Européennes « Renaissance » : le pari de la majorité

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 06:22:59

© L'alsace, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Européennes « Renaissance » : le pari de la majorité
 

 
Nathalie Loiseau assistera mercredi matin à son dernier conseil des ministres. Photo AFP / LUDOVIC MARIN
Deux députés sortants mais beaucoup de renouvellement, des figures médiatiques, des politiques pur jus, des personnalités de la société civile, deux non Français, des personnes incarnant la diversité et surtout des écologistes et un agriculteur sur la même liste !

Pas de doute : la liste « Renaissance » portée par la majorité coche toutes les cases du marketing politique.

Nathalie Loiseau, la ministre des Affaires européennes qui assistera mercredi matin à son dernier conseil des ministres, la dirigera.
Canfin et Durand pour les écolos

Juste derrière elle, en deuxième position, Pascal Canfin, qui a démissionné de son poste de WWF France. L'ancien militant d'Europe Écologie - Les Verts et ministre de François Hollande est une jolie prise. Avec Pascal Durand, ancien patron du parti écologiste, ils doivent permettre à la liste du parti d'Emmanuel Macron, actuellement en tête dans les intentions de vote, d'arriver devant au soir du 26 mai lors des élections européennes.

Le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement national, talonne la liste de la majorité dans les intentions de vote. Afficher des cautions comme Canfin ou Durand est une façon de grignoter quelques points à l'électorat de la liste EELV dirigée par Yannick Jadot et de s'assurer la première place.

Les deux personnalités écologistes devront travailler avec Jérémy Decerle, 35 ans, numéro 4 sur la liste, agriculteur, président des jeunes agriculteurs en Saône-et-Loire et proche de la FNSEA.
Un agriculteur pour la ruralité

Écolos et agriculteurs sur la même liste ? Assurément le mariage de la carpe et du lapin selon tous les opposants de la République en marche qui dénoncent une liste de contradictions et d'opportunisme. « Et les convictions ? Elles restent à la porte du bureau de vote », raille Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) qui lui aussi affiche des ambitions très « vertes » pour les Européennes.

Nathalie Loiseau au contraire affirme que la liste qu'elle conduit est celles des « compétences, des convictions et d'une vision partagée ». « Ce qui nous rassemble, c'est que nous sommes tous des Européens convaincus, des Européens exigeants, sûrement des Européens impatients, et sûrement pas des eurobéats. Nous voulons être les avants-centres de l'Europe », a-t-elle lancé lors de la conférence de presse de présentation.
Du MoDem pour plaire à Bayrou

Parmi les « avants-centres », il y a des politiques (la sénatrice alsacienne Fabienne Keller, l'eurodéputé Dominique Riquet, Stéphane Séjourné, directeur de campagne et ancien conseiller d'Emmanuel Macron, Gilles Boyer, ancien conseiller d'Édouard Philippe), des personnalités médiatiques (la navigatrice Catherine Chabaud, le journaliste Bernard Guetta), des Européens (l'Italien Sandro Gozi et la Grecque Chrysoula Zacharopoulou).

François Bayrou, habile négociateur, a réussi à placer sept Modem dans les trente premiers, dont sa proche collaboratrice Laurence Farreng. De quoi agacer jusque dans les rangs de la République en marche.
Nathalie MAURET