Yannick Jadot : « Le vote du siècle »

Publié dans le panorama le Mercredi 15 mai 2019 à 05:44:55

© Dna, Mercredi le 15 Mai 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Européennes  Les candidats au scrutin du 26 mai
Yannick Jadot : « Le vote du siècle »
Seul eurodéputé sortant tête de liste, le leader écologiste mise sur le ni gauche ni droite et sur un programme centré sur la lutte contre le réchauffement pour rééditer les performances des Verts à ce scrutin.
 

 
Yannick Jadot, 51 ans, tête de liste d'Europe-Écologie-Les Verts.
Pourquoi avoir refusé la liste commune avec la gauche ?
« Question de cohérence. Le bulletin de gauche efficace et utile, c'est Europe-Écologie-Les Verts. Au Parlement européen, le groupe des Verts est au coeur des avancées en termes de santé, d'environnement, de libertés, au coeur des résistances au libre-échange et aux lobbys. Le chef des sociaux-démocrates Frans Timmermans défend avec ferveur le glyphosate, l'austérité budgétaire, le dumping fiscal. Je peux regarder les électeurs droit dans les yeux : ce que je dis en campagne, je le fais dans mon mandat européen. Quant à Mélenchon, il a déserté le combat européen au profit de l'extrême droite, il brutalise le débat public en cherchant des ennemis au lieu de concilier le pays autour de solutions concrètes pour le climat et la santé. Ses positions sur le Venezuela et Poutine, à qui il rend service avec ses coups de boutoir sur l'Europe, sont incompatibles avec nous. »
Daniel Cohn-Bendit qualifie les verts de secte...

« C'est triste. Il y a chez lui de la frustration de soutenir une liste, une majorité qui a renoncé à l'écologie, à l'accueil des migrants. Ce n'est pas en tapant sur ceux qui poursuivent l'action à laquelle il a participé en 2009 qu'il fera oublier les errances morales de la tête de liste LREM et les renoncements. »
Qu'aimez-vous dans l'Union ?

« La France est notre maison, l'Europe notre village. C'est l'endroit où on peut construire un horizon de bienveillance pour la jeunesse autour de la lutte contre le chaos climatique, de relocalisation de l'économie à l'échelle des territoires, d'emplois de qualité, de logements rénovés, de services publics sanctuarisé, d'énergies renouvelables, d'alimentation sans pesticides. »
Ce que vous n'aimez pas ?

« Les gouvernements européens, conservateurs libéraux et sociaux-démocrates, ont abandonné l'Europe aux lobbys, à la technocratie et ont réduit le projet européen à l'objectif de 3  % de déficit budgétaire. Les écologistes sont les seuls capables de rendre de nouveau l'Union aimable, utile et concrète. »
Comment éviter l'abstention ?

« C'est le vote du siècle. D'abord nous voilà proches du chaos climatique, de la destruction de masse des espèces à force de renoncer et de reculer comme le font Macron, la droite, les sociaux-démocrates. Le temps de l'écologie est venu. Ensuite, l'Europe est menacée de dislocation sous le joug soit d'un libéralisme intégral destructeur, soit d'une conquête par l'extrême droite dont rêvent Trump et Poutine. Le Brexit a démontré ce processus. Je ne voudrais pas que nos jeunes qui marchent pour le climat oublient d'aller voter le 26 mai et qu'ils se retrouvent comme les jeunes Britanniques qui manifestent pour l'Europe trois ans après s'être largement abstenus au référendum sur le Brexit en 2016. »
Recueilli par Pascal JALABERT