Hésingue Construction : Le chantier de la résidence seniors, Les Hirondelles, est lancé

Publié dans le panorama le Mercredi 12 juin 2019 à 06:03:12

© Dna, Mercredi le 12 Juin 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Hésingue  Construction
Hésingue Construction : Le chantier de la résidence seniors, Les Hirondelles, est lancé
Le chantier Les Hirondelles sort de terre à l'arrière de la maison médicale de Hésingue. Ce bâtiment, livrable à l'automne 2020, accueillera 22 appartements dédiés aux seniors. Il sera doté d'un parc paysager, clôturé mais accessible à tous, de 8 ares.

 
Le chantier de l'immeuble Les Hirondelles, dédié aux personnes âgées, à mobilité réduite ou handicapées, vient d'être lancé à l'arrière du pôle médical de Hésingue. Ses 22 logements, dont 8 aidés, devraient être livrés au cours du troisième trimestre 2020.
Depuis quelques jours, la grande grue est en place et les pelleteuses à l'oeuvre sur le chantier de la résidence Les Hirondelles. Située à l'arrière de la maison médicale de Hésingue, la nouvelle construction répond à une volonté communale de proposer des appartements adaptés aux personnes âgées, à mobilité réduite ou handicapées. Et en priorité aux habitants de Hésingue. En amont, la commune de Hésingue a vendu le terrain à Dagon Résidences pour un montant de 450 300 EUR TTC. Puis a convenu avec le concepteur de racheter tous les extérieurs, parc, voirie et cheminement, à hauteur de 637 704 EUR TTC. La commune est donc aujourd'hui propriétaire de tous les espaces extérieurs.
Une architecture contemporaine et douce

Ce chantier, dont la durée est évaluée à environ 16 mois, est porté par Dagon Résidences de Sausheim, maître d'ouvrage, et l'architecte Isabelle Mallet du cabinet « architecture, ville & Paysage » de Colmar. Sur le terrain, la maîtrise d'ouvrage a été confiée à Jean-Marc Heitz du cabinet E2I de Sausheim. « L'architecture contemporaine du bâtiment est plus douce que celle de la maison médicale », précise Isabelle Mallet. Façade recouverte de bois, toiture végétalisée, terrasses protégées et exposées sud-ouest... déjà fortement impliquée dans des chantiers de réaménagement du centre de Hésingue, l'architecte décrit une construction d'une emprise de 1 700 m² sur trois niveaux. Le rez-de-chaussée étant réservé à la location de logements aidés et les deux étages à des appartements en accession à la propriété (encadré ci-contre).

Développée afin d'offrir un maximum de confort tout en favorisant l'esprit de convivialité, cette construction se distingue à différents titres. Elle ne présentera pas d'espaces communs, comme on en trouve actuellement dans les immeubles, mais proposera un système de coursives extérieures donnant un accès individualisé à chaque appartement. Elle prévoit la mise en oeuvre de petits espaces de convivialité privatifs situés à une distance de trois mètres des fenêtres et des portes d'entrée de chaque foyer. Chaque appartement est également équipé d'un cabanon en bois, placé à côté de la porte d'entrée et dédié au rangement d'objets encombrants.
« Des prestations au-delà des préconisationsde Saint-Louis Habitat »

Côté parking, des places de stationnement sont réservées en extérieur pour les locataires du rez-de-chaussée. Tandis que les propriétaires des appartements situés en étage disposeront d'un garage pouvant accueillir deux voitures en sous-sol. Dans son ensemble, le bâtiment disposera de deux entrées distinctes et d'un ascenseur desservant les deux étages supérieurs.

Tout au long de leur travail de réflexion, les différents partenaires ont misé sur des prestations de qualité : chauffage au sol avec régulation de la température, brise-soleil motorisés, parquet en bois massif...

Autant de commodités qui « vont au-delà des préconisations de Saint-Louis Habitat dans le cadre des logements pour les seniors », a convenu Isabelle Mallet.

Mais la plus-value du site reste sans conteste la création d'un parc de 8 ares, en cours de conception, dont la commune prendra en charge l'entretien. Les eaux récupérées grâce à la toiture végétalisée du bâtiment, seront filtrées et envoyées dans un réservoir situé sous le parc. Déjà des idées fleurissent comme celle de créer des petits jardins partagés desservis par un chemin accessible aux personnes à mobilité réduite. D'ici là, après les travaux de terrassement dont l'achèvement est prévu d'ici quelques semaines, le gros-oeuvre s'étalera sur 6 mois. En tout, le chantier réunira 25 entreprises, pour la plupart originaires de la région.
Ghislaine MOUGEL