Nucléaire : sûreté au niveau, avenir incertain

Publié dans le panorama le Mercredi 30 janvier 2019 à 05:39:53

© Dna, Mercredi le 30 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Énergie Environnement
Nucléaire : sûreté au niveau, avenir incertain
 

 
Le niveau de sûreté nucléaire est resté satisfaisant en 2018 mais le vieillissement des installations doit pousser la filière à se ressaisir. C'est le bilan qu'a tiré mardi, lors de ses voeux à la presse, l'Autorité de sûreté nucléaire, identifiant « deux points de vigilance » à court terme.

Tout d'abord, « la reprise et le conditionnement des déchets anciens et les opérations de démantèlement rencontrent encore des difficultés », qui se traduisent par des retards. Le second point concerne l'état des installations nucléaires, qui vieillissent : « Un nombre encore trop important d'écarts est constaté dans la conformité des installations à leur référentiel de sûreté », a déclaré Bernard Doroszczuk, patron du gendarme du nucléaire, ajoutant auprès du Monde que « l'état des installations est un vrai sujet de préoccupation ».
L'EPR encore repoussé ?

À plus long terme, Bernard Doroszczuk identifie trois priorités : le « besoin d'anticipation » des opérateurs (EDF, Orano, CEA, etc), le « maintien des marges de sûreté » et surtout la mobilisation sur les compétences professionnelles.

« Il y a clairement besoin d'un ressaisissement collectif et stratégique de la filière autour de la formation professionnelle et des compétences clefs d'exécution pour atteindre le niveau de qualité et de sûreté attendu du nucléaire », a jugé Bernard Doroszczuk. Il s'est en effet inquiété de « difficultés industrielles pour des opérations classiques ».