Colmar Commémoration : Sur le chemin douloureux de la mémoire

Publié dans le panorama le Lundi 29 avril 2019 à 05:37:12

© Dna, Lundi le 29 Avril 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Colmar  Commémoration
Colmar Commémoration : Sur le chemin douloureux de la mémoire
La commémoration de la Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation s'est déroulée ce dimanche matin, place des Martyrs-de-la-Résistance, à Colmar.

 
Gerbe déposée par Pierrot Finance et Jacques Godel, anciens déportés, et Francis Lerdung, fils de déporté (au centre).
Comme son nom l'indique, la Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation, célébrée dimanche matin à Colmar, honore les déportés et prend en considération leur courage, leur héroïsme et leur sacrifice. Elle a pour vocation de rappeler ce drame historique qu'il importe de ne pas laisser tomber dans l'oubli. Et surtout les leçons à en tirer pour que de telles abominations ne se reproduisent jamais plus.

Cette cérémonie évoque le souvenir des souffrances, des tortures atroces subies dans les camps de concentration et de l'anéantissement programmé de millions d'innocents. Une masse humaine soumise à la faim, au froid, et aux représailles sadiques de leurs bourreaux. La présence d'un piquet d'honneur du 152e Régiment d'infanterie de Colmar a contribué à rehausser cette célébration, en présence de victimes de guerre et d'associations d'anciens combattants représentés par leurs porte-drapeaux.
Les derniers rescapés inquiets face à une Europe à nouveau divisée

La lecture du message des déportés et de la liste des camps de concentration a été effectuée par Jean-Paul Lerdung, fils de déporté et président de l'Office pour les manifestations des sociétés patriotiques et d'anciens combattants (OMSPAC) : « Nous rendons hommage à ces femmes, hommes et enfants, envoyés par milliers dans les camps d'extermination nazis, qui ont souillé et durablement meurtri les peuples et les territoires occupés, a-t-il déclamé. Malgré l'épuisement physique et les menaces auxquels ils étaient confrontés, ils n'ont pas renoncé à l'espoir et ont su rester des êtres humains. Les derniers rescapés de l'horreur indicible de la barbarie nazie expriment leur inquiétude à l'égard d'une Europe divisée, traversée et habitée par la résurgence de mouvements nationalistes. L'Europe, dont la vocation est de garantir la paix et la prospérité des pays qui la composent, doit être celle de la mémoire de millions d'êtres humains sacrifiés par une idéologie perverse. Le rappel de l'action des déportés dans les camps de la mort doit aller au-delà d'une journée symbolique, c'est ainsi que l'hommage aux déportés prendra tout son sens, pour construire un avenir de paix, de fraternité, et de respect de la dignité humaine. » La diffusion du chant des marais a précédé la cérémonie de dépôt de sept gerbes par différentes personnalités.
Sonnerie aux morts, minute de silence, hymne national

La sonnerie aux Morts, la minute de silence puis l'hymne national repris en choeur ont été suivis du salut aux emblèmes par les autorités, mettant un terme à cette commémoration.

Parmi les autorités civiles et militaires, on pouvait noter la présence du préfet du Haut-Rhin Laurent Touvet, du député Eric Straumann, de la présidente du conseil départemental Brigitte Klinkert et du premier magistrat Gilbert Meyer, accompagné du maire junior Corentin Denommay et de plusieurs adjoints et membres du conseil municipal.
JR.H.