Bartenheim Aide sociale : 30 mineurs étrangers en résidence à l'insu de la mairie

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 05:42:51

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Bartenheim Aide sociale
Bartenheim Aide sociale : 30 mineurs étrangers en résidence à l'insu de la mairie
Le service départemental d'aide sociale à l'enfance a placé début janvier une trentaine d'adolescents de nationalités étrangères dans une résidence de Bartenheim. Mais la commune n'en a pas été avisée. le maire s'en est offusqué.

 
L'aide sociale à l'enfance (ASE) est un service du conseil départemental dont la vocation est de venir en aide aux mineurs. Tous les mineurs, y compris les étrangers sans papiers pour lesquels l'Etat impose une prise en charge dans des lieux d'accueil, financée essentiellement par le département.

En cas de saturation des accueils habituels, ce qui serait le cas actuellement, ces jeunes sont redirigés vers d'autres structures, davantage en « rase campagne ».

C'est le cas depuis début janvier pour une trentaine d'adolescents qui sont logés par l'ASE dans une résidence de Bartenheim, avec encadrement éducatif assuré quotidiennement.

L'information est arrivée aux oreilles du maire... de façon inopinée et celui-ci a manifesté son mécontentement de se retrouver devant le fait accompli. « La population s'est déjà rendu compte des déambulations d'une partie de ces jeunes et du côté de la mairie, nous avons été surpris d'apprendre leur présence sans que l'autorité de tutelle n'ait eu la politesse de nous prévenir », réagit le maire de Bartenheim, Jacques Ginther. Le sous-préfet lui-même ne semblait pas avoir été mis au courant, précise encore le maire.

Par ailleurs, Jacques Ginther s'interroge sur le bien-fondé de l'installation de mineurs étrangers à Bartenheim, dans une commune de petite taille qui ne dispose pas de structures médico-sociales adaptées pour gérer de tels cas de figure, même si les jeunes sont suivis quotidiennement par l'ASE. Et ce d'autant plus qu'ils y demeurent un temps certes transitoire mais néanmoins indéterminé, et sans contacts avec le substrat local. Du côté du département, on indique que les hébergements disponibles sont difficiles à trouver lorsque les accueils habituels sont déjà bondés comme cela semblerait être le cas actuellement.
J-F.OTT