HIRTZBACH Voeux du Nouvel An : « Favoriser une vie sociale douce et agréable »

Publié dans le panorama le Mercredi 23 janvier 2019 à 06:09:57

© Dna, Mercredi le 23 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

HIRTZBACH Voeux du Nouvel An
HIRTZBACH Voeux du Nouvel An : « Favoriser une vie sociale douce et agréable »
La cérémonie des voeux a permis à Arsène Schoenig, maire, d'honorer plusieurs concitoyens dont le candidat le plus âgé au bac en Alsace en 2018. Évoquant « la violence qui rattrape les campagnes », il souhaite favoriser « une vie sociale douce et agréable ».

 
La musique municipale de Carspach a proposé quelques airs.
« Construire une société plus douce », voilà l'objectif d'Arsène Schoenig, maire de Hirtzbach. « Apprenons à nos enfants à élever un lapin, à cultiver un petit jardin, donnons-leur des leçons de vie », voilà ce que professe l'élu à son échelle, lui qui dénonce la dangerosité du « tout numérique, surtout s'il est entre des mains de non-initiés ».
« Ces nobles attitudes commencent chez nous, dans notre village... »

Arsène Schoenig décrit « la dure réalité de ce monde en proie aux affres de la folie meurtrière, à la violence inouïe [...]. Il faut maintenir ensemble et solidairement la lutte contre l'obscurantisme et l'ignorance, afin de les faire reculer et ainsi affirmer notre détermination de rester un peuple libre, fraternel, égalitaire, accueillant et solidaire. Ces nobles attitudes commencent chez nous, dans notre région, dans notre village. Nous sommes tous concernés sans exception ».
« Les réseaux sociaux, parfois des pièges mortels »

Dans cet ordre d'idées, il constate que « dans notre société de plus en plus agressive, trouver sa place face à l'information ou plutôt à la désinformation devient compliqué. Certains moyens de communication, notamment sur les réseaux sociaux, sont parfois des pièges mortels ».

Face à la « surenchère », Arsène Schoenig souhaite un retour à la « sérénité ». Il parle de l'implication nécessaire des adultes dans l'éducation des enfants et celle des élus dans l'action et l'anticipation. « La violence dans nos campagnes n'est certes pas spectaculaire, mais elle est insidieuse et régulière, sous forme d'incivilités, de paroles blessantes, de petits larcins, d'atteintes contre le bien public et privé (tags, feux, déchets, alcoolémie...) ».
Au bilan de 2018

Comme il est de tradition, l'élu a dressé le bilan de l'année écoulée. Il en a retenu, « la suite du remplacement des tilleuls malades, l'achèvement de la rénovation du second bâtiment au parc De Reinach, l'aménagement de la cour de l'école primaire, le démarrage du chantier du nouveau quartier "La Forge" ».

Au chapitre des événements marquants, le risque de fermeture d'une classe maternelle finalement maintenue, une grosse fuite d'eau potable (« du jamais vu depuis 1923 !), l'obtention d'un prix national d'attrait touristique, le prix du patrimoine pour l'école maternelle et l'installation du compteur intelligent Linky. « Chacun est libre de faire ce qu'il veut », a-t-il commenté.

Pour 2019 et « le dernier budget du mandat », l'objectif est d'éviter toute hausse d'impôts locaux. « Trop d'inconnues budgétaires ne permettent pas d'avoir de grosses ambitions ».
Com-com : des satisfactions et des regrets

Le maire a refait un petit « topo » sur la communauté de communes ayant constaté que « beaucoup de gens ne savent pas où ils sont ». À ce sujet, il a regretté que son village soit « absent du bureau où tout se décide » ainsi que la fin de la compétence communale sur l'eau potable, passée à la com-com. « C'est la perte de l'une de nos richesses naturelles ».

Dans l'autre sens, il a regretté le retour dans le giron communal de la compétence de l'éclairage public tout en soulignant que la com-com « subit la loi et fait de son mieux ». Il a relevé l'effort fait par l'intercommunalité pour permettre aux élèves de Hirtzbach de bénéficier d'un périscolaire.

Avec le passage de la taxe sur les ordures ménagères à la redevance voté par la com-com au 1er janvier, l'élu a fait part de ses craintes concernant la recrudescence des « dépôts sauvages ».

Le maire de Hirtzbach a salué durant cette soirée son voisin Rémi Spillmann, maire de Carspach, et a fait allusion sans s'y attarder au projet de commune nouvelle qu'il avait défendu par le passé sans trouver immédiatement d'écho. Mais malgré cette idée en « stand-by », il a souligné les bonnes relations avec le bourg voisin. C'est d'ailleurs la musique municipale de Carspach qui a ponctué de ses morceaux et de fort belle manière la cérémonie hirtzbachoise.
Noëlle BLIND-GANDER