Sundgau Nathalie Berbett, Pôle d'équilibre territorial et rural : « Le Pays donne une impulsion au territoire »

Publié dans le panorama le Mardi 22 janvier 2019 à 05:40:57

© Dna, Mardi le 22 Janvier 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Sundgau Nathalie Berbett, Pôle d'équilibre territorial et rural
Sundgau Nathalie Berbett, Pôle d'équilibre territorial et rural : « Le Pays donne une impulsion au territoire »
Elle a passé quatorze ans au service du Pays du Sundgau dont elle fut un élément moteur : s'apprêtant à embarquer dans une nouvelle aventure professionnelle à Mulhouse, Nathalie Berbett jette un oeil dans le rétroviseur. S'y affirme un caractère investi.

 
Nathalie Berbett.
« Investie », telle que l'a qualifiée maintes fois le président du Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Pays du Sundgau, François Eichholtzer. C'est un fait que Nathalie Berbett le fut, qu'elle l'est toujours dans ce qu'elle entreprend. C'est dans sa nature de passionnée, celle-là même qui accroche un enthousiasme communicatif à son sourire alors qu'à 38 ans, la voilà sur le point d'aborder une nouvelle aventure.
« Il fallait faire preuve de persuasion et de doigté ! »

Elle en a vécu une forte en Inde d'ailleurs, transition idéale pour quitter un Sundgau parfois qualifié avec humour de « réserve d'Indiens » ! « Le territoire doit être ouvert, ne pas rester fermé. Il faut conserver ses racines mais aller de l'avant », devise pour sa part Nathalie Berbett. Un état d'esprit qu'elle a insufflé durant ces quatorze dernières années au Pays du Sundgau où elle fit son entrée en juillet 2004 en qualité d'agent de développement.

Titulaire d'un DUT de gestion urbaine obtenu à Aix-en-Provence, la Retzwilleroise avait déjà en poche une licence professionnelle « socio-culturel » qu'elle mit en application au service culturel d'Altkirch, le temps de décrocher en plus un « master de conception et mise en oeuvre de projets culturels ». Elle y restera quatre ans, faisant ses armes en tant qu'« emploi jeune » aux côtés de Geneviève Risterucci sur le festival du court-métrage ou la Forêt enchantée. « Geneviève me laissait l'espace pour faire », se rappelle celle qui se décidera donc à postuler comme chargée de mission pour développer la politique touristique et culturelle d'un Pays du Sundgau alors au stade associatif.

Sous l'impulsion du président Helmuth Bihl, la jeune femme oeuvre à fédérer les syndicats d'initiative touristique tout en mettant en place un système de fonctionnement et de financement. « A l'époque, il n'y avait que la Ville d'Altkirch et la com.com du Jura alsacien qui les payaient » rappelle-t-elle. Ainsi démarche-t-elle les différentes intercommunalités sundgauviennes avant de déboucher sur la création d'un office de tourisme unique, en 2010, dont les cotisations furent fixées étape par étape. Entre-temps, en 2006, Nathalie Berbett est devenue responsable de la structure qui emploie trois personnes parmi lesquelles Rachel Schmitt, agent administratif, investissant son énergie dans l'émergence et la réalisation de projets communs. Chose peu courante alors : « com.com, villes, districts... chacun travaillait de son côté. C'est pour cette raison que Helmuth Bihl avait créé le Pays, véritable outil de développement local auprès duquel les uns et les autres venaient par démarche volontaire, sans obligation. « Il fallait faire preuve de persuasion et de doigté ! », souligne Nathalie Berbett.
Des millions d'euros pour le territoire

Laquelle a trouvé en chacun des trois présidents qu'elle a côtoyés une autre personnalité (voir ci-dessous). « Le défi était le même, fédérer, mais chacun l'a relevé dans son style. »

Une nécessité : « le Pays donne une impulsion au territoire avec des projets et des idées et ce depuis le début, malgré les nombreux aléas rencontrés ». Une mission cruciale puisque la structure et son équipe n'ont d'autres objectifs que d'être gestionnaire et développeur de projets en partenariat pour les communes et les com.com. « Ce sont ainsi des millions d'euros qui ont été apportés. »

Le facteur humain est crucial insiste Nathalie Berbett qui dit avoir toujours pu compter avec une équipe de grande qualité engagée et douée de compétences techniques. « Des jeunes d'ici ou d'ailleurs, mais soudés », observe-t-elle en saluant également les équipes politiques aux côtés desquelles elle a oeuvré. A commencer par les vice-présidents : « on les ennuie mais ils sont toujours là, vachement investis. On a travaillé main dans la main avec nos élus. Et je peux dire en outre qu'ils connaissent leurs dossiers ! »
Stuwa, un parcours

Comme Nathalie Berbett a toujours tâché de maîtriser les siens au mieux, avec une prédilection pour ceux de nature culturelle. Stuwa en est la plus flagrante illustration, parcours d'art et nature, sur le principe d'oeuvres contemporaines land art en lien avec des villages, qui connaîtra cette année sa cinquième déclinaison. Avec un objectif intact : questionner, valoriser et inviter à porter un autre regard sur le territoire. Respecter ce qui existe tout en regardant ce qu'il est possible de faire, un état d'esprit que Nathalie Berbett mettra sans nul doute en application dès cette semaine, où elle rejoint en qualité d'adjointe à la direction l'Agence de participation citoyenne et le Carré des associations, Mulhouse.

Quant au PETR du Pays du Sundgau, c'est désormais David Rigoulot qui en a la charge, après un an et demi aux côtés de Nathalie Berbett. « Rien ne nous appartient, c'est au territoire, conclut-elle. J'espère que la structure perdurera. On n'est jamais sûr, mais elle a grande capacité à encaisser bien qu'elle ait été fortement ballottée. Ça valait le coup : tellement de belles choses ont été faites : ! »
Nicolas LEHR