COLMAR : La météo n'a pas joué les trouble-fête

Publié dans le panorama le Lundi 29 avril 2019 à 06:32:09

© L'alsace, Lundi le 29 Avril 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

COLMAR : La météo n'a pas joué les trouble-fête
 

 
Entre deux averses, des canards se sèchent sur le rebord de la fontaine Bruat du Champ de Mars en profitant de quelques timides rayons de soleil. Autour d'eux, des centaines de personnes font de même. Bien contentes de ne pas passer l'après-midi sous la pluie.

« On a regardé la météo, on a longuement hésité, raconte une mère venue avec ses enfants et son mari. Mais c'est un rendez-vous qu'on apprécie, et ça nous aurait attristé de le manquer. »
« Tous ces effluves qui font voyager, c'est dur d'y résister »

Ce rendez-vous, c'était le Festival de rue D'ailleurs d'ici dont la 22e édition s'est tenue ce week-end à Colmar. Pour cette famille, c'est la nourriture proposée lors de ce festival qui a pesé dans la balance.

« Rien qu'en arrivant aux alentours de la place Rapp, tous ces effluves qui font voyager, c'est dur d'y résister », glisse le père. Au menu, couscous pour tout le monde.

Le long de la « Rue du Respect », l'allée centrale du festival, les stands des associations ont proposé des repas d'ici et d'ailleurs, mais surtout d'ailleurs. Cuisine africaine, japonaise, orientale... Il y en avait pour tous les goûts.

Et pour accompagner son repas, quoi de mieux qu'un spectacle ? Tout au long du week-end, plusieurs animations étaient ainsi proposées pour toute la famille.

D'un côté, à l'abri sous un chapiteau, la compagnie Bardaf a présenté son spectacle Les mains à la pâte, à une assemblée concentrée sur les moindres faits et gestes de Lénaïc Eberlin.

De l'autre côté de la place, une foule impatiente attendait l'entrée en scène des Frères Troubouch. Le public n'a pas été déçu. Les deux artistes ont fait une entrée fracassante en brisant des chaises fragilisées par le temps alors qu'ils voulaient s'asseoir dessus.

Si la majeure partie du public s'en est amusée, certains enfants ont pleuré, obligeant les comiques à s'excuser pour la gêne occasionnée. Ils se sont rattrapés avec leurs acrobaties, à pied, ou à vélo.

Profitant du spectacle sur un banc avec ses deux jeunes enfants, Arthur, qui n'avait pas vraiment prévu « de venir ici ce dimanche », a confié que « le hasard fait parfois bien les choses ». Présent à Colmar pour visiter la ville, il n'avait même pas idée qu'un festival de rue s'y tenait : « C'est en voyant du monde qu'on s'est rapproché, et ça valait vraiment le coup. On a pu manger, les enfants ont joué, et là le spectacle les amuse, que demander de plus ? ».

Du pain et des jeux, c'est ce que le peuple a toujours voulu.
P. DES.