Contre le harcèlement au collège de Buhl

Publié dans le panorama le Mercredi 23 janvier 2019 à 06:30:03

© L'alsace, Mercredi le 23 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Contre le harcèlement

au collège de Buhl
 

 
Une quarantaine de parents se sont mobilisés pour dénoncer des actes de violence et un manque de réaction de la part de la direction. Photo DNA/V.KL.

 
 
 

Une quarantaine de parents d'élèves du collège du Hugstein, à Buhl, se sont rassemblés hier devant l'établissement pour dénoncer des faits de harcèlement et de violence entre élèves qui auraient cours depuis plusieurs mois.

Il y a d'abord ces deux cas graves, qui ont donné lieu à des plaintes de parents auprès de la gendarmerie. Avant Noël, deux élèves de 3e, qui s'étaient interposés en ville dans une bagarre, auraient été frappés dans les vestiaires du gymnase, avant d'être accueillis à la sortie du collège par une vingtaine de jeunes, venus d'autres villes, armés de poings américains. « Le collège s'en lave les mains, déplorent les parents des deux élèves. Nous avons porté plainte afin que des limites soient apportées à ces adolescents. Puisque l'école ne le fait pas, nous comptons sur les gendarmes. »

Plus récemment, c'est une élève de 5e qui aurait été étranglée par une camarade, et qui n'aurait dû son salut qu'au passage d'un surveillant à ce moment-là. D'autres cas sont rapportés avec des insultes, coups, jets de gomme, sacs et autres objets, ainsi que du cyberharcèlement.

Les parents, dans leur ensemble, dénoncent un manque de surveillance, notamment dans la cour du collège, un climat délétère et des réponses inappropriées de la part de la direction. La principale, actuellement en arrêt de travail, est remplacée par son adjointe, qui n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Lundi, six parents délégués ont été reçus par la directrice d'académie, qui leur a annoncé la mise en place d'une cellule dédiée aux problèmes de harcèlement ; cette cellule recevra tous les collégiens et parents concernés. Les parents, satisfaits de cet entretien, ont indiqué qu'ils renonçaient à toute autre action pour le moment.

À ce jour, ni le rectorat, ni l'inspectrice d'académie n'ont souhaité s'exprimer sur ce dossier. L'inspectrice nous a cependant fait savoir qu'une enquête administrative était en cours.

Valérie KOELBEL