Le Parlement européen choisit l'Italien Sassoli

Publié dans le panorama le Jeudi 04 juillet 2019 à 05:55:09

© Dna, Jeudi le 04 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Strasbourg Politique
Le Parlement européen choisit l'Italien Sassoli
Un Italien prend la place d'un Italien. C'est lesocial-démocrate David Sassoli qui a été élu hier midi pour remplacerle conservateur (ForzaItalia) Antonio Tajaniau perchoir du Parlement européen.
 

 
Le nouveau président du Parlement européen, le social-démocrate David Sassoli.
Sept voix lui manquaient au premier tour de scrutin, il a remporté le second par 345 voix sur 667 exprimés. Les quatre candidats (outre Sassoli, la verte allemande Ska Keller, l'Espagnole d'extrême gauche Sira Rego et l'eurosceptique tchèque Jan Zahradil) s'étaient tous maintenus au second tour, mais les reports de voix ont joué en faveur du candidat social-démocrate.
La suite du Conseil

À la suite de l'accord trouvé au Conseil européen mardi, qui propose une candidate du PPE (conservateurs) pour la présidence de la Commission européenne, le PPE, qui compte le plus grand nombre de députés européens dans le nouveau Parlement, n'avait pas présenté de candidat pour cette élection. Les libéraux, qui obtiennent le poste de président du Conseil, n'ont pas présenté de candidat non plus pour le perchoir. Mais tous les membres de leurs groupes n'ont pas suivi la « discipline » de vote en faveur de Sassoli (lire notre encadré).

« Je ne suis pas l'homme du Conseil, je sors des rangs du Parlement [...] Le Parlement peut faire ses choix en toute indépendance », a-t-il commenté après son élection.

La question migratoire a été l'un des premiers dossiers mis en avant par le nouveau président. « Il faut modifier le Règlement de Dublin », a-t-il insisté, en référence à cette législation confiant la responsabilité d'une demande d'asile aux pays de première entrée dans l'UE. Et qui fait peser un fardeau disproportionné sur des pays comme l'Italie ou la Grèce.
Journalisteavant d'être politique

Âgé de 63 ans, David Sassoli est né à Florence, en Toscane, et est devenu journaliste après des études de sciences politiques. En 1992, il est embauché par la chaîne publique de radio-télévision RAI et monte rapidement les échelons jusqu'à devenir présentateur du journal du soir de la première chaîne publique, regardé par des millions d'Italiens.

Il passe en politique en 2009, quand l'ex-maire de Rome de gauche Walter Veltroni organise la fusion de deux grands partis de gauche et centre-gauche, un projet auquel David Sassoli se rallie immédiatement et qui donne naissance au Parti démocrate (PD).

Réélu au Parlement européen en 2014 après une tentative ratée à la mairie de Rome, il devient vice-président du Parlement en charge du budget et de la politique euro-méditerranéenne.

« Je n'ai pas complètement abandonné ma carrière de journaliste, je collabore de manière active encore avec divers quotidiens et revues », reconnaît-il. Il est ainsi le co-auteur d'un livre sur les conseils des ministres pendant l'enlèvement d'Aldo Moro en 1978.

Connaisseur du métier, il a garanti aux journalistes présents, lors d'une conférence de presse, qu'ils pourraient « travailler en toute indépendance et dans les meilleures conditions possibles, pour que ce qui se passe au Parlement européen soit connu de tous les citoyens ».
ACB (avec AFP)