Blanquer à l'épreuve du bac

Publié dans le panorama le Vendredi 05 juillet 2019 à 06:01:20

© L'alsace, Vendredi le 05 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Blanquer à l'épreuve du bac
 

 
Tous les candidats au bac auront leurs résultats ce vendredi matin, mais certains seront provisoires. Une source de stresspour les élèves même si le ministre promet que tout changement de notes leur sera forcément favorable. Photo Julio PELAEZ
C'est le jour J pour les 740 000 candidats au baccalauréat mais aussi pour le ministre de l'Éducation nationale qui joue gros au lendemain de l'adoption définitive de son projet de loi pour une école de la confiance par le Parlement. Jean-Michel Blanquer assure que tous les élèves auront leurs résultats ce vendredi matin, malgré la fronde des enseignants qui font la grève de la notation des copies. Le ministre ne veut pas finir l'année scolaire sur une mauvaise note mais il est bien obligé de reconnaître qu'une partie des résultats seront « provisoires » au moins jusqu'au début de la semaine prochaine.
700 correcteurs toujoursen grève

Ce jeudi soir, 700 des 175 000 correcteurs faisaient toujours de la rétention de copies corrigées pour protester contre les réformes du lycée et du bac, malgré les pressions et les menaces de sanctions de l'administration. Il manquait encore 30 000 copies sur un total de quatre millions, d'après le ministre.

Les jurys qui délibéraient ce jeudi ont pris en compte les notes du contrôle continu pour les candidats dont les copies n'ont pas été rendues à temps. Certains élèves doivent donc s'attendre à voir la mention « notes provisoires » apparaître lorsqu'ils consulteront leurs résultats ce vendredi matin. « Ils auront leurs notes définitives en début de semaine et la note la plus favorable sera retenue pour que personne ne soit lésé », annonce Jean-Michel Blanquer. Ce recours aux livrets scolaires est déjà la règle dans les cas très rares où des copies du bac sont perdues.

La décision la plus polémique porte sur les notes « fictives » provisoires attribuées aux candidats libres et à ceux dont le livret scolaire n'est pas rempli, même si elles sont « en cohérence » avec les notes obtenues dans les autres matières.
« Le ministre préfère le chaos au dialogue »

Ces solutions bricolées en urgence par le ministère risquent de poser problème car elles pourraient constituer une rupture d'égalité entre les candidats. Elles ouvrent la porte à des recours et certains parents pourraient saisir les tribunaux.

« Le ministre préfère le chaos au dialogue. Il fragilise le bac en demandant aux fonctionnaires d'agir dans un cadre illégal », déplore Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU. Le syndicat enseignant, qui aurait préféré le report d'une journée des résultats du bac, cite quelques exemples de situations ubuesques. Dans un centre d'examen, tous les candidats ont eu d'office la moyenne (10) à l'épreuve de sciences économiques et sociales. Des proviseurs ont passé une partie de la nuit à saisir en catastrophe un grand nombre de notes qui manquaient. Des membres de jury qui refusaient de prendre en compte les notes du contrôle continu se sont vus exclus de la salle de délibération.
Problèmes dans une centaine de centres

« Les résultats, s'ils sont affichés seront une mascarade », dénonce le SNES-FSU.

« Je ne laisserai pas dire que le bac est dévalorisé. La plus grande rupture d'égalité aurait été que des élèves aient leurs résultats et pas d'autres », rétorque Jean-Michel Blanquer. Le ministre reconnaît toutefois qu'une centaine de centres d'examen sur 1 500 ont connu des problèmes ce jeudi. À tel point que certains chefs de centre envisagent d'exercer leur droit de retrait par crainte d'incidents avec des élèves mécontents. Par exemple, certains candidats risquent de subir le stress de l'oral de rattrapage alors qu'ils ont brillé à l'examen.
Luc CHAILLOT