Traité de coopération franco-allemand Des « projets prioritaires » pour l'Alsace

Publié dans le panorama le Mercredi 23 janvier 2019 à 06:09:01

© L'alsace, Mercredi le 23 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Traité de coopération franco-allemand Des « projets prioritaires » pour l'Alsace
 

 
La délégation alsacienne présente hier lors de la signature du traité d'Aix-la-Chapelle. DR
Le nouveau traité de coopération et d'intégration franco-allemand, signé ce mardi à Aix-la-Chapelle par le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel, comporte en annexe une liste de quinze « projets prioritaires », dont plusieurs concernent directement l'Alsace.
La reconversion de Fessenheim gravée dans le marbre

Il est notamment question de « la mise en oeuvre conjointe d'un projet de territoire portant sur la reconversion de la zone de proximité de la centrale nucléaire de Fessenheim dans le contexte de sa fermeture, au travers d'un parc d'activités économiques et d'innovation franco-allemand, de projets dans le domaine de la mobilité transfrontalière, de la transition énergétique et de l'innovation ». La « coopération bilatérale de haut niveau en matière d'énergie et de climat » peut également favoriser la transition post-nucléaire.

Un autre projet cité consiste en l'amélioration des liaisons ferroviaires transfrontalières, « par exemple : Colmar-Fribourg, en reconstruisant le pont traversant le Rhin en fonction des résultats de l'étude de faisabilité en cours, mais aussi liaison entre Strasbourg et l'aéroport de Francfort, liaison Strasbourg-Palatinat, liaison entre Sarrebruck et Paris ».

Le point 6 a une portée plus générale pour les collectivités et les populations : il prévoit la mise en place d'un comité de coopération transfrontalière « chargé de définir une stratégie commune pour le choix de projets prioritaires, d'assurer le suivi des difficultés rencontrées dans les territoires frontaliers et d'émettre des propositions en vue d'y remédier ».
« Un territoire privilégié » pour appliquer ce traité

Présente hier à Aix-la-Chapelle avec son homologue bas-rhinois Frédéric Bierry et plusieurs parlementaires alsaciens, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, Brigitte Klinkert, estime que l'Alsace « a vocation à être un territoire privilégié d'application de ce traité et le laboratoire européen de la France ». Elle propose que le « forum pour l'avenir franco-allemand » nouvellement institué puisse se tenir rapidement en Alsace, « pour avancer sur la déclinaison opérationnelle du traité ».

Pour le président de la région Grand Est, Jean Rottner, le traité « résonne de façon toute particulière dans notre région ». « Nous devons dès à présent penser à faire de nos régions, des espaces européens de proximité », conclut-il. O. B.