Horbourg-Wihr Un parfum de pré-campagne

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 06:42:06

© L'alsace, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Horbourg-Wihr Un parfum de pré-campagne
 

 
« L'augmentation du nombre de citoyens, grâce au précédent maire, a permis de diminuer la dette par habitant, c'est mathématique. La dette par habitant a également baissé car les investissements réalisés par l'actuelle municipalité ont été très faibles ». Les commentaires de Corinne Deiss, publiés dans le dernier bulletin communal de Horbourg-Wihr, ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd.

Le premier adjoint, Christian Dietsch, par ailleurs adjoint aux finances, a répliqué lundi soir, lors de l'approbation du compte administratif 2018.

L'actuel exécutif avait hérité d'une situation financière compliquée avec un endettement important. Philippe Rogala et son équipe avaient mené campagne notamment sur la baisse de la dette. Christian Dietsch a rappelé qu'en cinq années, quelque 2,3 millions d'euros avaient été remboursés.

« Si l'augmentation de la population a pu jouer, c'est avant tout notre politique de désendettement qui nous conduit à un encours d'emprunt de 670 743 EUR (420 000 EUR fin 2019) ».
« Quand on lit que l'investissement est faible ou en baisse, c'est faux »

L'élu en a profité pour souligner le montant des investissements depuis 2014 : 4,7 millions d'euros. « Quand on lit que l'investissement est faible ou en baisse, c'est faux. Les chiffres disent le contraire. Nous avons même des investissements supérieurs de 500 000 EUR par rapport aux cinq dernières années du précédent mandat ».

Malgré cette mise au point de Christian Dietsch, Corinne Deiss persiste et signe. « Nous constatons un manque de dynamisme depuis 2014. Et il est désolant d'at tendre la dernière année du mandat pour lancer le dossier d'extension du scolaire et du périscolaire demandé depuis six ans. C'est un choix politique », assure l'opposante, favorable, par ailleurs, à ce projet d'envergure.

« Ce projet figurait sur le programme de votre liste en 2008. Pourquoi n'avez-vous rien fait ? », réplique Christian Dietsch.

« Nous ne lançons ce projet que maintenant car il a fallu faire des études ». « Nous avions d'autres priorités », répond Corinne Deiss, qui cite notamment l'obligation de réaliser des travaux d'accessibilité des bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite.

Ce mini débat lance une campagne qui ne dit pas encore son nom mais promet quelques échanges houleux entre les deux camps.

Sur le budget primitif, en revanche, pas de débat. Les élus ont longuement écouté les présentations de Christian Dietsch et les conclusions de Philippe Rogala. Ce dernier a relevé que la commune n'allait pas augmenter les taxes locales, politique fiscale tenue depuis le début du mandat.

Elles s'établissent à 13,57 % pour la taxe d'habitation, 13,7 % pour le foncier bâti et 67,6 % pour le non bâti. Elles permettront à la commune de récupérer 2 156 435 EUR.

Le maire se félicite aussi de l'important programme d'investissement, porté par le projet scolaire (coût prévisionnel de 3,808 millions d'euros). Il prévoit aussi de nombreux travaux de voirie ou encore l'installation de la vidéo protection.

Le conseil (moins une abstention) a validé ce budget qui dépasse les onze millions d'euros.
N.R.