Back to top

Le Conseil d'État suscite des tirs croisés

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:30:08

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Le Conseil d'État suscite des tirs croisés
 

 
Eric Elkouby, conseiller départemental PS de Strasbourg.

Photo DNA/Jean-Christophe Dorn

Avec ses réserves sur le projet de loi et le décret relatifs à la création de la collectivité européenne d'Alsace (CEA), le Conseil d'État vient de dévoiler une nouvelle compétence, celle de faire converger les vents contraires. En pointant du doigt la dénomination de la future CEA et certaines de ses compétences (L'Alsace d'hier), les conseillers du Palais-Royal sont parvenus à mobiliser dans un même élan le gaulliste André Reichardt et le socialiste Eric Elkouby. Un exploit.
« Des petites victoires qui font plaisir »

« La décision du Conseil d'État est très intéressante car elle marque un tournant dans la constitution de la CEA et reprend les arguments que j'ai défendus depuis un an... Ce sont des petites victoires qui font plaisir ! », relève le conseiller départemental de Strasbourg (PS) qui n'a jamais vu autre chose que la constitution d'un département unique qui « n'a rien d'européen ».

Eric Elkouby prépare une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur le sujet. Il compte la déposer la semaine prochaine pour « connaître la position du conseil constitutionnel sur la création de la CEA au regard de l'avis du Conseil d'État ».

« Le projet de loi s'attache à ajouter des compétences suffisamment spécifiques pour que le Conseil constitutionnel autorise un transfert durable et circonscrit à ce territoire », avait soutenu la ministre Jacqueline Gourault le 27 février après avoir présenté le texte en conseil des ministres.

L'avis du Conseil d'État conforte le sénateur André Reichardt dans l'idée que « la CEA ne peut être qu'un département ». « On peut l'habiller comme on veut, les Alsaciens n'en veulent pas. Ce qu'ils demandent, c'est une région à part entière et pas un succédané », fulmine le président du Mouvement pour l'Alsace (MPA) qui y voit une « opération d'enfumage ».

André Reichardt s'appuie sur le sondage Ifop (L'Alsace d'hier) mais aussi sur l'avis du Conseil d'État pour « commencer la nouvelle campagne d'Alsace ». Le sénateur compte déposer des amendements pour enrichir les compétences transférées à la CEA dans le domaine du développement économique, de la propriété de la marque Alsace et pour la prospection économique en France et à l'international. « Mais le Conseil constitutionnel va nous dire non car il s'agit d'un département », anticipe l'élu.
« Exit la dénomination pompeuse »

Pour Stéphane Bourhis, fondateur de Touche pas à l'Alsace, cet avis du Conseil d'État « ouvre la voie à plus d'Alsace ». « L'idée d'une CEA est un premier pas, à conforter pour conforter, à partir de cette entité administrative, un statut particulier, à l'instar de celui accordé, par exemple, à la Corse », estime-t-il.

L'avis des conseillers du Palais-Royal est un « désaveu cinglant pour les "fusionnistes" obsessionnels », estime Bernard Stoessel, de l'Association pour l'Alsace. « Exit la dénomination pompeuse destinée à donner le change... Les compétences supplémentaires attendues se réduisent comme peau de chagrin !, s'agace l'ancien président du conseil régional d'Alsace. Le maintien d'une préfecture à Colmar passe à la trappe. » Trappe, chausse-trape ou Hans Trapp ?
Franck BUCHY

 

 
 

 

colmar - rapportages

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:15:14

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

colmar - rapportages

 

 
Photo L'Alsace/Dom Poirier
Madame rêve
L'artiste Parisienne Madame expose actuellement à la Villa Tschaen à Colmar. Lors de son passage, elle a pris l'initiative de laisser un immense collage dans la rue de l'Ange. Poétique, il porte la mention « L'espoir fait fuir ». L'oeuvre rend hommage à Tomi Ungerer qui détestait cette notion d'espoir. « Il y a une chose à laquelle je me refuse, c'est l'espoir. Il n'y a rien de pire que les illusions. L'espoir, c'est peut-être nécessaire pour des gens. Mais, alors, c'est toujours une invitation à la désillusion. Alors, pourquoi ne pas prendre la réalité en face pour ce qu'elle est ? », disait-il. Reste que cet hommage n'a visiblement pas plu aux occupants de la maison concernée, qui ont arraché deux morceaux du collage depuis leurs fenêtres.
Placement libre

Mardi à l'Élysée, quand le maire de Colmar s'est avancé vers la table Ambre pour assister au déjeuner avec le président de la République dans le cadre du grand débat national avec 150 élus du Grand Est, il s'est aperçu qu'il y avait deux cartels estampillés Gilbert Meyer. Il a choisi celui qui était posé à la droite d'Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'État à la transition écologique et solidaire. Gilbert Meyer sait se placer, c'est connu.
Miss et Mister Liberty

Brigitte Klinkert, présidente du Département du Haut-Rhin, et Olivier Scherberich, président de la Société du Musée Bartholdi de Colmar, ont assisté mercredi soir au cocktail offert par Jamie D. McCourt, ambassadeur des USA en France, en l'honneur de Diane von Furstenberg, marraine du Musée de la Statue de la Liberté de New York qui va bientôt ouvrir. La célèbre créatrice de mode a collecté près 100 millions de dollars pour ce projet. Diane von Furstenberg était à Colmar en juin pour réaliser un documentaire sur la vie du sculpteur, Colmar où l'on rêve juste de quelques millions pour moderniser le Musée Bartholdi.
Et la lumière fut

Lors de la réunion de quartier au foyer Sainte-Marie à Colmar (notre édition du 26 février), les riverains avaient évoqué les lampadaires éteints la nuit qui posaient un problème de sécurité. Ce à quoi Gilbert Meyer avait répondu : « Nous étions tenus par la loi. Cette décision est nationale et Munster et Ribeauvillé sont déjà dans le noir toute la nuit. » Cette affirmation fait réagir Jean-Louis Christ, le maire de Ribeauvillé, qui contredit son homologue de Colmar. « Nous ne laissons pas la ville dans le noir la nuit. Nous avons mis en place un système d'éclairage par LED où un lampadaire sur deux s'éteint entre 23 h et 6 h du matin, se défend-il. Mais si Gilbert le souhaite, je peux lui donner la marque et la nature des lampes. » Compter 70 EUR l'ampoule programmable.
Après le loup...

Munster a renouvelé sa convention avec la fourrière de la SPA de Colmar. Sur les trois dernières années, la société protectrice a été amenée à récupérer de nombreux chiens et chats. Dans les statistiques fournies à la Ville figurait aussi un « NAC », ces nouveaux animaux de compagnie. Il s'agissait d'un iguane qui s'était perdu en ville, on ignore toujours comment. Le mythe de la bête des Vosges a perdu là une belle occasion de ressurgir.
La langue ad hoc

La vallée de Munster est engagée dans un vaste projet de réhabilitation du dialecte et du bilinguisme. Les idées sont nombreuses et insolites comme cette crèche en immersion en alsacien. À Munster, l'adjoint Jean-François Wollbrett a présenté une partie des comptes administratifs en dialecte. « Il fut un temps où les conseils se faisaient entièrement en alsacien », relève l'élu avant d'ajouter pince-sans-rire : « On nous a piqué notre région, on ne nous piquera pas notre langue. »
Des alsaces en Bag-in-Box ?

Attention terrain miné. Gilles Neusch, directeur du Conseil interprofessionnel des vins d'Alsace émet l'idée de vendre du vin d'Alsace en Bag-in-Box, ce qu'a toujours catégoriquement refusé le syndicat de défense de l'appellation. Gilles Neusch en a reparlé à l'occasion de l'AG du syndicat viticole de Colmar-Houssen. Une piste de réflexion, dit-il. Cela dit, la loi Borocco est claire : « Les vins bénéficiant de l'AOC Vins d'Alsace ne pourront circuler, être présentés, mis en vente ou vendus qu'en bouteilles ». Le chantier, pour l'heure virtuel, s'avère titanesque mais le contexte économique étant ce qu'il est pour une majorité de producteurs, le BIB pourrait devenir soudain la bouée de sauvetage, sur certains marchés...
Croquignolesque

Ancien responsable En Marche, le conseiller municipal munstérien Mathieu Dischinger garde la dent dure contre le parti présidentiel. Quand il a été question des cahiers de doléances ou du grand débat national à son conseil municipal mardi, il a avancé que ces questions avaient toutes déjà été posées pendant la campagne. Avant de conclure en paraphrasant le président : « Tout ça, c'est de la poudre de perlimpinpin. »
Colmar - Alger

Le 8 octobre 2012, il était venu dans la cité de Bartholdi pour payer trois amendes de 68 euros dressées à l'encontre d'une femme de 29 ans verbalisée pour port illégal du voile intégral dans une rue de Guebwiller. Cette fois-ci, il fait parler de lui à Alger où il a fait campagne pour les présidentielles samedi dernier avant que la police du pays de l'oblige à quitter les lieux.

Rachid Nekkaz avait déjà été empêché de participer à l'élection en 2014. Cet homme d'affaires de 47 ans, né en France, symbolise l'effervescence qui règne depuis le début de l'année en Algérie, selon le quotidien El Watan. Une effervescence plus importante que celle qui annonce déjà les municipales de Colmar ?
Faut pas le fâcher

Qu'on ne s'y trompe pas. La guéguerre entre le maire et son premier adjoint n'a pas (encore) pris une ampleur irréversible. Yves Hemedinger n'a pas sorti l'artillerie lourde après la remontée de bretelle que lui a infligée Gilbert Meyer (L'Alsace de samedi dernier). Il a tout simplement profité d'un passage au 15-2 jeudi matin pour s'emparer d'une MINIMI (mitrailleuse), le temps du cliché (photo).

 

 
 

 

zapping La statue de la Liberté, gilet jaune ?

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:15:54

© Dna, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

zapping
La statue de la Liberté, gilet jaune ?
 

 
Le premier adjoint Yves Hemedinger, au 15-2.
? Faut pas le fâcher

Qu'on ne s'y trompe pas. La guéguerre entre le maire et son premier adjoint n'a pas (encore) pris une ampleur irréversible. Yves Hemedinger n'a pas sorti l'artillerie lourde après la remontée de bretelle que lui a infligée Gilbert Meyer (DNA de samedi dernier). Il a tout simplement profité d'un passage au 15-2 jeudi matin pour s'emparer d'une MINIMI (mitrailleuse), le temps du cliché (photo).
? Croquignolesque

Ancien responsable En Marche, le conseiller municipal munstérien Mathieu Dischinger garde la dent dure contre le parti présidentiel. Quand il a été question des cahiers de doléances ou du grand débat national à son conseil municipal mardi, il a avancé que ces questions avaient toutes déjà été posées pendant la campagne. Avant de conclure, en paraphrasant le président : « Tout ça, c'est de la poudre de perlimpinpin ».
? La langue ad hoc

La vallée de Munster est engagée dans un vaste projet de réhabilitation du dialecte et du bilinguisme. Les idées sont nombreuses et insolites comme cette crèche en immersion en alsacien. À Munster, l'adjoint Jean-François Wollbrett a présenté une partie des comptes administratifs en dialecte. « Il fut un temps où les conseils se faisaient entièrement en alsacien, relève l'élu avant d'ajouter pince-sans-rire : « On nous a piqué notre région, on ne nous piquera pas notre langue ».
? Après le loup...

Munster a renouvelé sa convention avec la fourrière de la SPA de Colmar. Sur les trois dernières années, la société protectrice a été amenée à récupérer de nombreux chiens et chats. Dans les statistiques fournies à la Ville figurait aussi un « NAC », ces nouveaux animaux de compagnie. Il s'agissait d'un iguane qui s'était perdu en ville, on ignore toujours comment. Le mythe de la bête des Vosges a perdu là une belle occasion de se régénérer.
? Colmar - Alger

Le 8 octobre 2012, il était venu dans la cité de Bartholdi pour payer trois amendes de 68 euros dressées à l'encontre d'une femme de 29 ans verbalisée pour port illégal du voile intégral dans une rue de Guebwiller. Cette fois-ci il fait parler de lui à Alger où il a fait campagne pour les présidentielles, samedi dernier, avant que la police du pays de l'oblige à quitter les lieux. Rachid Nekkaz avait déjà été empêché de participer à l'élection en 2014. Cet homme d'affaires de 47 ans, né en France, symbolise l'effervescence qui règne depuis le début de l'année en Algérie, selon le quotidien El Watan. Une effervescence plus importante que celle qui annonce déjà les municipales de Colmar ?
? Placement libre

Mardi à l'Elysée, quand le maire de Colmar s'est avancé vers la table Ambre pour assister au déjeuner avec le président de la République dans le cadre du grand débat national avec 150 élus du Grand Est, il s'est aperçu qu'il y avait deux cartels estampillés Gilbert Meyer. Il a choisi celui qui était posé à la droite d'Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'État à la transition écologique et solidaire. Gilbert Meyer sait se placer, c'est connu.
? Miss et Mister Liberty

Brigitte Klinkert, présidente du Département du Haut-Rhin, et Olivier Scherberich, président de la Société du musée Bartholdi de Colmar, ont assisté mercredi soir au cocktail offert par Jamie D. McCourt, ambassadeur des USA en France, en honneur de Diane von Furstenberg, marraine du musée de la Statue de la Liberté de New York qui va bientôt ouvrir. La célèbre créatrice de mode a collecté près 100 millions de dollars pour ce projet. Diane von Furstenberg était à Colmar en juin pour réaliser un documentaire sur la vie du sculpteur. Colmar où l'on rêve juste de quelques millions pour moderniser le musée Bartholdi.
? Madame rêve

L'artiste parisienne Madame expose actuellement à la Villa Tschaen à Colmar. Lors de son passage, elle a pris l'initiative de laisser un immense collage dans la rue de l'Ange. Poétique, il porte la mention « L'espoir fait fuir ». L'oeuvre rend hommage à Tomi Ungerer qui détestait cette notion d'espoir. « Il y a une chose à laquelle je me refuse, c'est l'espoir. Il n'y a rien de pire que les illusions. L'espoir, c'est peut-être nécessaire pour des gens. Mais, alors, c'est toujours une invitation à la désillusion. Alors, pourquoi ne pas prendre la réalité en face pour ce qu'elle est ? », disait-il. Reste que cet hommage n'a visiblement pas plu aux occupants de la maison concernée, qui ont arraché deux morceaux du collage depuis leurs fenêtres.
? Et la lumière fut

Lors de la réunion de quartier au foyer Sainte-Marie à Colmar (notre édition du 26 février), les riverains avaient évoqué les lampadaires éteints la nuit qui posaient un problème de sécurité. Ce à quoi Gilbert Meyer avait répondu : « Nous étions tenus par la loi. Cette décision est nationale et Munster et Ribeauvillé sont déjà dans le noir toute la nuit. » Cette affirmation fait réagir Jean-Louis Christ, le maire de Ribeauvillé, qui contredit son homologue de Colmar. « Nous ne laissons pas la ville dans le noir la nuit. Nous avons mis en place un système d'éclairage par LED où un lampadaire sur deux s'éteint entre 23 h et 6 h du matin, se défend-il. Mais si Gilbert le souhaite, je peux lui donner la marque et la nature des lampes. » Compter 70 EUR l'ampoule programmable.
? Des alsacesen Bag in Box ?

Attention, terrain miné. Gilles Neusch, directeur du conseil interprofessionel des vins d'Alsace, émet l'idée de vendre du vin d'Alsace en Bag in Box, ce qu'a toujours catégoriquement refusé le syndicat de défense de l'appellation. Gilles Neusch en a reparlé à l'occasion de l'assemblée générale du syndicat viticole de Colmar-Houssen. Une piste de réflexion, dit-il. Cela dit, la loi Borocco est claire : « Les vins bénéficiant de l'AOC Vins d'Alsace ne pourront circuler, être présentés, mis en vente ou vendus qu'en bouteilles ». Le chantier, pour l'heure virtuel, s'avère titanesque mais le contexte économique étant ce qu'il est pour une majorité de producteurs, le BIB pourrait devenir soudain la bouée de sauvetage, sur certains marchés...

 

 
 

 

Journée Internationalede la Femme Les Femmes en Europe

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:17:02

© Dna, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

Journée Internationalede la Femme Les Femmes en Europe

 

 
Mercredi 6 mars à 14 h 30 au conseil départemental - 100, avenue d'Alsace à Colmar, sous le patronage de la présidente Brigitte Klinkert, l'association Ensemble pour la Parité (E.P.P.) invite tout public à venir fêter de façon conviviale et festive, la journée de la Femme, dont le thème est Les Femmes en Europe.

En introduction Yves Hemedinger, 1er adjoint au maire et conseiller départemental, donnera des éclaircissements sur le rôle du conseil de l'Europe, et l'importance des élections européennes de mai 2019.

Puis une vingtaine de membres de l'association Ensemble pour la Parité, sous la direction de leur présidente Annette Frieh, présenteront sous forme ludique Les Femmes de l'espace Europe. Le chanteur-animateur Gérard Muller (dit Boutzy) accompagnera par une animation musicale les diverses prestations.

Le verre de l'amitié clôturera cette journée, qui s'annonce sous les meilleurs auspices. Accès handicapé assuré - Entrée libre.

Rens. : Annette Frieh au ? 03 89 71 40 81.

 

 
 

 

Des stagiaires de 3e passent le Rhin

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:46:28

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Des stagiaires de 3e passent le Rhin
 

 
Les élèves de la 3e bilingue du collège Schwendi d'Ingersheim sont partis à Karlsruhe, sauf une élève... qui a préféré effectuer son stage en Autriche. Photos L'Alsace/Vincent Voegtlin
Pour tous les élèves de 3e, c'est la période des stages d'observation en entreprise. Une expérience généralement enrichissante, d'autant plus quand elle a lieu outre-Rhin, comme c'est le cas dans les classes bilingues de dix collèges de l'académie.

À l'origine de ce dispositif dit Eurostage 2020, il y a l'association Eltern Alsace et son président Claude Froehlicher, convaincu depuis toujours de « l'importance de la maîtrise de la langue et de la connaissance des codes interculturels ». Déplorant que peu de jeunes aient l'opportunité de passer la frontière, ce père d'élève a proposé, en 2015, un projet pilote au collège d'Orbey.

Depuis lors, l'essai a pris de l'ampleur, dans le cadre du programme Réussir sans frontière, basé sur un cofinancement européen, avec l'implication de l'Éducation nationale, le soutien des collectivités locales ainsi que de l'OFAJ (Office franco-allemand pour la Jeunesse), et des « partenariats forts » avec des chambres consulaires allemandes, à Fribourg et, depuis peu, à Karlsruhe.

D'une quinzaine de jeunes participants la première année, Eurostage est passé à environ 50, puis 170 actuellement, répartis, de janvier à avril, dans environ 130 entreprises de l'axe rhénan, surtout allemandes même s'il y a quelques suisses.
« Semer une graine »

« Cela marche encore mieux que prévu, nous avons déjà des demandes pour dans deux ans », se réjouit Claude Froehlicher, dont l'objectif est d'atteindre un effectif de 250 à 300 élèves bilingues de 3e, soit environ « un quart d'une classe d'âge ». Il s'agit de « semer une graine », d'encourager les jeunes à la mobilité transfrontalière « avant qu'ils n'aient des préjugés ». Car, constate-t-il, les autres dispositifs en place, tels l'apprentissage, se heurtent encore à « un problème d'appétence ».

« Appétence » qu'il faut stimuler « très tôt », souhaite aussi Mickaël Roy, chargé de mission au rectorat, ce que peut permettre ce « dispositif pour la mobilité professionnelle en 3e qui n'existait pas avant ». L'idéal, développe-t-il, serait de l'inscrire dans un parcours de découverte comptant la visite de salons de l'emploi et de la formation en Allemagne, la rencontre avec des ambassadeurs de l'apprentissage transfrontalier...

« C'est une pierre parmi d'autres », le pari étant qu'ensuite « ces élèves demandent d'autres stages en Allemagne ». Des rencontres complémentaires avec les partenaires peuvent aussi avoir lieu, ou des formations pour les enseignants impliqués...
Pas d'accueil spécial

Plus particulièrement destiné aux bilingues, même s'il pourrait être ouvert à d'autres élèves germanophones de bon niveau, Eurostage « donne du sens » à l'apprentissage de l'allemand autant qu'à un projet d'orientation en fin de 3e.

C'est aussi pour des adolescents l'occasion de vivre un séjour collectif de cinq jours à l'étranger et de prendre un grand bain d'autonomie. Dans ces entreprises, ils sont actifs, plutôt que dans l'observation, et « il n'y a pas de programme spécial. Ils sont accueillis comme les autres stagiaires, en allemand », précise Claude Froehlicher.

Quant aux professionnels allemands disposés à les accueillir, dans des domaines d'activité très variés, ils sont pour la plupart prêts à réitérer l'expérience, à l'exemple de Lidl, l'aciérie BSW de Kehl, Zoo-Burkart à Fribourg... Plutôt « demandeurs », ils « voient à long terme » et anticipent d'éventuels pré-recrutements.

L'association Eltern continue à faire le lien et sollicite les collèges qu'elle peut, au besoin, accompagner dans leurs recherches. Au vu des demandes croissantes et grâce à des fonds européens sollicités en 2017, elle s'est organisée en plateforme de coordination, afin de maintenir une vue d'ensemble et « une exigence de qualité ». Pour Claude Froehlicher, qui a le projet de créer une base de données, il s'agit à présent d'inclure dans le dispositif davantage de collèges bas-rhinois et d'entreprises suisses, dans l'axe du Rhin supérieur.
Textes : Catherine CHENCINER PLUS WEB Notre vidéo sur www.lalsace.fr

 

 
 

 

entreprises Liebherr a investi dans une nouvelle ligne de montage La 60 000e pelle

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:17:44

© Dna, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

entreprises Liebherr a investi dans une nouvelle ligne de montage
La 60 000e pelle
Hier matin, Liebherr France SAS a fait découvrir sa nouvelle ligne de montage (voir pages économiques). L'entreprise a aussi dévoilé en avant-première la 60 000e pelle sur chenilles sortie d'usine depuis la création du site en 1961.
 

 
Les employés ont été invités à découvrir la 60 000e pelle décorée par le dessinateur Jean Linnhoff.
Les invités - parmi eux, le maire Gilbert Meyer, le secrétaire général de la préfecture Christophe Marx, le député Eric Straumann, la présidente du conseil départemental Brigitte Klinkert, le conseiller départemental Yves Hemedinger, la présidente de la délégation Colmar et Centre Alsace de la CCI Eurométropole Christiane Roth - ont d'abord arpenté les abords de la nouvelle ligne.

En compagnie du personnel, convié pour l'occasion, ils ont ensuite assisté à l'entrée en scène de la 60 000e pelle sur chenilles. Elle est apparue dans son habillage bleu conçu par le dessinateur Jean Linnhoff. Sa cabine reste blanche, mais la mappemonde ornant sa tourelle rappelle que les pelles Liebherr sont vendues dans le monde entier. « Elle a une dimension locale, nationale et internationale », déclare le directeur général Martin Schickel. Le symbole A Coeur, témoigne du partenariat avec l'agence d'attractivité d'Alsace et des origines alsaciennes de la machine.

 

 
 

 

Colmar Assemblée générale de l'ANSORAA Une pluie de récompenses

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:18:28

© Dna, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Colmar Assemblée générale de l'ANSORAA
Une pluie de récompenses
Les membres de la section Haut-Rhin Nord de l'Association Nationale des Sous-officiers de Réserve de l'Armée de l'Air se sont retrouvés ce samedi à Holtzwihr, à l'occasion de leur assemblée générale.
 

 
Les récipiendaires, de g à dr : Vermont Moselle, Christophe Fehrenbach et Roland Gutleben.
La cinquantaine de personnes présente, a été accueillie dans la salle communale par le maire et conseiller régional, Bernard Gerber. Précédant l'ordre du jour, le président Christophe Fehrenbach entouré de son comité, a demandé une minute de silence en hommage aux défunts de l'association et les militaires morts en Opex. Dans son rapport moral le président a rappelé : « les buts recherchés par l'ANSORAA, sont de développer les relations armée-nation et l'esprit de défense, notamment en participant aux différentes cérémonies officielles dans nos villes et villages, en entretenant le devoir de mémoire ; mais également de présenter et défendre les intérêts moraux et matériels de nos adhérents ». Poursuivant : « nous avons décidé de regarder vers le futur et de revenir à l'essentiel, c'est-à-dire le respect des valeurs de notre institution, nous sommes actuellement la seule association des sous-officiers de l'armée de l'air reconnue officiellement par les autorités de tutelle, par une convention signée par le chef d'état-Major de l'Armée de l'Air ». Le PV de la dernière assemblée lu par la secrétaire Marcelle Gutleben, a été adopté. Le rapport d'activité 2018 a été présenté par le trésorier-adjoint Roland Gutleben. La bonne tenue du bilan financier présenté par le trésorier Alain Kessler a été confirmée par Daniele Biedermann réviseur aux comptes, remplacée par Mireille Heitz. Monika Kessler a intégré le comité directeur pour étoffer la structure administrative.

Un dépôt de gerbe, suivi des sonneries d'usages s'est déroulé au monument aux Morts, cérémonie à laquelle se sont associées différentes personnalités civiles et militaires, dont le député Eric Straumann, la sénatrice Patricia Schillinger, et le maire Bernard Scherber.

Différentes distinctions et diplômes ont été attribués. La médaille confédérale du Sous-officier français échelon bronze a été selon l'ancienneté décernée à Roland Gutleben (10 ans), Christophe Fehrenbach (20 ans), et Vermont Moselle (30 ans). Lettre de remerciement national : Charles Wehrlé et Michel Rami. Diplôme d'honneur du groupement : Jean Duboeuf Lornage (40 ans d'ancienneté). Diplômes d'honneur section : Marcelle Gutleben et Alain Kessler. Diplôme de fidélités : Jean-Pierre Thomas, Danièle Biedermann, Jean-Claude Kindbeiter et Jean-Paul Weiss. Lettre de récompense : Alain Hug.

 

 
 

 

Mulhouse : Denis Rambaud exclu du groupe majoritaire

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:22:57

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Mulhouse : Denis Rambaud exclu du groupe majoritaire
 

 
Denis Rambaud.

Archives L'Alsace/Jean-François Frey

Denis Rambaud, élu mulhousien de longue date (il fut de la première équipe de Jean-Marie Bockel, dès 1989), jusqu'ici conseiller municipal délégué au Plan de déplacement urbain, s'est vu signifier son exclusion du groupe majoritaire, après avoir été convoqué ce vendredi matin en mairie par l'adjoint Alain Couchot, président du groupe en question. Cette exclusion vient s'ajouter à celle de l'ex-adjointe Fatima Jenn, survenue en octobre dernier.
« À qui le tour ? »

Point commun des deux évincés : leur étiquette LaREM... Mais on est prié d'y voir une simple coïncidence : « Les élus de la majorité Christophe Steger, Emmanuelle Suarez, Philippe d'Orelli sont eux aussi adhérents de LaREM, rappelle Alain Couchot [N.D.L.R. : Mme Suarez est en fait adhérente du Modem]. L'étiquette politique n'a donc rien à voir avec cette décision, prise en concertation avec le maire Michèle Lutz et son premier adjoint Jean Rottner. Le sujet, c'est la cohésion et la solidarité au sein du groupe majoritaire. Au fil de ses diverses prises de position en séance publique, et certains refus de vote, Denis Rambaud s'est de lui-même placé hors du groupe. Il y avait de sa part une petite musique qui n'était plus acceptable. »

Denis Rambaud, de son côté, prend la nouvelle de son éviction « avec philosophie », ainsi qu'une bonne dose d'ironie : « L'équipe regroupée autour du maire Michèle Lutz est tellement fragile qu'il faut liquider toutes les têtes qui dépassent d'ici mars 2020. L'exécutif mulhousien se recroqueville autour de son noyau dur LR... Et le fait que je sois aussi l'un des vice-présidents de Fabian Jordan du côté de Mulhouse Alsace agglomération (M2A) fait sûrement partie du "paquet cadeau". C'est limite pathétique. À qui le tour ? »

La prochaine séance publique du conseil municipal est fixée au 14 mars. L'ambiance risque d'être un peu lourde.
Emmanuel DELAHAYE

 

 
 

 

Dites-le- courrier des lecteurs a propos des arbres coupes entre illzach et sausheim

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:27:42

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Dites-le- courrier des lecteurs a propos des arbres coupes entre illzach et sausheim

 

 
COULÉE VERTE ET NOIRES RÉFLEXIONS.- Alain, un habitant d'Illzach, vient d'envoyer un courrier à la présidente du conseil départemental, à propos de l'abattage d'arbres entre Illzach et Sausheim. En voici des extraits :

« Le paysage est devenu morne plaine, admirablement filmé, avec réalisme, dans l'émission Envoyé spécial d'Élise Lucet, récemment sur France 2. Quelle misère va encore nous livrer cette agriculture démentielle ? Après l'anéantissement de notre nappe phréatique puis l'élimination de la faune, votre seule ambition est-elle d'éradiquer le végétal différent du maïs ? Il subsistait une population sympathique d'oiseaux dans quelques oasis. En une centaine de coups de tronçonneuse, vous en avez supprimé un de plus. Des petits bosquets abritaient une faune diversifiée. Vous en avez fait un désert.

Un apiculteur local exploitait six ruches au pied de la digue. Cinq sont mortes en avril 2018. D'après lui, l'abattage a fait perdre leurs repères aux abeilles et elles ne butinaient plus. Vous avez affamé les ruches.

Cette digue était un cheminement piétonnier agréable car ombragé. Par les étés caniculaires que nous connaissons, le public appréciait cet endroit. Vous en avez fait un sauna sous le cagnard. Rarement circulaient des promeneurs l'été dernier.

La couverture végétale protégeait les berges. C'était un équilibre parfait. Déjà au-delà de la RD 38, j'ai constaté une colonisation importante de renouées du Japon, jusqu'à présent absentes des berges entre l'Espace 110 et la RD 38. Je vous tiendrai personnellement responsable en cas d'implantation de cette invasive difficile à éradiquer. »

Et ce lecteur de conclure : « Afin de respecter la cohérence de ce que vous nommez pompeusement la coulée verte de l'Ill, le bitume aurait pu être teint en... vert. Actuellement, c'est une coulée noire ! »

MODE D'EMPLOI.- Nous ne publions aucun courrier anonyme. Même si les identités ne paraissent pas dans la rubrique, tous les courriers (électroniques ou postaux) doivent comporter les coordonnées de leur auteur (prénom, nom, adresse complète et numéro de téléphone). Les courriers sont à envoyer à alsredactionmul@lalsace.fr ou à L'Alsace, 2C, rue Schlumberger, BP 52482, 68947 Mulhouse Cedex 9.

 

 
 

 

Travaux du syndicat mixte de la Fecht amont

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:36:01

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Travaux du syndicat mixte de la Fecht amont
 

 
Représentants des commune et techniciens du service rivières et barrages réunis sur la barrage de la prise d'eau du Logelbach à l'amont de Turckheim. L'Alsace
Chaque année, les responsables du service des cours d'eau du département, veillant à la sécurisation des berges, barrages et digues de protection, organisent une assemblée générale par syndicat de rivière. La Fecht, traversant de nombreuses communes, comporte deux syndicats, l'amont et l'aval.

Ce jeudi, c'était au tour du syndicat de la Fecht amont, présidé par la conseillère départementale Véronique Martin, de se réunir, en présence de Georges Walter, directeur du service environnement et cadre de vie, responsable rivières et barrages et de techniciens.
Sur le terrain d'abord

Avant les explications des travaux réalisés, en cours et à venir, prévues au Foyer André à Turckheim, élus et techniciens se sont retrouvés sur le terrain, en l'occurrence au seuil de prise d'eau du Logelbach, au bout de la digue de protection à la sortie de la commune, le long de la route menant à Zimmerbach. Ici est régulé le volume d'eau pris sur la Fecht.

Les élus ont vu la nécessité des travaux à y entreprendre, à savoir limiter l'ensablement et l'éventualité de la réalisation d'un radier béton sous la nouvelle vanne, le remplacement du radier bois par un enrochement bétonné sous les vannes de sortie, suite au pourrissement du dessous des vannes.
Veiller au bon état écologique

La passe à poissons rustique adjointe, considérée comme non fonctionnelle par l'association Saumon-Rhin, fera l'étude d'un suivi. Des poissons seront prélevés en amont, relâchés en aval, et les services vérifieront par détection magnétique grâce à des antennes disposées à l'entrée et à la sortie de la passe, s'ils remontent. Un comptage général des migrations est également prévu durant l'année.

Ouvrant l'assemblée générale, Monique Martin a rappelé l'importance du syndicat, soulignant que « 155 000 EUR de travaux sont prévus pour entretenir et aménager la Fecht, afin d'y maintenir ses différentes fonctionnalités et son bon état écologique ». Difficulté supplémentaire, depuis peu, en plus de la prévention des inondations et de la gestion des berges, les syndicats récupèrent la compétence zones humides, jusque-là de l'ordre du Département.
De Metzeral à Turckheim

La charge pour les communes étant fonction du linéaire à protéger, l'essentiel étant financé par le Département, les travaux suivants sont prévus : Metzeral, reprise de la rampe en aval de la RD 10 ; Muhlbach-sur-Munster, reprise mur digue ; Munster, protection des berges du Walsbach et reprise du seuil aval au niveau du camping, ainsi que l'étude du Kleebach ; Walbach, reprise des seuils en bois entre Wasserkopf et rue de la Gare ; Turckheim, première tranche de la renaturation Matussière et Forest, ainsi que le traitement de la végétation, enlèvement d'embâcles et fauchage des digues sur tout le linéaire.
Jean-Louis LICHTENAUER

 

 
 

 

Bischwihr Au conseil municipal Travaux de rénovation à l'église protestante

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:31:20

© Dna, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

Bischwihr Au conseil municipal
Travaux de rénovation à l'église protestante
Voici l'essentiel des délibération du dernier conseil municipal de Bischwihr.
 

 
Travaux église protestante

Le maire fait part que dans le cadre du programme d'investissement à réaliser, il y aurait lieu d'engager des travaux de rénovation extérieure et intérieure de l'église protestante de Bischwihr, qui s'avèrent indispensables à ce jour. Ces travaux portent également sur la remise en accessibilité et de sécurité de l'église. Le coût est évalué à 215 000EUR HT.

En ce qui concerne le financement, des demandes d'aides financières vont être déposées auprès du Conseil Départemental, de la Région Grand'Est

Travaux aire de jeux

Le maire rend compte du projet de création d'une nouvelle aire de jeux implantée à l'arrière de l'école maternelle et du périscolaire. Le montant total des dépenses à prévoir est chiffré à 48 790,50 EUR HT. Les demande de subvention seront adresser au Département et a la région

Révision loyers communaux 2019

Les loyers communaux sont révisés chaque année au 1er janvier en fonction de l'Indice de Référence des Loyers (IRL) dont la variation annuelle au 4e trimestre 2018 est en légère hausse soit + 1,74 %.

DGF - « Compensation Parts Salariales » - CPS

Une requête à la demande des Maires de l'ex C.C.P.R.B. a été formulée auprès du Président de la Communauté d'agglomération en vue du reversement de la part salariale qui compose cette DGF. Gilbert Meyer, président de Colmar Agglomération, après reconsidération, propose de reverser une somme globale à raison de 50 % de la CPS aux communes membres à titre de rattrapage pour les années 2016, 2017, 2018,2019 ce qui représente une somme d'environ 10 800EUR pour la commune de Bischwihr et de pérenniser ce versement à partir de 2020 en intégrant cette part de CPS dans le cadre de l'attribution de compensation

Personnel communal

Le maire rend compte de l'arrêt de travail prolongé pour raison de maladie d'un agent technique. Afin d'assurer la continuité du service d'entretien du bâtiment de la mairie, la société Régo Nettoyage de Colmar a été retenue pour l'entretien des bureaux et des salles du premier étage.

Au vu du départ de Mercedes Edenwald, du service administratif, pour des raisons personnelles, il est proposé un nouveau candidat intéressé pour pourvoir au poste d'adjoint administratif polyvalent à temps complet dès le mois de février 2019. Il s'agit de Mensur Gucati, domicilié à Colmar.

L'ensemble du conseil municipal est favorable aux propositions telles que présentées

 

 
 

 

syndicat viticole - Un retour à une vendange pleine

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:34:13

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

syndicat viticole - Un retour à une vendange pleine
 

 
L'assemblée générale du syndicat viticole s'est déroulée lundi 25 février sous la présidence de Jérôme Buecher, dans la salle Saint-Marc à Wettolsheim, en présence notamment du maire et conseiller départemental Lucien Muller.

Le président a d'abord présenté le millésime 2018 : bilan climatique, évolution des vignes, vendanges et caractère des vins. Après avoir exposé les chiffres de la récolte 2018 en Alsace, il a évoqué la récolte à Wettolsheim : « A Wettolsheim, les viticulteurs ont récolté 42 298 hl sur 535hectares, un retour à une vendange pleine après la petite récolte de 2017 (23,033 hl). Le nombre de déclarations de récolte passe de 108 en 2017, à 103 en 2018. »

La proportion de grands crus déclarée représente 9 % de la surface à Wettolsheim, les lieux-dits 3 % et les crémant 30 %. Le volume récolté en Alsace s'élève à 1 180 524 hl (907 269 hl en 2017). Un rapide exposé de la situation de marché montre que si les volumes récoltés sont en hausse, les ventes ont encore baissé sur 2018, en France comme à l'export. Les atouts et faiblesses du vignoble alsacien sont évoqués.

Le procès-verbal de la dernière assemblée et le rapport d'activité présentés par Thomas Haeffelin ont été adoptés à l'unanimité.

Le rapport financier de Jean-Francois Mann laisse apparaître un bénéfice dû à la fête du vin. Les comptes ont été vérifiés par les réviseurs aux comptes Christophe Koenig et Alice Zinck qui ont été reconduits pour 2019.

Jérôme Buecher a remercié Maurice Barthelmé pour son implication ; ce dernier ne souhaitant plus se représenter au comité, il sera remplacé par Lionel Buecher. Les autres membres sortants - Franck Buecher, Jean-François Mann, Michel Moellinger et Didier Pelluzi- sont reconduits dans leurs fonctions.

Les différents dossiers d'actualité ont été expliqués par Jérôme Buecher : Hiérarchisation et affichage de la sucrosité sur les bouteilles. ZNT (zones non traitées) et chartes avec les riverains ; bilan de la prospection « flavescence dorée » à Wettolsheim ; animation de la future salle multi-activité et jumelage avec Fleurie. Jacques Stentz, président de la sous-région de Wintzenheim et Gilles Ehrhart, membre de l'AVA, ont complété ces propos. Le projet cartographie d'Eguisheim a été présenté par Hervé Gaschy, président du syndicat viticole d'Eguisheim.

Lucien Muller a félicité le syndicat viticole pour ses réunions techniques et ses participations aux divers plannings de la commune. Il a également exposé les travaux de la salle multi-activités « qui devraient s'achever fin d'année », et émis l'idée de faire vivre régulièrement la salle à travers les manifestations du syndicat viticole et de son oenothèque. Guy Meinrad, responsable du bureau d'étude d'Agrivalor, a présenté les avantages de l'utilisation de composts dédiés à la viticulture.

Finalement, diverses manifestations ont été évoquées : assemblée générale de la sous-région le 5 mars ; dégustation annuelle le 25 mars ; balade gourmande le 12 mai ; dégustation Steingrübler le 22 mai ; fête du vin les 20 et 21 juillet.
Hélène BLÉGER

 

 
 

 

wittelsheim - Strauss et Offenbach s'invitent à la salle Grassegert

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:34:48

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

wittelsheim - Strauss et Offenbach s'invitent à la salle Grassegert
 

 
De la danse classique pour accompagner des valses viennoises : une idée originale de la musique municipale. Photo L'Alsace/S.V.
Devant une salle Grassegert comble, samedi soir et dimanche après-midi, les membres de la musique municipale de Wittelsheim ont donné un concert qui avait pour thème les valses de Vienne.

Il a débuté avec un morceau d'Offenbach qui a, d'emblée, mis le public dans l'ambiance des crinolines, des beaux costumes et des valses du XIXe siècle. La suite n'a pas été moins endiablée. Johann Strauss était bien sûr à l'honneur avec des pièces comme Liebeslieder, Marche persane, Die Bajadere, Immer heiterer ou encore im Krapfenwald'l. Quant au morceau final, il s'agissait de la fameuse Marche de Radetzky, de Strauss père. Les commentaires de Dominique Fuchs permettaient de resituer chaque pièce de musique dans le temps.

Le public a vivement applaudi chaque morceau, tant les prestations des musiciens, emmenés par Roland Jacoberger, ont été brillantes. Elles ont prouvé cette fois encore l'excellence de la musique municipale de Wittelsheim.
Un quadrilleavec les édiles

Ce concert comportait une dimension chorégraphique, grâce à une dizaine de danseuses classiques des Ateliers de Libre expression artistique (Lea) de Wittelsheim. Sous l'oeil avisé de sa directrice Joëlle Kirchhoffer, elles ont évolué sur les différentes airs viennois.

Mais le clou de la première partie a été le quadrille regroupant des élus et personnalités de la ville, comme Yves Goepfert, maire, Jean François Mann, premier adjoint, Pierre Vogt, conseiller départemental. Invités par les danseuses, ils ont participé à une danse des plus élégantes, sous les ovations du public.

Ce week-end, la musique municipale de Wittelsheim aura une fois de plus démontré sa capacité à faire voyager le public dans des époques différentes en faisant revivre, ce soir-là, l'âge d'or des valses viennoises.
Sonia VUILLEQUEZ

 

 
 

 

carspach - Marie-Jeanne Hartmann,le coeur sur la main

Publié dans le panorama le Samedi 02 mars 2019 à 07:25:37

© L'alsace, Samedi le 02 Mars 2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés
Télecharger la version PDF

 

carspach - Marie-Jeanne Hartmann,le coeur sur la main
 

 
Marie-Jeanne Hartmann a travaillé durant plus de quarante ans dans la boulangerie-épicerie familiale à Carspach. Devenue bénévole à la Croix-Rouge d'Altkirch en 2003, elle y a tout naturellement géré l'aide alimentaire. Photo L'Alsace
Marie-Jeanne Hartmann, 75 ans, fuit les honneurs et la presse. Fâcheux, quand on s'apprête à recevoir une médaille de la vie associative et à rencontrer une journaliste pour retracer son parcours... Disons-le tout net : à chacun de nos reportages à la Croix-Rouge - braderies d'hiver ou d'été, lancement de campagne et autres déstockages massifs - la septuagénaire est toujours là, fidèle au poste, au rayon de l'aide alimentaire. Un sourire poli suivi d'un « bonjour », et zou !, la voilà qui tourne les talons et repart vite à son affaire : remplissage des frigos, rangement des étagères, accueil des bénéficiaires au comptoir...

Il a fallu la jouer fine, avec la complicité d'Hélène Hitter, présidente de l'unité locale de la Croix-Rouge, et de Marianne Higelin, vice-présidente, pour que Marie-Jeanne accepte de se livrer, un tout petit peu.
« J'ai toujours travaillé dans l'alimentation »

« Je m'occupe de l'aide alimentaire à la Croix-Rouge depuis le 9 février 2003. C'était mon domaine, commence-t-elle. J'ai tenu la boulangerie-épicerie de mes parents jusqu'en 2001, j'ai toujours travaillé dans l'alimentation. »

C'est sa cousine, Christiane Strehly, qui l'enrôle dans l'association caritative altkirchoise, alors présidée par Marie-Claude Meunier. « J'étais à la retraite, je voulais me rendre utile. J'ai commencé en même temps que Michèle Reitzer », confie Marie-Jeanne . Au départ, elle se rend disponible les lundis et les mercredis pour gérer l'aide alimentaire destinée à une dizaine de familles avec Marie-Paule Voulton. Mais b ien vite, les deux femmes viennent tous les jours de la semaine. Leurs missions : se rendre à la Banque alimentaire, commander les produits, réceptionner la marchandise, la déballer, la contrôler, la stocker et la ranger. « Je suis un peu maniaque et j'ai l'habitude de dire ce que je pense », reconnaît celle qui a la réputation de ne pas toujours être commode tant avec les bénévoles qu'avec les bénéficiaires. Pourtant, face à des situations de détresse, Marie-Jeanne fond et fend l'armure. « Quand j'accueille pour la première fois des bénéficiaires émus, qui ont du mal à parler, j'essaie de les mettre à l'aise... Là, ça me déchire le coeur. On s'attache à des personnes. »
La Croix-Rouge,sa « deuxième maison »

 

En l'espace de seize ans, le nombre de familles bénéficiaires a été multiplié par quinze : elles ne viennent plus seulement d'Altkirch, mais de tout le Sundgau. « 150 familles, c'est plus difficile à gérer. Il y a beaucoup de femmes seules avec des enfants, des retraités... » Pour autant, Marie-Jeanne ne s'est pas mise à l'ordinateur : elle continue de noircir ses registres sur papier. « Chaque jour, j'ai la liste des bénéficiaires : nombre d'adultes, nombre d'enfants... Je coche les noms. Et le week-end, je recopie tout ça dans mon classeur. »

Malgré quelques soucis de santé, la Carspachoise dévouée continue de venir chaque jour de la semaine de 8 h 30 à 17 h, parfois jusqu'à 20 h le mercredi, jour de distribution des produits frais. Et le jeudi, place au nettoyage. Elle peut compter sur de nouveaux bénévoles, comme Christian, qui lui est d'une précieuse aide au quotidien. « La Croix-Rouge, c'est sa deuxième maison », témoignent Marianne Higelin et Hélène Hitter, qui ajoutent : « Et Marie-Jeanne est notre pilier, notre mère à tous ! » L'intéressée reconnaît avoir trouvé dans l'association une véritable « famille ». « J'ai quatre neveux et nièces dont je suis très proche, mais je n'ai pas de mari, pas d'enfant. J'avais du temps à donner », confie-t-elle pour expliquer son dévouement sans faille, qui sera récompensé d'une médaille bien méritée, ce matin à l'antenne du conseil départemental d'Altkirch.
Textes et photos : Anne DUCELLIER