Altkirch Hôpital de Thann Sursis jusque fin 2019 : la réaction des élus

Publié dans le panorama le Mercredi 30 janvier 2019 à 06:35:32

© L'alsace, Mercredi le 30 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Altkirch Hôpital de Thann Sursis jusque fin 2019 : la réaction des élus
 

 
Manifestation, samedi dernier au centre-ville, contre la fermeture de la maternité et du service des urgences d'Altkirch .

Photo L'Alsace/Laurence Behr

Le député de la circonscription d'Altkirch/Saint-Louis, Jean-Luc Reitzer a révélé lundi soir (L'Alsace de mardi 29 janvier) la prolongation jusqu'à la fin de cette année 2019 des autorisations d'activité pour le service des urgences et la maternité du centre hospitalier Saint-Morand d'Altkirch et pour la maternité de l'hôpital Saint-Jacques de Thann. Une annonce donnée et confirmé en public par Christophe Lannelongue, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, avant l'ouverture de la réunion du conseil de surveillance du Groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud Alsace (GHRMSA) qui a validé cette décision.

Ces services resteront ouverts au moins jusqu'à la fin de l'année, laissant le temps aux partenaires concernés d'engager une vraie concertation, durant cinq mois, avec un point d'étape fin juin.
Les élus réagissent

Nicolas Jander, maire d'Altkirch et conseiller départemental du canton d'Altkirch. « C'est une bonne nouvelle pour l'hôpital d'Altkirch et pour tout le Sundgau. Il faut espérer que ce délai sera mis à profit pour construire, avec l'ensemble des acteurs du dossier (ARS, direction du GHRMSA, élus, agents de l'hôpital, professions médicales et paramédicales du Sundgau), un projet cohérent qui assure la pérennité de notre hôpital, lequel, faut-il le rappeler, profite à un bassin de vie de 70 000 habitants dans 108 communes en milieu rural. »

Patricia Schillinger, sénatrice du Haut-Rhin, salue « la décision de Christophe Lannelongue. [...] Si l'on peut se satisfaire de cette prolongation logique et nécessaire, je me réjouis aussi de la possibilité qui nous est donnée d'étendre les discussions pour trouver les solutions les plus confortables pour ces hôpitaux. Il nous faut aujourd'hui construire un véritable projet de territoire afin de perpétuer la présence hospitalière dans son ensemble.

Nous constatons aussi que certains problèmes peuvent aussi résider dans le déficit du réseau de gynécologues et d'obstétriciens. Il faut ainsi favoriser l'installation de praticiens permanents ou, à défaut, envisager la création d'une brigade de praticiens mobiles qui puisse intervenir sur les deux sites. Les réflexions devront aussi porter sur l'implantation des jeunes praticiens en territoires ruraux, afin de perpétuer la médecine de proximité et assurer la sécurité des patients. »

Pour sa part, le Dr Pierre Heitz, à la tête de la coordination des médecins généralistes et infirmières libérales du Sundgau, n'a pas souhaité faire de commentaire à chaud. Il appelait samedi dernier à une nouvelle manifestation à Altkirch dans un mois, avec, si possible, encore plus de monde (pour maintenir la pression...).
L.B. et N.B-G.