Biodiversité Dans les jardins et à la campagne : Les haies, trésors pour la biodiversité

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 05:56:38

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Biodiversité Dans les jardins et à la campagne
Biodiversité Dans les jardins et à la campagne : Les haies, trésors pour la biodiversité
Jusqu'au 31 juillet, l'intervention sur les haies champêtres est interdite par arrêté préfectoral. Dans les jardins, les interventions mériteraient aussi d'être réduites au minimum, selon Jacques Detemple, de Haies vives d'Alsace, et Cathy Zell, de la LPO.

 
S'il est interdit, par arrêté préfectoral, d'entretenir, de couper et de détruire les haies, rien n'interdit d'en planter !
L'arrêté préfectoral interdisant « d'effectuer des travaux (destruction, entretien) » sur les haies, entre le 15 mars et le 31 juillet, s'applique aux « petits groupes d'arbustes et d'arbres [...] enclavés dans les prairies, champs ou vignes ». Si les jardins des particuliers ne sont pas concernés par le règlement, les éléments présentés par Cathy Zell, la chargée de mission communication à la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) Alsace, invitent à bien réfléchir avant d'intervenir sur des arbustes.
Des espèces et leurs habitats protégés

« Les textes de loi interdisent la destruction des espèces protégées et de leurs habitats. Or, la plupart des espèces d'oiseaux sont protégées, explique Cathy Zell. Et parmi ces espèces protégées, nombre d'entre elles sont inféodées aux haies : pie grièche-écorcheur, fauvette grisette, tarier pâtre, accenteur mouchet... D'autres espèces peuvent y nicher, comme le bruant jaune, le chardonneret, le verdier ou le merle. Ce dernier n'est pas protégé, mais les espèces communes ont aussi un intérêt écologique. »

La date du 15 mars a été fixée pour éviter le dérangement pendant la période de reproduction. « En réalité, certaines espèces commencent à construire leur nid avant, et l'arrêté ne concerne pas seulement les oiseaux : loirs, hérissons, lérots s'y cachent aussi, précise Cathy Zell. La haie est utile toute l'année. Elle fournit protection et nourriture au coeur de l'hiver. Les oiseaux hivernants, comme les mésanges et les rouge-gorge, vont changer de régime alimentaire : insectivores à la belle saison, ils vont devenir omnivores et se nourrir de graines et de fruits. »
Un écosystèmeen soi

Pourquoi les haies accueillent-elles tant d'oiseaux ? « Elles constituent un écosystème en soi et accueillent un grand nombre d'espèces animales en général , corrige Cathy Zell. Les strates herbacées (graminées, fleurs), arbustives (fusain, prunellier, ronce...), arborées (frêne, chêne, merisier...) offrent des conditions très variées. Plus une haie est diverse, plus elle abrite de biodiversité. »

À cette variété, il faut ajouter le rôle d'interface entre milieux : « Les lisières sont extrêmement importantes , relève Cathy Zell. Les haies constituent des passerelles, des interfaces entre les milieux ouverts et les forêts. Dans ces espaces intermédiaires, qu'on appelle des écotones, la biodiversité est particulièrement riche. Les haies participent au réseau de trames vertes et autres corridors, qui sont primordiaux, en particulier dans les paysages alsaciens, extrêmement morcelés. Beaucoup d'espèces d'oiseaux utilisent ces couloirs pour se déplacer. Ce faisant, elles contribuent au brassage génétique des populations. » Elles rendent aussi des services aux humains et à leur agriculture : « Elles ralentissent l'érosion des sols, empêchent les coulées de boue, abritent du vent... Sans oublier la joie que procure la beauté d'une haie spontanée, incomparable comparé à une haie de thuya . »
Primordial pour « les paysages alsaciens morcelés »

« Ne pas couper une haie, ne pas l'élaguer par le haut pour ne pas priver la faune de ses fleurs et de ses fruits, la tailler latéralement seulement si elle gêne à l'usage. Utiliser des variétés locales, qui conviennent au sol et à la faune du lieu », ce sont les recommandations de Jacques Detemple, le directeur de Haies vives d'Alsace, qui conseille et accompagne les professionnels et les collectivités, depuis l'ébauche de leur projet jusqu'à sa réalisation. L'association anime aussi des ateliers. Au cours du dernier en date, organisé à l'initiative du SM4 (syndicat mixte de traitement des déchets) vendredi au lycée de Rouffach, une vingtaine de particuliers se sont initiés à la plantation de haies [voir notre diaporama pour les étapes, et notre vidéo pour les conseils de Jacques Detemple].
Romain GASCON Diaporama et vidéo sur dnaweb www.haies-vives-alsace.org, http://alsace.lpo.fr

Diaporama et vidéo sur dnaweb