Vendenheim Tags contre le GCO et le maire

Publié dans le panorama le Mercredi 30 janvier 2019 à 06:13:41

© L'alsace, Mercredi le 30 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Vendenheim Tags contre le GCO et le maire
 

 
Ce mardi, « les fonctionnaires qui sont venus à leur travail, ainsi que les habitants de Vendenheim, ont eu la mauvaise surprise de découvrir les façades de leur mairie taguée. Des insultes et des menaces personnelles ont été proférées contre le maire, Philippe Pfrimmer. Les inscriptions sont en rapport avec la construction contestée du GCO et l'abattage, en cours, des arbres de la forêt du Krittwald », explique le communiqué envoyé par la mairie de Vendenheim.

Les inscriptions contre le GCO et son concessionnaire sont particulièrement virulentes, tout comme le tag visant le maire. Avec une formule qui fait clairement allusion à l'épuration de la fin de la Seconde Guerre mondiale.
« Un climat délétère »

En mars 2018, la municipalité de Vendenheim, après avoir consulté la population, a signé un protocole avec Vinci pour obtenir notamment de meilleures protections contre les nuisances sonores. La municipalité s'est engagée en retour à ne plus mener le combat contre le GCO. Depuis, entre la majorité et les anti GCO, le torchon brûle. Pour Philippe Pfrimmer, les tags s'inscrivent dans ce contexte. « Je suis amer. Les limites sont une nouvelle fois dépassées ! Une petite poignée d'anti-système, d'anarchistes, de Khmers verts est en action. Force est de constater que certaines personnes ne font plus la part des choses, que le climat délétère qui règne depuis des mois et des mois, et qui est savamment entretenu, a ce genre de conséquences. Des investigations sont en cours. J'espère que l'auteur sera appréhendé. »

Le maire a déposé une plainte contre X à la gendarmerie. La gendarmerie de Mundolsheim était sur place mardi pour procéder aux constatations. Le groupe d'opposition municipale Unis pour Vendenheim « condamne les actes commis ce mardi matin contre l'hôtel de ville et les insultes odieuses proférées contre le premier magistrat de la commune ». « On peut être en total désaccord avec la politique menée par M. Pfrimmer et son équipe municipale, mais les menaces et les insultes n'ont pas leur place dans le débat démocratique. Unis pour Vendenheim espère que le ou les auteurs de cet acte seront retrouvés et punis par la justice. » So.W.