Prefecture Les agressions en hausse

Publié dans le panorama le Mardi 22 janvier 2019 à 06:11:00

© L'alsace, Mardi le 22 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF
Prefecture Les agressions en hausse
 

 
Intervention de la police suite à l'attentat du 11 décembre à Strasbourg. Photo DNA/Michel Frison
Lors de ses voeux à la presse ce lundi (lire en page 34), le préfet Jean-Luc Marx est notamment revenu sur les chiffres de la délinquance.

? Bilan de la délinquance. Les atteintes aux personnes ont progressé de 13,4 % dans le Bas-Rhin, soit près de deux fois plus qu'au niveau national. Si les violences sexuelles représentent moins de 10 % des faits constatés, elles ont connu une hausse de 15 % l'an dernier.

Concernant les atteintes aux biens, « la matière automobile se porte mieux en 2018 », a relevé le préfet. Les vols de véhicules, les vols à la roulotte et les vols d'accessoires sur des véhicules ont tous les trois enregistré une baisse de l'ordre de 5 %. Avec 2 374 faits recensés, les cambriolages visant des logements sont repartis à la hausse l'an passé (+7,6 %).

Le taux d'élucidation des crimes et délits demeure nettement supérieur dans le Bas-Rhin par rapport à la moyenne nationale. « C'est à mettre au crédit des services de police et de gendarmerie », a souligné Jean-Luc Marx.

? Lutte contre les trafics. En 2018, policiers, gendarmes et douaniers ont saisi 5,5 tonnes de cannabis (résine et herbe), 367 kg de cocaïne, 791 kg d'héroïne et 1 848 comprimés de synthèse dans le département. Ils ont également confisqué 249 armes, 31 véhicules et 550 000 EUR en numéraire.

? Police de sécurité du quotidien. La mise en place de la police de sécurité du quotidien (PSQ) s'est traduite par le renfort de 20 policiers supplémentaires à Strasbourg. Ces derniers sont affectés au Neuhof et à la Meinau, classés quartiers de reconquête républicaine (QPR).

? Prévention de la radicalisation. Une cinquantaine de signalements sont parvenus au groupement d'évaluation départemental (GED), l'an passé, soit dix fois moins qu'en 2015. Le Bas-Rhin compte 190 personnes inscrites au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Le préfet a par ailleurs indiqué que la secrétaire générale du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, Muriel Domenach, se rendra à Strasbourg « dans les prochains jours » pour un « débriefing » sur le cas de Cherif Chekatt et de sa famille.

? Attentat du 11 décembre. « Strasbourg n'échappera pas à une commémoration adaptée », a confié Jean-Luc Marx, sans en dévoiler davantage sur les modalités de la cérémonie à venir.

? Sécurité routière. Selon le bilan provisoire, 42 personnes ont trouvé la mort sur les routes bas-rhinoises l'année dernière, contre 44 en 2017 et 46 en 2016. Le nombre des blessés hospitalisés a aussi baissé, de 22 %, tandis que celui des accidents corporels est en légère hausse de 2 %.

Jean-Luc Marx a également évoqué la multiplication des dégradations de radars fixes, mais il n'a pas communiqué de statistiques. « C'est un acte non seulement idiot mais aussi criminel, a-t-il commenté. Cela peut entraîner des comportements qui seront à l'origine d'accidents, sans compter les frais pour les remplacer et les recettes en moins pour les collectivités locales... » Antoine BONIN