SAINT-LOUIS Fleurissement : Tremblez feuilles... le jury départemental arrive !

Publié dans le panorama le Jeudi 04 juillet 2019 à 05:49:15

© Dna, Jeudi le 04 Juillet 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

SAINT-LOUIS  Fleurissement
SAINT-LOUIS Fleurissement : Tremblez feuilles... le jury départemental arrive !
Forte de ses trois fleurs et de ses deux libellules, la Ville de Saint-Louis, et plus spécialement le Service des espaces verts, sont en lice pour décrocher le Prix de la créativité 2019, lancé par Alsace Destination Tourisme, pour ses six jardins éphémères.

 
C'est par le jardin éphémère Croisée des Lys que le jury départemental a débuté sa tournée ludovicienne, aux côtés d'une partie de l'équipe des Espaces verts et de Raymond Eckes, délégué aux Espaces verts.
Mardi, fleurs et plantes et autres créations n'avaient qu'à bien se tenir ! Le jury départemental des Villes et villages fleuris, emmené par les conseillers départementaux Vincent Debes et Pierre Bihl, les a examinés sous toutes les nervures ! Et à Saint-Louis, le fleurissement est un art. Notamment les jardins éphémères dont chaque nouvelle création suscite l'admiration des riverains et qui sont en lice pour décrocher le Prix de la créativité 2019 initié par Alsace Destination Tourisme. Ce sont ces jardins qui ont été passés au crible hier. Que ce soit rue de Michelbach, place Mermoz, place de l'église de Bourgfelden, Croisée des Lys, parc du Triembach et à l'entrée du conservatoire, rue de Mulhouse.
« C'est original ! »

C'est par celui installé à la Croisée des Lys que le jury a débuté. « C'est original ! », lançait un des membres face à la fontaine, ornée de roues de vélos, clin d'oeil au Tour de France, et parsemé de maillots de cyclistes, notamment le jaune dont les 100 ans sont fêtés cette année. Un jardin éphémère qui séduit jour après jour, étant une place de choix pour selfies et autres photos. De quoi rendre fier les 35 employés des Espaces verts de la Ville chapeautés par Pierre Bohrhauer depuis le début de l'année. « Notre objectif est d'embellir le cadre de vie et de surprendre les Ludoviciens. Nous proposons des jardins éphémères toute l'année, sur des thèmes différents. Au printemps, les compositions portaient sur la biodiversité. Jusqu'à fin août, nous mettons en avant le cyclisme, en lien avec le Tour de France et les 100 ans du maillot jaune. En septembre, les jardins éphémères seront sur le thème de la rentrée, en octobre et novembre ce sera le bois dans tous ses états. et pour décembre, Noël au jardin », précisent Emmanuel Misslin, chargé d'études aux espaces verts, et Christine Groff, référente fleurissement
De l'imaginationdes employés

Les créations fleurissent dans l'imagination des employés, sont couchées sur papier avant d'être mises en forme puis en terre. Et les objets utilisés pour embellir ces créations, à l'image du héron en bois qui trônait Croisée des Lys, ou les maillots de cyclistes, sont tous issus de la récupération. « Si nous avons des arbres malades, nous les coupons et les travaillons pour créer des figurines par exemple. Nous leur redonnons une deuxième vie ! », précise Emmanuel Misslin. Tout comme les roues de vélos de la Croisée des Lys, récupérées sur des vélos cassés, abandonnés en ville.

En plus du recyclage, les agents veillent au bien-être des insectes, en plantant notamment « des plantes mellifères pour les abeilles et la diversité locale », précise Christine Groff. Avec un nouveau défi : outre les 130 000 plantes et autres arbustes cultivés chaque année dans les serres municipales, dont 54 000 rien que pour la période estivale, il faut désormais trouver des plantes qui résistent aux fortes températures. « Nous avons essuyé quelques pertes ce week-end suite aux fortes chaleurs, malgré un arrosage très régulier ! Notre priorité est que le fleurissement reste beau », explique Emmanuel Misslin.
Repenser l'arrosage

Et après avoir trouvé de nouvelles solutions pour lutter contre la chaleur, les employés vont peut-être devoir repenser l'arrosage. En effet, une réglementation sur l'utilisation de l'eau en été est à l'étude. En gros, plus on utilise d'eau, plus la facture sera salée. « Nous n'avons pas 36 solutions, souffle Raymond Eckes, délégué aux espaces verts, aux parcs et jardins, au fleurissement et à la propreté urbaine. Les plantes sont paillées pour garder l'humidité, mais elles ont besoin d'eau tout de même. Si cette réglementation est appliquée, nous devrons trouver des plantes qui consomment moins d'eau, mais nous n'avons pas le choix, nous devrons tout de même les arroser ! »

Pour l'heure, les jardins éphémères sur le thème du vélo, avec un clin d'oeil aux 100 ans du maillot jaune, sont à admirer jusqu'à la rentrée.
Nadine MULLER