Strasbourg Attentat Cinq nouvelles interpellations deux à Wintzenheim, trois à Sélestat

Publié dans le panorama le Mercredi 30 janvier 2019 à 06:03:54

© L'alsace, Mercredi le 30 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Strasbourg Attentat Cinq nouvelles interpellations

Deux interpellations à Wintzenheim, trois à Sélestat

 
L'immeuble du quartier de Logelbach, à Wintzenheim dans la banlieue de Colmar, où habitent le suspect, Albert B. et son épouse. Photo DNA/Philippe Marchegay
Dans le cadre de l'enquête sur l'attentat du 11 décembre à Strasbourg, un homme de 78 ans et sa compagne de 57 ans ont été interpellés mardi à leur domicile de Wintzenheim-Logelbach, dans la banlieue de Colmar, par des policiers de la Sous-direction anti-terroriste (Sdat) et de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Strasbourg.

L'opération a commencé vers 6 heures du matin. Six voitures banalisées de la police ont stationné dans l'allée des Marronniers, près du petit immeuble collectif de trois niveaux où réside le couple. Une perquisition y a été effectuée. Peu avant 11 h, les fonctionnaires cagoulés sont ressortis avec les deux locataires qui ont été embarqués dans les voitures, la tête dissimulée sous un vêtement.

Le septuagénaire, Albert B., est soupçonné d'avoir fourni l'arme à feu utilisée par Cherif Chekatt pour commettre l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, tuant cinq personnes et en blessant onze autres. Le terroriste de 29 ans, fiché S pour radicalisation islamiste, s'était servi d'un modèle peu commun : un Lebel 1892, revolver d'ordonnance de calibre 8 mm, datant de la fin du XIXe siècle.

Audrey Mondjehi, 37 ans, un ami proche de Cherif Chekatt qui l'avait logé la veille de l'attentat, aurait joué un rôle important dans la recherche de l'arme à feu. Le trentenaire, délinquant et figure de la scène rap strasbourgeoise, aurait mis le tueur en relation avec des membres de la communauté des vanniers, basés dans les environs de Sélestat. Selon les informations du Monde, la transaction aurait eu lieu sur le parking du magasin But à Houssen, au nord de Colmar.
Un cousin du principal suspect et ses deux fils

Simultanément à l'opération de police menée à Wintzenheim, trois autres hommes ont été interpellés à Sélestat, notamment dans une habitation située route de Strasbourg. Il s'agit d'un cousin d'Albert B., âgé de 65 ans, et de ses deux fils, âgés de 32 et 34 ans. Une perquisition a aussi été menée à leur domicile. Les enquêteurs cherchent à établir d'éventuels liens de complicité, notamment pour la fourniture de l'arme.

Ces cinq suspects de la même famille, ont été placés en garde à vue dans les locaux de la DRPJ de Strasbourg. Leurs auditions doivent permettre d'éclaircir le rôle de chacun, et notamment celui de l'aîné. Les enquêteurs restent à ce stade prudents sur le partage des responsabilités.

En fonction des éléments retenus contre eux, les cinq suspects pourraient éventuellement être mis en examen et présentés à un juge antiterroriste. Ils seraient pour cela transférés des locaux de la police judiciaire de Strasbourg au tribunal de grande instance de Paris. Dans les affaires de terrorisme, la garde à vue peut atteindre 120 heures.
Antoine BONIN, Geneviève LECOINTRE, Philippe MARCHEGAY,et Thierry MARTEL