Ungersheim-Pulversheim Ecomusée d'Alsace : Plus on est de fous...

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 06:00:09

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Ungersheim-Pulversheim Ecomusée d'Alsace
Ungersheim-Pulversheim Ecomusée d'Alsace : Plus on est de fous...
Après la première édition du 17 mars, la seconde mouture du charivari de l'Écomusée a profité d'un temps printanier. Et d'une belle affluence...

 
Le cortège haut en couleur du bruyant charivari a parcouru l'Écomusée.
Le charivari organisé à l'Écomusée d'Alsace a démarré place des Artisans, à l'appel des conscrits du village. Précédés du tambour - major, les jeunes gens et jeunes filles ont parcouru le village suivi par le public, tout en faisant grand bruit à l'aide de leurs clairons, leurs tambours et leurs crécelles. Vacarme destiné à chasser les frimas et les mauvais esprits.

Le cortège a grossi au fil du parcours, rejoint par divers groupes costumés rappelant pour l'un la cour des miracles, pour l'autre les années 1960 à la campagne et le peuple sauvage pour le dernier. Une débauche parfois farfelue de personnages comprenant également, et entre autres, des déguisements d'animaux, l'inquiétant Hans Wurst avec sa carriole remplie de saucisses, l'un ou l'autre cheval-jupon caracolant de-ci de-là, une Diane chasseresse munie de son arc et trimballant un cerf violoniste au bout de sa flèche, un diable plus qu'effrayant et quelques sorcières. Sans oublier les intrigants « souffle-au-cul »...
Poupée de paille

La troupe a fini par atteindre la place des Charpentiers où le roi des fous et le fou du roi, son miroir à main, ainsi que quelques hommes sauvages ont grimpé dans la réplique d'une « Schniecke », un ancien bateau du Rhin, dressée sur la place et représentant la « nef des fous ».

Ils se sont adressés à la foule pour lui présenter certains des personnages du charivari et ont ensuite déclamé quelques poèmes moqueurs et irrévérencieux, les fameux « Schnitzelbank », ponctués de la ritournelle « Oh ya charivari ! Oh oui charivari ! ».

Les conscrits ont ensuite déposé Dorothée, la poupée de paille symbolisant l'hiver, sur un bûcher constitué de sapins ayant décoré le village à Noël, puis ils ont enflammé le tout à l'aide de torches. Pour terminer, une farandole s'est formée, au son de l'accordéon, autour du brasier.
M.H. Prochain rendez-vous le 31 mars, avec l'Osterputz, le grand nettoyage de Pâques (ou de printemps).

Prochain rendez-vous le 31 mars, avec l'Osterputz, le grand nettoyage de Pâques (ou de printemps).