Genève exige la fermeture de la centrale du Bugey

Publié dans le panorama le Mercredi 23 janvier 2019 à 05:46:19

© Dna, Mercredi le 23 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Nucléaire
Genève exige la fermeture de la centrale du Bugey
 

 
La centrale nucléaire du Bugey (Ain) ne doit plus seulement faire face à l'offensive du temps, les installations comprenant trois réacteurs et qui fêtent ses 40 ans affrontent une procédure suisse réclamant sa fermeture. Le canton et la ville de Genève, distants de 80 kilomètres, ont en effet déposé une plainte contre X au pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris.

« Conçue pour ne durer que quarante ans, la centrale du Bugey cumule une liste incroyable d'incidents qui ne cessent d'augmenter avec le temps, souligne dans Le Parisien Rémy Pagani, membre de l'exécutif de la ville de Genève. Nous estimons que ce site met en danger les populations alentour et c'est pourquoi nous exigeons son arrêt immédiat. »
Des incidents à répétition

C'est l'ancienne ministre de l'environnement et avocate Corinne Lepage qui défend les autorités suisses dans ce dossier. Et l'avocate n'a pas manqué ce mardi, lors d'une conférence de presse, de pointer de « nombreuses anomalies » : insuffisance des sécurités en cas de séisme, dégradations de tuyauteries, fuites de tritium (hydrogène radioactif) et pas moins de 90 incidents depuis 2000.

« Les cinq derniers rapports annuels de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) témoignent que les performances en matière de sûreté nucléaire de la centrale du Bugey sont globalement moins bonnes que celles des autres centrales », argumente l'avocate.

Les autorités helvètes ne sont pas les seules à s'inquiéter. Plusieurs associations antinucléaires locales ont déposé plainte l'an dernier suite à une fuite de tritium détectée en décembre 2017 dans les eaux souterraines de la centrale.

Le Bugey n'est pas la seule centrale à être dans le collimateur de nos voisins suisses. En décembre 2018 déjà, l'Association trinationale de protection nucléaire (qui regroupe des collectivités locales, des habitants et des associations originaires de Suisse, d'Allemagne et de France) a déposé un recours pour exiger l'arrêt du site de Fessenheim en Alsace, doyenne des centrales nucléaires juste devant... le Bugey.

EDF n'a pas souhaité réagir à cette plainte.