Philippe Aubert : « Un effet cathartique ne sera pas suffisant »

Publié dans le panorama le Dimanche 03 février 2019 à 09:03:04

© L'alsace, Dimanche le 03 Février 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Philippe Aubert  : « Un effet cathartique ne sera pas suffisant »

 
Le Mulhousien Philippe Aubert copréside avec le Nancéen Dominique Valck la Conférence régionale des conseils de développement de la Région Grand Est.

Photo L'Alsace/Emmanuel Delahaye

« Il ne faudrait pas que le grand débat national fasse flop. Si ma mémoire est bonne, les États généraux de 1789 n'ont pas empêché la révolution d'avoir lieu ! Il y a sans doute un peu de tout parmi les gilets jaunes, mais on y trouve aussi une mise en cause des institutions démocratiques... Et le gouvernement, de son côté, semble parti pour un simple rafistolage d'urgence. » Le Mulhousien Philippe Aubert est ces jours-ci un homme inquiet. Non qu'il soit par principe hostile à une large expression citoyenne - bien au contraire. Pourquoi sinon co-présiderait-il depuis près de trois ans la Conférence régionale des conseils de développement (CRCD) de la Région Grand Est, en plus de présider le CDD de la région mulhousienne ?
« Détecter les signaux faibles »

Son véritable souci est ailleurs : c'est celui de la « détection des signaux faibles »... Ainsi que de possibles dérives populistes. « Que l'on instaure un droit au référendum d'initiative citoyenne (RIC), soit, reprend l'intéressé, mais alors il faut en définir soigneusement le périmètre d'application, et le réserver aux sujets relevant des politiques territoriales. On nous donne sans cesse en exemple la démocratie suisse, mais la dernière votation en date a porté sur la longueur des cornes de vache ! Et si l'on s'en était remis à la rue, on n'aurait peut-être pas encore légalisé l'avortement. »

« Si le débat a un effet cathartique, insiste encore Philippe Aubert, ce sera déjà bien, mais pas suffisant. Il faut changer de braquet, s'interroger sur de nouvelles formes de démocratie citoyenne, bâtir un nouveau contrat social, définir ce que signifie le fait d'être français aujourd'hui, ce qui ''fait nation''. »

Conclusion de Philippe Aubert : « Le CDD de la région de Mulhouse n'organisera pas de débat, car je ne vois pas ce que cela apporterait - en revanche, on est en train de réfléchir au coup d'après : il s'agit de dire aux manifestants, "On ne peut pas passer sa vie sur les ronds-points, il faut investir les instances qui existent déjà, c'est la meilleure façon de vivre votre citoyenneté". »
E.D.