Avec ce froid, les vignes ont eu chaud

Publié dans le panorama le Lundi 15 avril 2019 à 06:04:38

© Dna, Lundi le 15 Avril 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Météorologie
Avec ce froid, les vignes ont eu chaud
Une grande partie de la France s'est réveillée ce dimanche matin avec de fortes gelées, qui ont toutefois épargné l'Alsace. Dans les autres régions viticoles, comme en Bourgogne, les producteurs ont embrasé les vignes pour lutter contre le gel.
 

 
Vue de la Montagne de Beaune (Côte d'Or) après l'allumage des feux de paille vers 6 h 30 ce dimanche 14 avril.
Ce dimanche matin, les températures sont descendues très bas. En Bourgogne, jusqu'à -6,5 °C dans la Nièvre (à Nevers), par exemple. Dans le Grand Est, les températures étaient également hivernales. À Lesse, en Moselle, non loin de Baudrecourt, à quelque 150 km de Strasbourg, il faisait -4,9 °C. Plus à l'ouest encore, le thermomètre a affiché -9 °C à Mourmelon-le-Grand, au coeur de la Champagne pouilleuse (département de la Marne). En Haute-Marne, il n'était pas rare de mesurer -7 °C, voire - 8 °C ce dimanche matin. Plus au sud, en descendant vers Belfort, il faisait 0 °C. Et puis Mouthe, dans le Haut-Doubs, a encore mérité son surnom de « Sibérie française » : il y faisait -10 °C.

Dans les régions viticoles, les vignerons étaient en première ligne pour lutter contre ce froid. En Champagne, dans le Jura, en Bourgogne, ils se sont battus contre la gelée qui décime les vignes. Les vignerons de la Côte d'Or, près de Dijon et de Beaune étaient à pied d'oeuvre dès 3 h du matin. Afin de protéger leurs vignes, et tenter de limiter les dégâts, ils ont brûlé des tonnes de paille et en allumant des bougies entre les rangs de vignes. Les paysages ont ainsi rapidement disparu laissant place à un épais nuage de fumée. Plusieurs habitants ont d'ailleurs dénoncé la pollution qu'engendrent ces fumées dans le petit matin... Dans le Jura aussi, les vignerons ont allumé de la paille, avant d'ajouter de l'eau au fil des heures afin de produire un épais nuage de fumées.

L'Alsace, région viticole également, a été relativement épargnée par ce matin frisquet, protégée qu'elle était par une importante couverture nuageuse. Toutefois, il fallait quand même mettre sa petite laine ce dimanche. Au centre-ville de Strasbourg, on a mesuré 2,4 °C. À l'aéroport d'Entzheim, il faisait 1,6 °C. Plus au sud, il faisait 1,6 °C à Mulhouse et 2,3 °C à Colmar. Des gelées plus sévères ont été naturellement constatées sur les hauteurs (-1 °C, voire -2 °C dès 500 ou 600 mètres d'altitude). Même à Waltenheim-sur-Zorn, dans la plaine d'Alsace, il ne faisait que 0,1 °C à 7 h.

On rappellera que des gelées peuvent encore être observées dans un printemps bien avancé déjà, notamment dans l'est de la France et en Alsace en particulier. Les dates des 11, 12 et 13 mai, les fameux « saints de glace », saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, correspondent aux limites des gelées les plus tardives dans un printemps bien avancé. « Mais ça ne veut pas dire qu'il va geler chaque année ces jours-là ! », tempère Frédéric Decker, expert prévisionniste chez MétéoNews.
D. T.