L'heure des auditions et des doléances

Publié dans le panorama le Mercredi 12 juin 2019 à 06:04:35

© L'alsace, Mercredi le 12 Juin 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
L'heure des auditions

et des doléances
 

 
La commission des lois de l'Assemblée nationale, présidée par Yaël Braun-Pivet (LaREM, Yvelines), a débuté ses auditions sur le projet de loi relatif aux compétences de la Collectivité européenne d'Alsace (CEA). Rémy Rebeyrotte (LaREM, Saône-et-Loire) est le rapporteur du texte, et Raphaël Schellenberger (LR, Haut-Rhin), rapporteur d'application.

La ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, a été entendue hier.

Des membres de la commission des lois profiteront de leur passage à la Cour européenne des droits de l'Homme pour auditionner, ce jeudi 13 juin à la préfecture de Strasbourg, le président de la Région Grand Est, les présidents des deux Départements, des représentants des maires du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, ainsi que les présidents de l'Eurométropole de Strasbourg et des agglomérations de Colmar et Mulhouse.

« Un intérêt à travailler tous ensemble »

Les articles du projet de loi seront examinés en commission à partir du mardi 18 juin. Les débats débuteront dans l'hémicycle le lundi 24 juin.

Le Premier ministre Édouard Philippe a reçu, le 4 juin dernier, les parlementaires du Grand Est pour une réunion de travail sur le projet de loi Alsace, à laquelle seuls les élus de la majorité (LaREM) et de ses alliés (MoDem, Agir) étaient conviés. Séance de rattrapage : les députés LR alsaciens seront reçus le 11 juin. « Dans ce dossier, tout le monde a intérêt à travailler ensemble », glisse l'un d'eux.

Dans la perspective du débat, des parlementaires alsaciens, dont les députés Straumann, Thiébaut, Hetzel, Reiss et Schellenberger, ont rencontré à Paris les membres du bureau du Mouvement pour l'Alsace (MPA), dont son président, le sénateur André Reichardt, la vice-présidente Marie-Christine Huber et son secrétaire général, Robert Hertzog.

Une collectivité à statut particulier

Enfin, l'Initiative citoyenne alsacienne (ICA) a adressé un courrier au président de l'Assemblée nationale, à la présidente de la commission des lois et au rapporteur du projet de loi Alsace, ainsi qu'à l'ensemble des députés français, pour demander la création d'une collectivité à statut particulier. L'ICA proposera aux députés qui le voudront bien de déposer un amendement visant à la création d'une telle collectivité.

Lors de son audition par le rapporteur, le député Patrick Hetzel (LR) a insisté, lui aussi, pour que la future collectivité obtienne ce statut particulier. Le gouvernement a déjà répété son opposition à une telle perspective.

Franck BUCHY