Le grand débat national En Alsace : 255 débats, 638 cahiers citoyens

Publié dans le panorama le Vendredi 15 mars 2019 à 05:49:30

© Dna, Vendredi le 15 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Le grand débat national En Alsace : 255 débats, 638 cahiers citoyens
Le grand débat national qui s'achève ce vendredi soir s'est soldé en Alsace par 255 débats et 638 cahiers. L'avenir de l'Alsace a souvent été évoqué. Les synthèses de ces expressions seront analysées lors de la conférence citoyenne régionale qui se tiendra à Strasbourg les 22 et 23 mars.

 
Un des nombreux débats organisés à travers l'Alsace, ici à Erstein.
153 réunions dans le Bas-Rhin, dont 46 à Strasbourg et une dizaine non encore déclarée ; 78 réunions et 14 autres non labellisées dans le Haut-Rhin. Tel est le bilan alsacien du grand débat qui s'achève aujourd'hui. Pour compléter la photographie, il faut rajouter les 638 cahiers de doléances en traitement depuis le 20 février : 362 dans le Bas-Rhin, 266 dans le Haut-Rhin. Bémol notable dans ce dernier département : une bonne cinquantaine des cahiers se sont révélés vides.

« Les réunions se sont globalement bien déroulées avec des débats constructifs. Le nombre de débats et de contributions traduit une belle dynamique », commente Clara Thomas, sous-préfète de Molsheim et référente pour le Bas-Rhin. « 72,7 % des communes ont mis des cahiers à disposition des habitants. Tout cela donne un niveau de participation plutôt honorable », relève pour sa part Emmanuelle Guénot, sous-préfète d'Altkirch et référente pour le Haut-Rhin.
Une écotaxe pour les poids lourds

Si le matériel des débats et des cahiers est en cours de traitement, Emmanuelle Guénot avance déjà les revendications les plus fréquentes. « Sur le thème de la fiscalité et des dépenses publiques, ce qui revient le plus, c'est la suppression de la TVA, celle de la CSG sur les retraites, le rétablissement de l'ISF, la taxation des grandes multinationales et la réduction du train de vie du gouvernement et des grands élus », détaille-t-elle.

En matière de démocratie et de citoyenneté, référendum d'initiative populaire, prise en compte du vote blanc, réduction du nombre de parlementaires et non cumul des mandats dans le temps reviennent le plus souvent. S'agissant de l'organisation de l'État, la référente haut-rhinoise cite « la restauration de services publics de qualité et de proximité. » « L'avenir de l'Alsace au sein du Grand Est et la future Collectivité européenne d'Alsace ont aussi beaucoup été évoqués dans les débats », précise encore Emmanuelle Guénot.

Le quatrième et dernier thème (la transition énergétique) s'avère dominé par certaines revendications très précises : la gratuité des transports en commun, une écotaxe pour les poids lourds, les circuits courts, l'agriculture biologique et le recyclage.

Les députés de la majorité présidentielle se sont aussi mobilisés. Thierry Michels (Strasbourg) a organisé quatre débats, sur la transition énergétique et le service public de la santé notamment, réunissant quelque 450 personnes. Sylvain Waserman en a initié cinq. Parmi les idées avancées, le député de Strasbourg-Illkirch est attaché à « la reconnaissance du vote blanc » et à la nécessité de mettre en oeuvre « un autre modèle démocratique basé sur la sobriété et la transparence de l'organisation de l'État et des services publics ».
« Une véritable opportunité pour la vie politique »

Vincent Thiebaut a programmé quatre débats dans sa circonscription de Haguenau qui ont réuni près de 550 participants. « Le grand débat national est une véritable opportunité pour la vie politique nationale ou locale », estime le député en jugeant « nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir ».

Les synthèses des débats et des cahiers seront analysées lors de la conférence citoyenne régionale qui se tiendra à Strasbourg les 22 et 23 mars. Elle réunira 100 citoyens tirés au sort dans le Grand Est. Charge à eux de « formuler des propositions concrètes » qui seront « transmises aux Français et aux gouvernements ».
F.BY et E.D.