Le chef d'escadron Mottet quitte le Sundgau

Publié dans le panorama le Vendredi 05 juillet 2019 à 05:36:21

© Dna, Vendredi le 05 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Altkirch Sécurité
Le chef d'escadron Mottet quitte le Sundgau
Le commandant de la compagnie de gendarmerie d'Altkirch Stéphane Mottet quitte le Sundgau pour Bourg-en-Bresse. L'occasion d'une cérémonie de départ à la Halle au blé.
 

 
Stéphane Mottet (à gauche) avait pris la tête de la compagnie d'Altkirch le 1er août 2016. Le chef d'escadron Nicolas Mejenny lui succédera le 1er août.
La cérémonie de départ du chef d'escadron Stéphane Mottet, commandant de la compagnie de gendarmerie d'Altkirch, s'est déroulée dans la salle des piliers de la halle au blé d'Altkirch en présence d'élus, de représentants de la gendarmerie et de la procureure de la République de Mulhouse. Stéphane Mottet est affecté au groupement de commandement de l'Ain, comme OAPJ, officier adjoint chargé de la police judiciaire à Bourg-en-Bresse. Lui succédera au 1er août, le chef d'escadron Nicolas Mejenny, qui commande actuellement la gendarmerie fluviale à Strasbourg.

Stéphane Mottet avait pris la tête de la compagnie d'Altkirch le 1er août 2016. Le maire d'Altkirch et conseiller départemental du canton, Nicolas Jander, a dit avoir « apprécié votre pragmatisme et votre professionnalisme au quotidien, votre implication lors de la période de contestation de la fin de l'année dernière, qui a été éprouvante en termes de mobilisation pour vos effectifs. Ceci en plus du travail quotidien considérable que vous effectuez tous au service de notre population ». L'élu demande aussi le renforcement de la compagnie d'Altkirch : « Les effectifs en place mériteraient d'être revus à la hausse parce que nous ne sommes pas épargnés par les problématiques délictuelles. Et les exigences des Sundgauviens sont les mêmes que celles des habitants des grandes villes. » La sous-préfète Emmanuelle Guénot a salué son « plein engagement au service de la sécurité de nos concitoyens », ainsi que sa capacité à maintenir « un lien fort avec les collectivités et les habitants ». Le député Jean-Luc Reitzer a salué « un grand professionnel, un homme à l'écoute, parce que le gendarme ne vit pas en dehors de la société »
« Sens de l'écoute »

Le colonel Guillaume Leblond, commandant du groupe départemental de gendarmerie, a rappelé que le commandant Mottet s'est impliqué « avec conviction dans le domaine opérationnel, dans le commandement sur le terrain et le domaine judiciaire, mais aussi dans le commandement des hommes. Votre sens de l'écoute et votre patience méritent d'être soulignés. Vous avez su tisser des liens de confiance avec nos partenaires de la sécurité pour le bénéfice de nos concitoyens. Mission accomplie ».

Il a aussi félicité le chef d'escadron pour « sa réussite majeure, avoir su adapter la carte de la compagnie d'Altkirch aux réalités géographiques et administratives, avec succès ». Une mission mise en oeuvre le 1er mars 2019 qui lui a valu un témoignage de satisfaction du commandant de la région de gendarmerie d'Alsace : « Le commandant de la compagnie d'Altkirch a conçu une réorganisation pertinente des unités territoriales. Cette opération a été bien accueillie par les élus et les militaires, permettant une rationalisation des permanences d'OPJ. »

Le départ du chef d'escadron intervient seulement trois ans après son arrivée le 1er août 2016, contre quatre d'ordinaire. Stéphane Mottet explique, dans un long discours, non sans humour, qu'il quitte le Sundgau pour favoriser un rapprochement familial. Le Sundgau est « une belle région, méconnue, que j'ai beaucoup appréciée », et la vallée de Masevaux « est réputée pour être la plus belle vallée du monde ». « La compagnie d'Altkirch est la seule compagnie de France avec deux chaînes de montagnes, le Jura et les Vosges », assure l'officier. Il salue le travail réalisé avec les gendarmes et plaide pour que la compagnie d'Altkirch puisse travailler un jour « avec tous ses effectifs ».

Il rappelle « les liens de confiance » et le travail réalisé avec les élus : « 99 gendarmes pour 127 communes. Nous avons besoin de relais efficaces sur le terrain. » Mais aussi le « travail en bonne intelligence avec les sous-préfets d'Altkirch et de Thann », les partenaires institutionnels et « l'excellence de nos relations » avec les voisins de la police cantonale du Jura suisse « pour trouver des solutions face à la délinquance frontalière ».
Laurence Behr