Élections européennes Liste LaREM-MoDem-Agir : Deux Strasbourgeoises partent en Renaissance

Publié dans le panorama le Mercredi 27 mars 2019 à 05:38:58

© Dna, Mercredi le 27 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Élections européennes Liste LaREM-MoDem-Agir
Élections européennes Liste LaREM-MoDem-Agir : Deux Strasbourgeoises partent en Renaissance
La sénatrice Fabienne Keller (Agir) occupe la 7e place de la liste Renaissance portée par La République en marche aux élections européennes. L'adjointe au maire de Strasbourg, Nawel Rafik-Elmrini (LaREM), est en 29 e position.

 
Fabienne Keller.
Deux Strasbourgeoises font partie de ces « européens convaincus », de ces « personnalités engagées » et de ces « compétences complémentaires » qui figurent sur la liste Renaissance (LaREM) dont les 30 premiers noms ont été dévoilés hier. Il s'agit de Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, qui occupe la 7e place dans le cadre d'un accord national avec le parti Agir-La droite constructive. Et de l'adjointe strasbourgeoise Nawel Rafik-Elmrini (LaREM), en 29e position.
Une « Europe heureuse »

La situation de ce duo est le fruit d'arbitrages politiques pris dans le cadre d'un « rassemblement » voulu « très large » entre des marcheurs, des membres du MoDem, d'Agir mais aussi de la société civile et de plusieurs écologistes choisis pour contrer la liste de Yannick Jadot (EELV). Christophe Grudler, ancien journaliste en Alsace, actuel conseiller départemental du Territoire de Belfort, occupe la 20e place.

Fabienne Keller se dit « fière de s'engager sur une liste de rassemblement progressiste, humaniste et écologiste », « parce que l'Europe est le combat de notre siècle et parce qu'agir pour l'Europe c'est agir pour la France ». « L'enjeu sera la participation et de redonner confiance dans le projet européen », indique l'ancienne maire de Strasbourg, « passionnée depuis toujours par l'Europe ». « Les abstentionnistes font le jeu des populistes », insiste-t-elle en prônant une « Europe heureuse ».
Esther Sittler redeviendrait sénatrice

Alain Fontanel « regrette vivement que l'engagement continu et total pour l'Europe de Strasbourg » n'ait pas permis à Nawel Rafik-Elmrini « d'obtenir une place plus élevée ». Mais le premier adjoint au maire (LaREM) de Strasbourg voit aussi dans la présence de Fabienne Keller, « engagée de longue date pour la défense du siège du Parlement européen », « un soutien supplémentaire pour ce combat qui nous rassemble au-delà de nos différences, bien réelles, sur des dossiers municipaux ».

Les sondages accordent actuellement à la liste LaREM-MoDem-Agir autour de 23 % d'intentions de vote, ce qui correspondrait peu ou prou au même nombre d'élus. Parmi les 30 premiers candidats de la liste, sept viennent des rangs du MoDem, deux d'Agir-La droite constructive.

Une fois élue au parlement européen, Fabienne Keller devra quitter le Sénat, ce qui entraînera l'entrée au Palais du Luxembourg d'Esther Sittler, ancienne maire de Herbsheim et sénatrice de 2004 à 2014. Elle figurait en 4e position sur la liste de la Majorité alsacienne conduite par Guy-Dominique Kennel.

Fabienne Keller retrouvera un parlement européen où elle n'avait siégé qu'une quinzaine de jours en 2002. Elle était alors maire de Strasbourg et avait succédé à Nicole Fontaine qui était devenue ministre déléguée à l'Industrie dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Fabienne Keller a finalement privilégié les fonctions de maire, les deux mandats étaient incompatibles selon la loi française.
Roland Ries soutiendra-t-il Fabienne Keller ?

« Deux Strasbourgeoises pour défendre l'Europe et le siège du parlement à Strasbourg », a relevé Stéphane Séjourné, directeur de campagne de la liste. Mais Strasbourg, c'est aussi une succession municipale qui va se jouer aux élections de mars prochain, un scrutin auquel Fabienne Keller, à qui certains prêtaient des velléités, ne se présentera pas. De quoi contrebalancer la déception du jour d'Alain Fontanel.

Roland Ries, le maire de la capitale européenne, a défendu les candidatures de la socialiste Pernelle Richardot et de la marcheuse Nawel Rafik-Elmrini aux européennes. Soutiendra-t-il par la suite la liste Place publique-PS en même temps que la liste Renaissance, et donc Fabienne Keller ?

Jacques Bigot se dit « consterné » par le fait qu'Alain Fontanel soutienne une liste où figure « l'adversaire historique du maire de Strasbourg ». « Quel affront pour mon ami Roland Ries ! », note le sénateur socialiste.

Robert Grossmann, lui, a démarré au quart de tour en ironisant sur « l'ambition européenne de Mme Loiseau et de LaREM : battre le Rassemblement National ».
Franck BUCHY