radars... Sept milliards de carambars

Publié dans le panorama le Dimanche 03 février 2019 à 08:48:44

© Dna, Dimanche le 03 Février 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

radars...
Sept milliards de carambars
Selon le ministère de l'intérieur, plus de 60 % des radars sur les 3 275 implantés dans notre pays, auraient été dégradés depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ».
 

 
Entre le coût de leurs réparations, évalué à 80 millions d'euros, et le manque à gagner de l'État en matière de PV, estimé à plus de 430 millions d'euros, la facture globale pourrait s'élever plus de 500 millions d'euros ! Un chiffre qui ne signifie probablement pas grand-chose pour le commun des mortels, fût-il ou non vêtu d'un gilet phosphorescent.

Que ceux qui apprécient les comparaisons improbables sachent cependant qu'avec 500 millions d'euros on peut s'offrir, au choix, environ 7 milliards de carambars ou 50 tonnes de caviar Beluga Impérial. À chacun ses petits plaisirs... Les plus tatillons compareront ce chiffre aux 80 millions d'euros atteints en 2018 par le déficit de l'État. Mais là n'est pas notre propos.
Radar « pédagogique » ?

Dans le Sundgau, comme partout en France, les radars automatiques ont été pris pour cible. Souillés ou emballés dans un premier temps, ils ont fini par être carbonisés et définitivement mis hors-service. Mais comme on ne fait jamais rien comme ailleurs, dans ce bon vieux Sundgau « mystique », on vient d'apprendre que du côté de Hunsdbach et de Hausgauen on teste actuellement un radar dit « pédagogique » sur la RD16 pour analyser le comportement des automobilistes. Afin de sensibiliser ces derniers au contrôle de leur de vitesse et au respect des limitations, le conseil départemental prête en effet aux communes des radars pédagogiques mobiles qui sont cachés puis déplacés en des lieux tenus secrets. Les données enregistrées sont ensuite finement analysées, avant d'être dévoilées au public. Elles devraient, selon les promoteurs de cette opération, avoir « un impact pédagogique et psychologique chez les automobilistes ». S'ils sont bien cachés, ils devraient échapper à la carbonisation, mais en ce qui concerne leur effet « pédagogie et psychologique », rien ne dit qu'il sera au rendez-vous. Parce que les automobilistes et les manifestants sundgauviens ne sont ni meilleurs, ni pires que leurs pairs des « quatre coins de l'hexagone »...

Ironie de l'histoire, d'aucuns estiment que si tous les automobilistes respectaient le code de la route, notamment les limitations de vitesse, le contribuable ne s'en porterait que mieux. Car toute installation pour limiter la vitesse a un coût (même si elle prêtée par le conseil général) qui est évidemment supporté par l'automobiliste-contribuable. Ainsi, qu'il dépasse la vitesse autorisée, qu'il brûle un feu rouge ou qu'il carbonise un radar, à la fin des fins c'est toujours lui qui paie l'addition. Une addition qui vaut assurément son pesant de carambars ou de caviar !
Bernard JURTH