RN - « Faire barrage à Macron »

Publié dans le panorama le Dimanche 27 janvier 2019 à 06:35:57

© L'alsace, Dimanche le 27 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

RN - « Faire barrage à Macron »
 

 
De gauche à droite : Hombeline Du Parc, conseillère régionale RN ; Thibault Gond-Manteaux, délégué départemental RN 67 et Virginie Joron, présidente du groupe RN Grand Est et candidate aux élections européennes. Photo DNA/Franck Buchy
L'affiche du Rassemblement national bas-rhinois se veut « une réaction » à la « propagande anti-Trump » diffusée récemment par l'Eurométropole de Strasbourg pour inciter les citoyens à participer aux élections européennes. Une étoile tricolore cache le visage d'Emmanuel Macron. « Je m'inscris et je vote », le slogan reste le même mais cette fois-ci « pour inciter les gens à résister à Macron, à sa politique ultralibérale et à la doctrine mondialiste qui appartient au passé », prévient Thibault Gond-Manteaux, délégué départemental du RN 67.

Le décor est planté. Le parti de Marine Le Pen veut transformer le scrutin du 26 mai en un référendum anti-Macron et profiter de « l'éveil des peuples » à travers l'Europe. « Le peuple français doit montrer au monde qu'il peut prendre son destin en main », souhaite Thibault Gond-Manteaux.

Concernant la ligne de la campagne, l'élection présidentielle est passée par là. Il n'est pas question de sortie de l'euro, ni de Frexit. « Nous pouvons très bien envisager de changer l'Union européenne de l'intérieur et non plus de la casser », explique le délégué départemental. C'est dans cette perspective que Virginie Joron part en campagne à la 8e place de la liste RN, au côté de sa collègue conseillère régionale Dominique Bilde (4e place).

« Le clivage mondialistes-patriotes a remplacé le clivage droite-gauche », assure la présidente du groupe RN Grand Est qui souhaite « arrêter le rouleau compresseur contre les peuples » en faisant « évoluer les compétences de la commission européenne » et en « redonner du pouvoir législatif au parlement européen ». En démontrant aussi que « si le parlement et la commission paraissent loin, ils impactent directement la vie quotidienne des Français par les directives et les règlements européens », indique Hombeline Du Parc, conseillère régionale.

Les partisans de Marine Le Pen chercheront aussi à « montrer les dissonances entre le discours national des partis adverses et le discours qu'ils tiennent à Bruxelles, sur l'immigration, le libre-échange et le protectionnisme ».

Au-delà d'une campagne anti-Macron, le Rassemblement national s'engage dans un front contre Les Républicains et cette droite qui se « cavernise », selon Thibault Gond-Manteaux. La guerre des droites est ouverte à l'échelle continentale.
Franck BUCHY