Réductions de coûts chez Mahle

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 05:53:46

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Industrie Equipementier automobile
Réductions de coûts chez Mahle
L'équipementier allemand a annoncé lundi dans un communiqué qu'il lançait un plan de réduction de coûts à l'échelle du groupe afin d'améliorer sa rentabilité. Les conséquences sont encore incertaines pour le site de Rouffach.
 

 
Le site de Rouffach emploie plus de 700 personnes en CDI.
« Mahle répond à une détérioration générale des conditions économiques avec un plan de réduction de coûts », a fait savoir le groupe Mahle lundi dans un communiqué.

Ce plan qui a vocation à améliorer la rentabilité du groupe comprend « une réduction générale des dépenses » qui passe notamment par « une diminution de la masse salariale ». Sans rentrer dans le détail des différentes implantations, l'équipementier indique simplement que « les sites et secteurs ne montrant aucun signe de rentabilité durable ont vocation à être restructurés à un rythme soutenu ».

L'équipementier automobile présent dans une trentaine de pays dans le monde justifie cette annonce en énumérant « la volatilité des marchés », une « faible croissance économique », les « incertitudes politiques » liées notamment au Brexit et « les dépenses considérables induites par la transformation technologique, les exigences réglementaires et le déclin des ventes, en particulier pour le diesel ».

Quid du site Mahle Behr France de Rouffach qui emploie 707 personnes en CDI et une dizaine d'intérimaires ? A Stuttgart, siège du groupe, on se refuse pour l'heure à émettre le moindre commentaire. « Cette annonce est globale. Il est trop tôt pour indiquer dans le détail les conséquences pour chaque site », fait savoir le chargé de communication de Mahle.

Pas de commentaire non plus de la part de la direction du site alsacien qui, de source syndicale, aurait exposé aux partenaires sociaux la stratégie du groupe lors d'une réunion informelle, la semaine dernière.

« Il y a beaucoup d'inquiétude », confie un salarié qui regrette un manque d'information sur l'avenir du site et craint de lourdes conséquences pour l'emploi. « L'enjeu c'est de savoir s'il va y avoir des réductions de postes », résume Denis Pieczynski, élu Unsa au comité social et économique.

Le site de Rouffach, qui doit fêter ses 50 ans cette année, a déjà subi deux vagues de suppression d'emplois en 2013 et 2016.
Hélène DAVID