Mulhouse Tour de l'Europe : la Ville veut sauver le restaurant

Publié dans le panorama le Vendredi 15 mars 2019 à 06:03:55

© L'alsace, Vendredi le 15 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Mulhouse Tour de l'Europe : la Ville veut sauver le restaurant
 

 
La Ville demande à Citivia une étude pour savoir « quelles actions mener » sur le bâtiment. Archives L'Alsace
Le restaurant panoramique du sommet de la Tour de l'Europe, sa terrasse et ses annexes ont été préemptés, le 12 novembre 2018, par le maire de Mulhouse au nom de la commune, comme elle en a délégation : 400 000 EUR pour une surface totale de 910 m² (L'Alsace du 9 mars) et le conseil a pris acte de cette décision ce jeudi.

« Un bâtiment emblématique, devenu symbole de la ville », estime Michèle Lutz. Mais aussi « une copropriété en difficulté » [...] prise dans « la spirale de la dévalorisation » [...] qui, grâce à la Ville et à M2A, a obtenu « le soutien de l'État pour les copropriétés dégradées ». La Ville espère à terme que le restaurant panoramique puisse rouvrir, avec l'impulsion des pouvoirs publics, et a demandé à Citivia SPL « une étude pour savoir quelles actions mener pour lui rendre son attractivité »... Des travaux sur les locaux, mais aussi sur le système de rotation, la recherche d'un exploitant de qualité. Une issue que tous les Mulhousiens ne peuvent qu'attendre. Sauf que, dans l'opposition, Fatima Jenn estime que « c'est un dossier lourd » : « La copropriété doit aujourd'hui faire face à l'impossibilité technique et financière d'effectuer les travaux nécessaires de rénovation... Comment imaginer une tour sans ascenseur ? Sans énergie ? Ne garantissant pas la sécurité des publics accueillis ? Et le désamiantage ? » Et de regretter « l'opacité » de cette transaction : « Qui est l'acheteur initial ? Quel est le coût de cette préemption avec les travaux, la rénovation... ? Quel est le projet ? » Et Jean Rottner de prendre la défense de cette décision, opposant « les apôtres du déclinisme » et ceux « qui prennent des risques », qui « portent la tour à bout de bras », comme le syndic, le conseil syndical, malgré les 62 500 EUR de charges annuelles. La Tour de l'Europe est « une priorité », pour le premier adjoint : « Un sujet délicat qui va durer. C'est un pari. L'équipe municipale y croit. » Mais Cléo Schweitzer considère « qu'on n'a pas toutes les informations sur ce projet », qui est « très léger ». Le groupe Mulhouse Positive, Fatima Jenn et Denis Rambaud s'abstiennent.
M.M. PLUS WEB Voir notre vidéo sur www.lalsace.fr