une démarche économique, écologique et solidaire

Celle-ci regroupera sur 800 m² un espace de vente, des ateliers participatifs (créations, réparations, couture...) et un espace de rencontres et de partage. Outil d'insertion, d'inclusion sociale et de réduction des déchets, la Cité du réemploi s'inscrit dans les politiques publiques de l'emploi (elle se fera sous forme de chantier d'insertion par l'activité économique) et dans le plan local de prévention des déchets de m2A.

Le coût prévu de 2 550 000 EUR sera financé par 40 partenaires, dont le Fonds européen de développement régional, l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), m2A et la Région Grand Est.
Apprendre à consommer autrement

Fabian Jordan, président de m2A, a souligné la capacité collective à construire de grandes choses et a tenu à valoriser les bénévoles, maillons indispensables à un tel projet, et toutes les personnes qui s'impliquent dans le tissage des liens sociaux.

Pour Lara Million, vice-présidente de m2A et vice-présidente du conseil départemental, ce moment est l'aboutissement de trois années de travail et de réunions avec une association qui a « envie » de faire bouger les choses. « C'est une autre mentalité, une nouvelle façon de consommer et une source de création d'emplois. En 2020, ce sera "the place to be" ! »

Brigitte Klinkert, présidente du conseil départemental, a pointé les défis majeurs de solidarité et de développement durable qui attendent notre société. Elle a souligné la dimension sociale du projet qui crée des emplois locaux et permet à des personnes éloignées de l'emploi de se réinsérer dans le monde du travail : « C'est un projet pertinent, courageux, emblématique et transversal. »

Jean Rottner, président du Sivom de la région mulhousienne et président de la Région Grand Est, a constaté que le geste citoyen reste compliqué à faire, tandis que le député Bruno Fuchs a rappelé que le projet était porté par « des pionniers, au coeur d'une société qui a besoin d'être transformée ».

Pour clore ce moment festif, l'artiste Valérie Reiset a dévoilé son oeuvre : le « clou de fondation ».
Dominique THUET Tri Services, 3 avenue de Suisse à Sausheim, dans la zone industrielle d'Illzach-Modenheim. Lundi et mardi de 8 h à 12 h et de 13 h à 16 h ; mercredi, jeudi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h. Tél. 03 89 42 39 64. Internet : www.triservices.fr

Tri Services, 3 avenue de Suisse à Sausheim, dans la zone industrielle d'Illzach-Modenheim. Lundi et mardi de 8 h à 12 h et de 13 h à 16 h ; mercredi, jeudi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h. Tél. 03 89 42 39 64. Internet : www.triservices.fr

 
 

M2A Une recyclerie en ligne pour l'agglomération

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:07:20

© L'alsace, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
M2A Une recyclerie en ligne pour l'agglomération
 

 
Le site de troc, mis en place avec le Sivom et M2A, est en ligne. Il permet les dons, les échanges et les ventes à petit prix. Photo L'Alsace /I.L.
« Nous avons construit un système de gestion des déchets progressivement et dans la durée. Nous voulions aller plus loin dans une vision de partage et de solidarité. » De ce constat, énoncé par Jean Rottner, président du Sivom de l'agglomération mulhousienne, est né le site troc-m2a.fr, qui vient d'être mis en ligne. « Ce site montre l'engagement du territoire à créer du lien social, à remettre les gens devant leurs responsabilités et à mettre en place une démarche durable et collective. La déchetterie n'est pas toujours la solution idéale. »

Des sites de troc ont déjà été mis en place dans 150 communes. Leur succès permet de remettre dans le circuit du réemploi environ un tiers des objets qui auraient été jetés auparavant. C'est la start-up Écomairie qui a développé cet outil internet collaboratif. « Nous essayons d'être pragmatiques et de développer des actions qui fonctionnent », note Lara Million, vice-présidente de M2A (Mulhouse Alsace aggglomération).

« Le réemploi permet de consommer autrement. La cité du réemploi qui se trouve à Sausheim [imaginée par l'association Envie Alsace] n'ouvrira qu'en 2020. Le site internet comblera l'attente et sera ensuite complémentaire de cette structure. On peut dire que ça sera une recyclerie en ligne. »
Ni livres ni vêtements

Pour l'élue, « le déchet de l'un peut devenir le trésor d'un voisin ». Le site permettra donc le don, le troc ou la vente à petit prix (30 EUR maximum). « C'est différent d'un site comme le Bon coin qui est d'abord marchand. Sur troc-m2a.fr, la priorité sera l'échange et les objets seront trouvés non par leur date de mise en ligne mais selon leur géolocalisation. » L'idée étant de favoriser les liens entre les personnes vivant dans la même commune ou le même quartier.

Avant de pouvoir utiliser le site, les habitants des communes de M2A devront s'inscrire. « Leurs informations personnelles ne seront pas visibles », précise Lara Million. Ils pourront ensuite passer une annonce ou chercher leur bonheur dans les offres. Pour chacune, la distance à parcourir entre l'acheteur potentiel et le vendeur, tous deux résidant dans le périmètre intercommunal de la collectivité, sera indiquée.

Les objets seront classés dans les catégories : bricolage, jardin, jeux/jouets/loisirs, ameublement, électroménager, sport, multimédia et univers de bébé. « Il n'y aura par contre ni livres ni vêtements, pour ne pas faire de concurrence au Relais et aux boîtes à livres. » Les personnes qui déménagent ou vident une maison pourront aussi proposer les meubles et objets qu'ils auraient dû apporter à la déchetterie. Ceci peut être une opportunité particulièrement intéressante pour les étudiants qui vont bientôt effectuer leur rentrée.

Il sera également possible de proposer des échanges de services ou de compétences. Un voisin bricoleur pourra, par exemple, échanger des heures avec un spécialiste du jardinage.

Le site sera aussi une vitrine pour les acteurs de la récupération et du réemploi. Les personnes pourront ainsi trouver leur localisation, leur contact et leur présentation. « Le public ne connaît pas forcément toutes les possibilités qui sont proposées dans l'agglomération pour le réemploi. »
Isabelle LAINÉ SURFER www.troc-m2a.fr

 

 
 

Eguisheim Les clefs du succès

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:28:13

© L'alsace, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Eguisheim Les clefs du succès

Les clefs du succès

 
 
Le soleil était au rendez-vous, ce dimanche 25 août à 10 h 30, pour la réception officielle des personnalités, des sociétés et des villes amies à la 59e fête des Vignerons. Le rendez-vous était fixé, place Saint-Léon, noire de monde. L'animation musicale était assurée par la musique d'Eguisheim sous la direction de Claude Pfleger et les prestations de la Batterie des Grognards de Haute-Alsace.

Martine Alafaci, première adjointe au maire, a salué toutes les personnalités ainsi que les villes jumelées, les délégations des villes amies, les élus, les présidents d'association.

Christian Beyer, président du comité des fêtes et organisateur de la fête, a parlé de son village où il fait bon vivre : « Notre village est capable de se mobiliser, de se rassembler, de se retrouver et parmi ces défis, l'organisation de la fête des vignerons qui mobilise plus de 600 bénévoles ! » Il a salué aussi tous les acteurs de la sécurité, la police municipale, le Sdis, le service technique, la gendarmerie et remercié Philippe Hillenweck, véritable référence en matière d'art abstrait en Alsace, qui a signé l'affiche de la fête des vignerons.
Flashmob funky

Le maire Claude Centlivre s'est dit ravi d'accueillir les maires de 13 des 14 villes amies, un record, et a parlé des valeurs sûres de la fête : « Ambiance assurée, amitié partagée, amour des produits de nos vignes et de notre terroir. » Et de citer les 33 viticulteurs, les coopérateurs de la maison Wolfberger, les membres des 30 associations locales, le commerce florissant et dynamique autour de l'APEE, le Comité des fêtes et tous ceux qui font vivre la cité. Le discours du maire était ponctué de chansons reprises en choeur par tous. Un discours marqué également par le flashmob réalisé au milieu de la foule sur l'air de Funkytown.
Jeunesse, force de l'âge et sagesse

Matthieu Ginglinger, le nouveau président du syndicat viticole d'Eguisheim, a ensuite pris la parole : « Vous pourrez déguster les vins élaborés par les nombreux vignerons de talent que compte Eguisheim et qui sont fiers de vous présenter le fruit de leur travail et de la passion qu'ils ont pour la vigne ! »

Pour saluer cette belle entente entre tous, le maire a remis trois clefs : la clef de la jeunesse aux quatre Eguisiens qui ont fait 100 km à pied pour Oxfam (téphanie Haller, David Chazot, Claudy Delemer et Jean-Marc Muller, de l'équipe Exa'Depote), la clef de la force de l'âge pour les nouveaux propriétaires du Caveau d'Eguisheim, Florence et Bertrand Gelly, là où tout a commencé en 1960, enfin la clef de la sagesse à Spa pour 50 ans d'amitié.

Le pacte d'amitié a été signé pour ces noces d'or entre le maire d'Eguisheim et Sophie Delettre, maire de Spa. Le maire lui a offert une oeuvre d'Hermès Stefanelli, peintre d Eguisheim.
Hélène BLÉGER

Artisanat Financement des CFA Stalter s'inquiète d'une concurrence « déloyale »

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:19:37

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Artisanat Financement des CFA
Stalter s'inquiète d'une concurrence « déloyale »
Satisfait de la réforme de l'apprentissage, le président de la Chambre de métiers d'Alsace l'est beaucoup moins des nouvelles modalités de financement des CFA. C'est un des sujets chauds de l'artisanat alsacien qui tiendra ses universités le 29 août sur le thème de l'innovation.
 

 
Bernard Stalter en visite à l'imprimerie Geiger aux côtés du patron de l'entreprise Jean-Christophe Weitel.
Bernard Stalter a fait sa rentrée vendredi à l'imprimerie Geiger à Illkirch. Cette PME de 25 personnes fait mieux que résister à la dématérialisation : elle a investi dans des outils numériques et une unité de stockage qui lui permet de renforcer le service aux clients. Et elle a passé avec succès le cap de la transmission.

Lors de la rencontre, le président national de la Chambre de métiers d'Alsace (CMA) a redit tout le bien qu'il pensait de la loi « choisir son avenir professionnel » qui consacre l'apprentissage comme filière d'excellence et maintient les spécificités du droit local.
« Surtout pour les entreprises du CAC 40 »

Mais pour le porte-parole de l'artisanat, il y a quand même un grain de sable au niveau du financement de la formation initiale. Bernard Stalter redoute « la discrimination » faite entre les nouveaux centres de formation d'apprentis (CFA), créés par les entreprises à partir du 1er janvier, et les CFA existants gérés par les chambres de métiers : Eschau et Mulhouse en Alsace. Alors que les premiers seront intégralement financés au coût-contrat défini par les branches professionnelles, les seconds ne toucheront que la somme correspondant au coût fixé par l'État, la Région ne faisant plus l'appoint au motif qu'elle n'a plus la compétence de l'apprentissage .

Le lobbyiste en chef de l'artisanat est en train de « batailler » pour que le financement soit le même pour les deux types d'établissements. « Avec les branches qui ont pris la main, on va être sur un marché concurrentiel. Même pas peur, à condition que les règles du jeu soient les mêmes pour tous », prévient Bernard Stalter.

« Si aucun projet de CFA contractuel n'a encore émergé, la mesure devrait surtout intéresser les entreprises du CAC 40 », grince-t-il. Même si en Alsace, il faut noter que PSA travaille en partenariat avec le CFA de Mulhouse. Christian Keller, premier vice-président de la CMA évoque « une rencontre » entre tous les CFA d'Alsace pour « éviter de se faire la guerre ».
L'impact de la loi Pacte

La loi Pacte va également bousculer l'organisation des chambres de métiers (lire par ailleurs). Là encore, selon Bernard Stalter, les défenseurs de l'artisanat ont obtenu des avancées, comme le maintien du stage de pré-installation mais qui perd son caractère obligatoire. La Chambre de métiers sera de toute façon amenée à faire évoluer son offre de services avec la montée en puissance du digital et la dématérialisation. Elle a déjà des agents dédiés à la reprise et à la transmission d'entreprise, à l'économie circulaire ou au transfrontalier. Elle va développer le conseil aux créateurs et aux développeurs d'entreprise, la formation des entreprises artisanales au numérique, annonce Jean-Louis Freyd, deuxième président de la CMA. Le CFA de Eschau sera transformé en « e-CFA ».

Histoire d'enfoncer le clou, les universités de l'artisanat l'Alsace, organisées le mercredi 29 août à la Maison de la Région, traiteront de l'innovation.

 

 
 

Métiers de l'industrie cherchent apprentis

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:24:49

© L'alsace, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Métiers de l'industrie cherchent apprentis
 

 
Dès la rentrée, il sera possible de suivre un bachelor en maintenance avancée à Colmar, ainsi qu'une préparation à l'apprentissage pour les jeunes qui cherchent encore leur voie. Photo DNA /Nicolas PINOT
Sept niveaux de diplômes sont proposés par le pôle formation du CFAI Alsace : CAP, titre pro, bac pro, mention complémentaire, BTS, licence pro, bachelor et ingénieur. « Il y a donc des possibilités pour tous les profils », indique-t-on du côté du centre de Colmar.
Collégiens, lycéens, étudiants ou demandeurs d'emploi

« Les visiteurs pourront en outre découvrir 34 formations dans les domaines de la maintenance industrielle, l'informatique, l'automatisme, la robotique, la chaudronnerie et le soudage, l'électrotechnique, la productique, la mécanique ou l'usinage sans oublier l'organisation et la performance industrielle ».

Des portes ouvertes qui s'adressent aux jeunes de 15 à 29 ans révolus, qu'ils soient collégiens, lycéens, étudiants ou demandeurs d'emploi. L'occasion pour eux de s'informer sur l'apprentissage et sur les métiers techniques de l'industrie préparés au pôle formation du CFAI Alsace, de visiter les ateliers, de découvrir la vie des centres et d'échanger sur les opportunités offertes par l'industrie.
90 % des apprentis trouvent un emploi dans les six mois

Lors de cette journée, ces jeunes bénéficieront d'un conseil personnalisé en fonction de leur profil. Pour la suite, les futurs apprentis seront accompagnés à chaque étape du recrutement ainsi que dans leurs démarches.

Les futurs candidats pourront compter sur une mise en relation avec des entreprises partenaires du Pôle formation Alsace.

Chaque apprenant bénéficie ainsi d'une formation pratique et professionnelle, qu'il choisisse un cursus d'études courtes ou plus longues. À l'issue de l'obtention du diplôme, 90 % des apprentis trouvent un emploi dans les six mois.
Nicolas PINOT Y ALLER Mercredi 28 août de 14 h à 17 h au CFAI, 31 rue des Jardins à Colmar. S'INFORMER Informations complémentaires sur : formation-industries-alsace.fr.

 

 
 

Contournement routier : travaux de nuit sur la RD 419

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:08:28

© L'alsace, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Contournement routier : travaux de nuit sur la RD 419
 

 
Le chantier du contournement routier de Ballersdorf nécessitera deux nuits de fermeture totale de la RD 419 entre Dannemarie et Ballersdorf. Photo L'Alsace /Vivian MILLET
Démarré en 2017 avec l'aménagement du giratoire Est, sorti de terre avant l'entrée du village en venant d'Altkirch, le chantier du futur contournement routier de Ballersdorf est désormais entré dans sa phase majeure. Après l'aménagement du carrefour giratoire, des accès au chantier et les autres travaux d'enfouissement de réseaux, le projet est entré cet été dans sa troisième étape, avec les opérations de préchargement, terrassement et déblais.

Afin d'accélérer le tassement des terrains, un atelier de forage a également été utilisé pour la mise en place de drains afin d'extraire l'eau du sol. Près de 1200 forages ont ainsi été effectués depuis le début des opérations. Une circulation alternée a déjà été mise en place sur ce tronçon de la RD 419 en direction de Dannemarie. Prochaine étape : les travaux d'enrobés qui visent à préparer le raccordement entre la nouvelle route et la chaussée existante tout en rénovant cette dernière.
Mise en service en 2020

Au total, quelque 7200 tonnes d'enrobés devraient être nécessaires pour créer le futur tronçon, qui débouchera sur un carrefour en T, côté Dannemarie. Pour ne pas trop perturber la circulation, une partie des travaux de pose d'enrobés se dérouleront les nuits des mardi 27 et mercredi 28 août. La route sera totalement fermée à la circulation entre 19 h et 6 h du matin.

Une déviation sera mise en place dans les deux sens par les RD 25 et RD 103 via les communes de Dannemarie et Hagenbach. Durant toute la période de chantier, le Département appelle les usagers à la plus grande prudence et au respect des restrictions de circulation. L'actualité du chantier reste relayée régulièrement sur le site du conseil départemental www.infochantiers68.fr. Chiffré à près de dix millions d'euros, le futur contournement de Ballersdorf reste l'un des principaux projets routiers actuellement engagés dans le Haut-Rhin. À terme, la future route de 2,5 km est censée délester le village d'une bonne partie de son trafic actuel : plus de 6300 véhicules par jour. La mise en service de la nouvelle route est prévue fin octobre 2020.

 

 
 

Artzenheim Reprofilage de la RD3 Pose d'un nouvel enrobé

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:09:59

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Artzenheim  Reprofilage de la RD3
Pose d'un nouvel enrobé
Les travaux de reprofilage de la RD3, qui traverse Artzenheim pour rejoindre la RD52, sont sur le point de s'achever, et hier lundi a eu lieu la mise à niveau des accotements.
 

 
Un nouvel enrobé a été posé.
Sylvie Walter, responsable de l'agence territoriale routière au sein du Conseil Départemental du Haut-Rhin, rappelle que près de 1 000 véhicules par jour traversent Artzenheim. Les GPS emmènent les automobilistes, qui se rendent en Allemagne, par cette route, avec des pics plus élevés durant les mois d'été avec la forte affluence à Europa Park.

Le conseil départemental, dans son planning d'entretien des routes départementales, a programmé la réfection de la couche de roulement de la RD3 à Artzenheim jusqu'au croisement avec la RD52. C'est la société Eurovia qui a été chargée de ces travaux.

La chaussée a été rabattue en partie, avant la pose d'une couche d'enrobé dit de profilage, sur toute la largeur de la chaussée.
Vitesse limitée

Les travaux se sont achevés par la pose de matériaux, sur les accotements, afin de sécuriser ces derniers. Jusqu'à la reprise du marquage au sol, toute la zone restera limitée à 50 km/h avec interdiction de dépasser.

Ces nouveaux travaux de finalisation du revêtement routier seront réalisés en 2020.

 

 
 

Heiteren Société de quilles Adonis prêt pour sa première saison

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:09:22

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Heiteren  Société de quilles
Adonis prêt pour sa première saison
Une nouvelle association regroupant les amoureux du sport de quilles Saint-Gall a vu le jour à Heiteren et se prépare pour sa première saison.
 

 
Le premier entraînement de la nouvelle société de quilles Les Adonis de Heiteren a eu lieu le mercredi 21 août.
La société de quilles Alliance était en sommeil depuis quelques années. Autour de Denis Hebdin, des anciens joueurs locaux et des amoureux du sport de quilles Saint-Gall se sont retrouvés pour créer la société de quilles « Les Adonis », du nom de la plante endogène et rare s'épanouissant dans les clairières la forêt Mequillet.

Le 8 mars dernier a eu lieu l'assemblée générale constitutive pour la mise en place d'un club permettant de pratiquer un sport qui a offert quelques lettres de noblesse à la commune. Le bureau est constitué de : Denis Hebding, président ; Maryline Staehlé, secrétaire ; Corine Collard, trésorière.
La piste de quilles remise aux normes

Après le dépôt des statuts et leur validation, les membres de la société ont réhabilité la piste de quilles pour la rendre opérationnelle après ces quelques années de déshérence. Tous ces travaux de remise aux normes furent possibles grâce au soutien du maire Dominique Schmitt, d'anciens quilleurs du village et de sponsors qui ont cru en l'initiative de ces bénévoles, dont certains sont des quilleurs confirmés.

Les quilleurs des Adonis sont inscrits pour le championnat qui débutera dans les prochaines semaines avec une équipe de 11 joueurs qui débuteront leur remontada en évoluant en division 4, pour leur première saison. La phalange est composée de Carole, Johan, Dorian et Didier Dirringer, Serge et Corine Collard, Francis Vonau, Julien et Lucy Freby, Marie-Laure Ringler et Denis Hebding. Pour leur premier match, ils rencontreront leurs homologues de Balgau, samedi 14 septembre, dans le cadre du challenge du conseil départemental.

Dès à présent, Les Adonis inscrivent leur dynamisme dans la vie associative de la commune en participant à l'organisation de la Fête des Moissons du dimanche 8 septembre, au pèlerinage de la Thierhürst, et en organisant la bourse de vêtements, jouets et objets de puériculture, dimanche 15 septembre, dans la salle polyvalente.

Les membres de la société de quilles « Les Adonis » lancent un appel à toutes les personnes intéressées par la pratique du jeu de quilles Saint-Gall ; elles seront les bienvenues.

 

 
 

Animations Aux halles les 30 et 31 août et le 1er septembre Sous couvert de la fête

Publié dans le panorama le Mardi 27 août 2019 à 06:23:12

© Dna, Mardi le 27 Aout 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Animations  Aux halles les 30 et 31 août et le 1er  septembre
Sous couvert de la fête
Cette fin de mois verra la traditionnelle fête du marché couvert colmarien s'installer pour trois jours du côté des halles avec, comme à son habitude, animations, concerts et tradition. Un rendez-vous, résultat d'un travail coopératif entre institutions et associations.
 

 
Fat Badgers : pour un samedi soir funk et coloré.
Elle est quasiment, au fil des ans, devenue une fête de quartier. Un quartier qui s'ouvre néanmoins, à l'occasion de ce marché couvert en fête, à toute la population. « Nous voulons cette fête comme un moment de mixité sociale », affirme Pascal Sala, président de l'association des commerçants du lieu. « Avec une programmation pointue, de qualité, et qui plaît au plus grand nombre, ce qui est un vrai challenge », renchérit David Hild du CRMA (Centre de Ressources des Musiques Actuelles).

Dès les travaux de réhabilitation des halles en 2010, une fête d'automne avait trouvé sa place, rue Turenne à l'époque. L'année suivante, c'est le quartier des halles qui s'impose comme lieu de festivités. Depuis 2016, le CRMA participe activement à la programmation et au fil des années, différentes associations colmariennes se sont jointes à l'organisation (Le Lézard, Hiéro, les DiVINes d'Alsace et la radio RDL Libre qui retransmet les concerts donnés ces trois jours de festivités.). Cette année, le Colmar Jazz Festival a rejoint l'équipe et l'an prochain, c'est la salle Europe qui devrait participer à la programmation.

L'OMC - Office municipal de la culture, sous l'égide de Michel Glénat - propose de son côté, la participation des Mandolines et Guitares Colmariennes et du club Colmar Échec. Si la fête est bien entendu une vitrine pour le marché couvert, elle est aussi le reflet du résultat d'un travail conjoint de toutes ces entités, qui acceptent de mettre leur savoir-faire à la disposition de l'évènement et d'un endroit qui est devenu « ... un pôle incontournable, central, au coeur de la ville, un lieu de rencontres », comme le précise Michel Glénat.
« Cette fête est aussiune manière de renouer avec l'esprit des marchés d'antan, où l'on se rencontrait, ou l'on causait, ou l'on trinquait »

Le Marché en fête a aussi voulu conserver des partenaires et des traditions qui y trouveront leur place, et qui en constituent un socle inébranlable. Parmi ces coutumes, il y aura du folklore bien de chez nous avec la Vogesia, mais surtout la procession de la Saint-Fiacre, au son des cors de chasse, patron des horticulteurs, maraîchers et jardiniers colmariens, ainsi que les bateliers de la Lauch. « Cette fête est aussi une manière de renouer avec l'esprit des marchés d'antan, où l'on se rencontrait, ou l'on se donnait des nouvelles, ou l'on causait, ou l'on trinquait, ou l'on croisait des troupes de théâtre au détour des allées », conclut Fabrice Zeyer, chargé de communication au marché couvert.

Vingt-cinq stands (d'artisanats principalement), un manège, un trampoline, des animaux de ferme et bien sûr des buvettes et de la restauration, seront au rendez-vous en plus des animations proposées tout au long des trois jours de festivités. Comme il se doit, tout commencera par une inauguration vendredi à 11 h 15, en bonne et due forme et en présence du maire de Colmar ; elle sera suivie par la prestation folk de Nina Campani. Les mandolines résonneront, elles, samedi à 11 h et le folklore de la Vogesia le même jour à 16 h 30.

Quelques jeux seront également proposés au public avec, vendredi, un blind-test musical présenté par les DiVINes d'Alsace (l'association des Femmes de la Vigne & du Vin d'Alsace) à 18 h, et un quiz culture (une nouveauté) le samedi à 19 h 15, qui permettra de gagner un lot de places pour des spectacles et du théâtre, de la salle Europe, du Lézard, de Hiéro, du Grillen et de la Comédie de Colmar.
Une musique structuréeet enflammée

Le premier soir, les Strasbourgeois d'Hewa partageront leur penchant pour une musique progressive imprégnée de soul voire de jazz. De cette union naît une musique structurée et enflammée. Ils seront suivis par Freez, qui vient de changer de line up et a passé trois jours en résidence au Grillen sous l'oeil avisé du CRMA (qui programme ce vendredi), pour préparer son nouveau set à mi-chemin entre le jazz, l'électro pop et un rock qui se veut cosmique. Le samedi, c'est le Lézard qui propose Janine et Ginette, chanteuses de rue, en début d'après-midi, et le Pinto Quartet et Turfu en soirée. Cette dernière formation, étrange, mêle accordéon et batterie pour élaborer une musique minimaliste faite pour la transe, proche de la techno. Fat Badgers, proposé par le CRMA, clôturera la soirée avec son mix de sons soul, de funk et de musique électronique.

Dimanche, après la procession de la Saint-Fiacre (à 11 h), l'après-midi démarrera avec Na'Jazz proposé par le Colmar Jazz Festival et s'achèvera avec un spectacle de rue proposé par Lézard : Des pieds et des mains.
Christophe SCHNEIDER Marché en fête, les 30 et 31 août et le 1er  septembre autour de halles colmarienne, rue des Écoles. Concerts et spectacles gratuits.Programme complet et informations sur www.marche-couvert-colmar.fr et sur https://www.facebook.com/events/1551300385011552/

Marché en fête, les 30 et 31 août et le 1er  septembre autour de halles colmarienne, rue des Écoles. Concerts et spectacles gratuits.Programme complet et informations sur www.marche-couvert-colmar.fr et sur https://www.facebook.com/events/1551300385011552/