Pollution : les émissions de CO 2 à nouveau en hausse

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 05:47:33

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Pollution Environnement
Pollution : les émissions de CO 2 à nouveau en hausse
La production d'énergie a émis l'année dernière 33,1 gigatonnes de dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables ne sont pas encore assez efficaces pour supplanter les énergies fossiles.
 

 
L'électricité produite au charbon est responsable de 30  % des émissions industrielles de CO 2.
Le chiffre est historique, mais il sent mauvais pour la planète. Pour la deuxième année consécutive, les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO 2) liées à la production et à la combustion de l'énergie ont augmenté en 2018. En hausse de 1,7  % par rapport à 2017, elles ont atteint 33,1 gigatonnes, selon le rapport annuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Les énergies fossiles encore très mobilisées

La faute à une demande d'énergie en hausse -- elle a progressé de 2,3  %, un record sur la décennie -- couplée à la croissance économique. « Les émissions avaient stagné entre 2014 et 2016 fruit de progrès importants en termes d'efficacité énergétique et de déploiement de technologies bas-carbone. Mais la dynamique a changé en 2017 et 2018 », écrit l'AIE. Si les énergies renouvelables (éolien, solaire) vont croissant, ce sont essentiellement les énergies fossiles qui ont répondu à la demande en 2018. L'utilisation du charbon pour produire de l'électricité est ainsi la cause de 30  % des émissions de CO 2. Elle est aussi responsable de 0,3 °C dans la hausse de 1 °C de la température moyenne annuelle à la surface de la Terre.

Parmi les grands pollueurs, on trouve la Chine, les États-Unis et l'Inde. À eux trois, ces pays sont responsables de 85  % de la hausse des émissions de CO 2 mondiales liées à l'énergie.
Bon point pour l'Europe

Au pays de l'oncle Sam, les conditions météorologiques ont entraîné une hausse des besoins en climatisation et en chauffage : la demande de gaz a augmenté de 10  % en un an.

En Asie, les émissions sont dues surtout à la consommation de charbon. Or les centrales sont récentes (12 ans en moyenne) et leur durée de vie est estimée à 50 ans.

Bon point pour l'Europe, où les émissions de CO 2 ont diminué de 1,3  %. L'Allemagne a consommé moins de charbon, le Royaume-Uni a connu une année record pour l'énergie renouvelable (35  % de la production totale d'énergie), la France a bénéficié de la production des centrales hydroélectriques et nucléaires.
Des efforts restent nécessaires

Sur l'ensemble du globe, la conversion gaz-charbon a permis d'éviter l'émission de 60 mégatonnes (Mt) de CO 2 et la transition vers le gaz naturel 60 Mt. 215 Mt d'émissions ont été empêchées par l'utilisation accrue des énergies renouvelables, 60 Mt par l'augmentation du nucléaire en Chine et en Europe. Mais cela sera-t-il suffisant ? « Une action plus urgente est nécessaire sur tous les fronts -- développement des solutions d'énergie propre, baisse des émissions, stimulation des investissements et de l'innovation », selon Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE.
L.B. (avec AFP)