Retraites : travailler encore plus ?

Publié dans le panorama le Mercredi 12 juin 2019 à 05:54:40

© Dna, Mercredi le 12 Juin 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Social Le rapport du Conseil d'Orientation alerte sur la dégradation des comptes
Retraites : travailler encore plus ?
Douche froide juste avant la réforme des régimes de retraite : il manquera 10 milliards dans la caisse du régime général à la fin du quinquennat. Durée de cotisation allongée? Age pivot de 64 ans? Les solutions pour boucher le trou ne sont pas légion.
 

 
Les retraites, « ce n'est plus un problème financier », assurait le président Macron le 18 mai. Eh bien si, lui répond le Conseil d'Orientation des retraites (COR), chargé de suivre la situation des caisses et de prévoir leur avenir financier ! Le déficit des régimes de retraite sera deux fois plus important que prévu à la fin du quinquennat. Soit 10 milliards d'euros au lieu des 5 milliards prévus en 2022. À moins d'un mois de la restitution du rapport commandé au haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, l'équation se complique pour le gouvernement qui entend profiter de cette réforme phare de la deuxième partie du quinquennat pour remettre le système à plat afin de le rendre durable.
Pourquoi ce déficit

D'une part, la croissance du Produit intérieur brut n'est pas assez soutenue, aussi les recettes de cotisations pour les retraites ne sont pas aussi élevées que prévu, d'autant qu'en réduisant le nombre de fonctionnaires, l'État et les collectivités ont réduit le nombre de cotisants. D'autre part, le nombre de nouveaux retraités a augmenté en 2018 (666 452 soit 5,3 % de plus qu'en 2017). Le cap des 17 millions de retraités a été franchi en incluant les pensions de réversion aux veufs et veuves n'ayant jamais travaillé.
Pourquoi il y a urgence

En 2030, quelque 20 millions d'habitants auront dépassé 62 ans, l'âge légal actuel. Il faudrait une croissance annuelle favorable de +1,8 % des revenus d'activité pour retrouver l'équilibre en 2042 et non en 2036 comme estimé il y a un an. Si cette croissance tourne autour de 1,5 %, il faudra attendre 2056. Et en cas de croissance inférieure, le déficit se creusera encore. Or, le gouvernement a fait de l'équilibre une priorité. Dans son souci d'apparaître plus social, il n'a pas renoncé à étendre les droits en termes de pénibilité, de temps partiel, de parentalité, d'invalidité.

Comment éviter le déficit sans toucher à l'âge légal (62 ans), sans baisser les pensions, sans augmenter les cotisations - les trois interdits absolus énoncés par le président Macron ?
Cotiser plus longtemps

La possibilité la plus immédiate pour trouver 10 milliards est de rallonger la durée de cotisation nécessaire pour l'obtention du taux plein du régime général sans attendre l'application de la réforme à venir programmée au plus tôt en 2025. Elle compte en plus une période transitoire pour 2025-2030 voire 2035 afin de remplacer la multitude de régimes existants par un système universel (lire repères). Les futurs retraités nés entre 1960 et 1968 (ou 1973 si 2035) devraient travailler plus longtemps.
L'âge pivot pour le calcul

L'autre solution est d'instaurer le fameux âge pivot de 64 ans. Un système de « bonus-malus » sur les pensions, calculé avant et après 64 ans inciterait les actifs à travailler plus longtemps y compris ceux qui peuvent prétendre au taux plein dès 62 ans. Ou même avant : 22 % des retraités partis en 2018 soit 150 000 ont bénéficié de départs anticipés dans le cadre du dispositif « carrière longue » après 162 000 en 2017. L'impact a été sous-estimé pour les natifs des années 1950 et 1960 qui valident des trimestres de boulots d'été, de jobs étudiants voire le service et les préparations militaires pour les hommes.

« Un salarié qui travaille un an de plus, ce sont des cotisations supplémentaires et des dépenses en moins pour le régime général », soulignait le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin. Encore faut-il que ce salarié senior ait un emploi, l'envie de continuer et que son employeur souhaite le garder après 60 ans. Pour le moment, seulement 52 % des Français de 55 à 64 ans travaillent.
Pascal JALABERT